| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 8 décembre 2004
Des féministes françaises se souviennent des meurtres de Polytechnique

(Paris, 6 décembre et 15 janvier)

Le 6 décembre 1989 à Montréal, quatorze femmes ont été assassinées à l’École Polytechnique par un homme qui avait crié : « Je hais les féministes. »

Le 6 décembre 2004, des membres du réseau « Encore féministes » se sont rassemblé-es à Paris, place du Québec, à Saint-Germain-des-Prés. En outre, Mme Marie Kronström et M. Pierre Brodeur représentaient la Délégation générale du Québec en France.

Pour la sixième année consécutive, des féministes se réunissent à Paris le 6 décembre. Elles rappellent le souvenir de ces quatorze femmes, assassinées parce qu’elles étaient des femmes et qu’elles faisaient des études traditionnellement masculines, ce que l’assassin, qui avait échoué à entrer dans cette école, ne pouvait pas supporter. Armé d’un fusil-mitrailleur, il pénétra dans une salle de cours, il en fit sortir les hommes ; il cria : « Je hais les féministes », et il tira. Il tua quatorze femmes, puis il se suicida.

La place du Québec était décorée de superbes banderoles portant la phrase de Benoîte Groult : « LE FÉMINISME N’A JAMAIS TUÉ PERSONNE - LE MACHISME TUE TOUS LES JOURS ». À l’appel du nom des quatorze mortes, quatorze personnes ont déposé chacune une rose blanche. Avec la chorale féministe Les Voix rebelles, nous avons chanté l’Hymne des femmes.

Le lieu choisi est symbolique, près du Quartier latin, là où en 1886 des hommes, étudiants en médecine, brûlèrent en effigie les deux premières femmes reçues à l’internat. Ici ou ailleurs, hier ou aujourd’hui, des machistes s’opposent par la violence à l’accès des femmes à l’instruction, au savoir et donc au pouvoir. Dans un monde où les deux tiers des analphabètes sont des femmes et des filles, le sujet reste d’actualité.

Gardons la mémoire de ces jeunes femmes assassinées, qui faisaient des études d’ingénieur, un domaine traditionnellement masculin ! Agissons pour que cesse, partout dans le monde, la violence contre des femmes, isolées ou en groupe, pour que cesse la haine dirigée contre elles parce qu’elles sont des femmes.

À lire : « Quinze ans, quatorze femmes et tant d’autres... », par Micheline Carrier. « La société québécoise n’a pas tiré la moindre leçon de ce drame parce qu’elle n’a jamais voulu lui donner son sens véritable, un acte de haine contre des femmes qu’il croyait être des féministes. Elle préfère encore voir dans ces assassinats le geste d’un "tueur fou" ou un "cas isolé" ». Lire l’article.

****************

Une manifestation féministe aura lieu à Paris le samedi 15 janvier 2005, à 14h, place de la République. À l’occasion des trente ans de la loi Veil, nous voulons défendre et renforcer le droit à l’avortement.

Le réseau "Encore féministes !" vous invite à vous joindre à cette manifestation, organisée par le Planning familial, la CADAC et l’ANCIC, sur le thème : « L’avortement, un droit, un choix, notre liberté ». Elle sera aussi l’occasion d’apporter notre soutien aux femmes qui se battent pour ce droit dans le monde. Des délégations de femmes européennes et américaines participeront à la manifestation.

Adelphiquement*,
Florence Montreynaud

*Adelphiquement dérive de adelphité, mot qui désigne un sentiment entre fraternité et sororité. En français, soeur et frère proviennent de deux mots différents. J’ai formé le mot adelphité sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant soeur et frère.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


vendredi 2 décembre
6 décembre 1989 - Familles et survivantEs attendent toujours la réalisation des promesses électorales libérales quant au contrôle des armes ... et invitent le public à envoyer un message à Trudeau et Goodale
vendredi 5 décembre
La CLES souligne l’entrée en vigueur de la Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation
vendredi 5 décembre
CSF - Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes - Agir ensemble pour que ça cesse !
mardi 2 décembre
Deux spectacles pour le 6 décembre - "En souvenir d’elles" à la Salle Claude-Champagne (OUM) et "Quatorze voix unies..." au Théâtre Outremont
vendredi 28 novembre
Chaire Claire-Bonenfant - S’unir contre la violence faite aux femmes
jeudi 27 novembre
Encore féministes ! Paris, samedi 6 décembre à 19h : commémoration du massacre anti-féministe à la Polytechnique de Montréal
mardi 25 novembre
Condition féminine Canada - 16 jours d’activités contre la violence faite aux femmes
lundi 24 novembre
Table ronde - Féminicide, mémoire et reconnaissance
lundi 24 novembre
28 novembre - 25 ans après Polytechnique. Contrer l’effacement, créer sa place
dimanche 23 novembre
Jusques à quand ? par Andrée Yanacopoulo, PDF Québec






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin