| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 27 avril 2017
Éditions du remue-ménage - "Partition pour femmes et orchestre. Ethel Stark et la Symphonie féminine de Montréal"

Partition pour femmes et orchestre. Ethel Stark et la Symphonie féminine de Montréal, de Maria Noriega Rachwal, traduit de l’anglais par Marie-Célie Agnant.

Professeure, musicienne et musicologue, Maria Noriega Rachwal est spécialiste de l’histoire des femmes et de la musique classique. Elle vit à Edmonton en Alberta.

Présentation

En 1940, deux femmes élégantes prennent le thé dans le lobby du Ritz-Carlton. Ne vous fiez pas aux apparences : leur rencontre annonce un grand chambardement dans l’univers de la musique classique. La mécène Madge Bowen et la violoniste Ethel Stark fondent à Montréal ce qui deviendra le premier orchestre symphonique canadien composé uniquement de femmes.

Bafouant les conventions, elles rassemblent des musiciennes de tous les horizons : Noires, Blanches, francophones, anglophones, juives, catholiques, protestantes, bourgeoises ou ménagères. Elles se procurent des instruments, organisent des répétitions dans des sous-sols non chauffés et apprennent à jouer d’instruments auparavant réservés aux hommes. Sept mois plus tard, avec Maestra Stark à la barre, la Symphonie féminine de Montréal donne son premier concert public sur le mont Royal. En 1947, elles se produiront même au Carnegie Hall de New York. De sa création jusqu’à sa dissolution en 1965, Ethel Stark et cet orchestre inclusif ont non seulement formé plusieurs générations de musiciennes, mais ont révolutionné le monde de la musique classique.

Au terme d’une impressionnante recherche d’archives et d’entretiens avec les musiciennes, Maria Noriega Rachwal reconstitue ici cette aventure dans un style vivant et sensible, faisant enfin honneur à ces pionnières oubliées.

978-2-89091-586-2 • 207 pages • illustré • 22,95$ • aussi en PDF et ePub

Source : Les éditions du remue-ménage

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 avril 2017



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


samedi 26 octobre
Causerie avec l’auteure GenevyèveDelorme
jeudi 3 octobre
"Elles sont libres comme l’art", par Liliane Blanc et Mélanie Lefebvre
samedi 25 mai
"Elles, féministes et indépendantes"
jeudi 23 mai
Théâtre Libre 2019 - 22e édition - Grand 10 1⁄2 à jouer
vendredi 8 mars
MLF-psychanalyse et politique 1968-2018
jeudi 7 mars
Le Y des femmes - Artfest au féminin le 8 mars
vendredi 25 mai
Montréal - Théâtre Libre 3-4-5 juin 2018
lundi 5 mars
Avant-première française du documentaire de Chelo Álvarez-Stehle, "Sands of Silence : Waves of Courage"
lundi 25 septembre
Art pour la paix. Récital-conférence avec le pianiste Pierre Jasmin
samedi 3 juin
L’association franco-canadienne Wendo Provence fête ses 5 ans






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin