| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 26 janvier 2005
L’égalité des droits des femmes se doit d’être nommée au Québec, par le Réseau des Tables régionales des groupes de femmes

Le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec à l’Assemblée nationale

Québec, 25 janvier 2005 – « L’égalité entre les femmes et les hommes est encore déficiente dans les faits. Il est donc primordial que les acquis en matière de condition féminine soient encore protégés dans les années à venir et ce, tant par le mouvement féministe, les intervenantEs socio-économiques, que par les éluEs et l’État », d’affirmer Blanche Paradis, présidente du Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec. Le Réseau des tables présente aujourd’hui son mémoire devant la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale du Québec.

Le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec est une entité nationale qui porte les préoccupations régionales. Vous comprendrez donc notre intérêt marqué pour les effets que la décentralisation des pouvoirs peut avoir sur les missions des ministères, sur les instances et inévitablement sur les groupes autonomes de femmes. Nous croyons qu’il est primordial que l’application des mesures proposées dans l’Avis intègre les façons de faire et respecte les alliances existantes, et performantes, sur chacun des territoires. Aussi, nous souhaitons également que le ministère responsable des Conseils régionaux des éluEs (CRÉ) leur demande de se doter d’une politique régionale d’égalité et de parité pour les femmes, soutenue par un fond dédié à une telle politique, accordé aux CRÉ.

Le secteur de la santé et des services sociaux s’est vu, au cours des dernières décennies, modelé et transformé par la voie de la décentralisation ainsi que par les compressions budgétaires. Toute cette mouvance a eu un impact majeur sur les groupes de femmes. Nous estimons prioritaire que le Québec se dote d’une réelle politique ministérielle en matière de santé des femmes. Pour donner du mordant à cette politique, l’ajout de plans d’action régionaux demandera aux régions de se doter d’une planification efficace dans ce dossier.

Le Réseau des tables souhaite que le gouvernement québécois respecte les réalités régionales lors de l’établissement des politiques ministérielles et des mesures d’égalité, et que ces mesures soient accompagnées d’instruments facilitant leur application et ce, principalement dans les domaines du développement local et régional et de la santé.

On ne saurait espérer atteindre un objectif aussi grand que l’égalité et l’équité entre les femmes et les hommes dans une société, sans que l’État n’y adhère réellement. L’État doit envoyer un signal clair et crédible, et compter sur les ressources nécessaires pour appliquer les politiques assorties de financement adéquat. Ainsi, il devra offrir un soutien à l’ensemble des organisations qui travailleront à ces questions.

Le Réseau des tables régionales se préoccupe des modifications annoncées aux missions et aux mandats des organisations gouvernementales telles que le Conseil du statut de la femme (CSF) et le Secrétariat à la condition féminine (SCF). Le Conseil et le Secrétariat sont deux mécanismes institutionnels indispensables pour favoriser l’atteinte de l’égalité des femmes, et doivent s’inscrire dans le plan gouvernemental même si le gouvernement maintient son concept d’égalité entre les femmes et les hommes. En tel cas, cela deviendrait même une garantie du maintien de l’expertise féministe dans la foulée de cette nouvelle vision.

« La classe politique se félicite de certaines mesures progressistes favorisant l’égalité des femmes (service de garde, équité salariale, ententes spécifiques en condition féminine, etc…), mais sans les groupes de femmes, tant sur le plan local, régional que national, qui ont grandement contribué à la réalisation des ces avancées, nous n’en serions pas là au Québec. Nos organisations autonomes sont plus que des alliées, comme le mentionne l’avis du Conseil du statut de la femme, mais bien des partenaires indispensables, et à part entière, pour le gouvernement..

Finalement, toute politique et plan d’action gouvernemental visant l’égalité en faveur des femmes devront s’élaborer en concertation avec les groupes de femmes.

Notre mémoire peut être consulté sur le site Internet suivant :

http://www.reseautables.qc.ca, dans la section « Condition féminine ».

- 30 -

POUR INFORMATION ET ENTREVUE : BLANCHE PARADIS, présidente
Source : Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec
NANCY ANNIE LÉVEILLÉE
Agente de projets



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 6 juillet
Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021
jeudi 4 mai
GFPD - Session SimulACTIONS les 10 et 11 juin
lundi 27 mars
Le GFPD - Les Journées régionales municipales en Jamésie (Chibougamau)
lundi 27 mars
Laboratoire de l’égalité - Nouveau ’Pacte de l’égalité’ proposé aux candidat-es à la présidentielle
samedi 4 mars
8 mars 17 - Féminisme & laïcité. Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017
mardi 17 janvier
Marche des femmes à Washington
jeudi 10 novembre
GFPD - Session SimulACTIONS à Montmagny pour favoriser l’implication des femmes en politique
lundi 12 septembre
Parité femmes-hommes : le Groupe Femmes, Politique et Démocratie interpelle les candidatEs à la course à la chefferie du Parti Québécois
mardi 21 juin
Condition féminine Canada - Appel de candidature pour les Prix du Gouverneur général du Canada commémorant l’affaire "personne". Jusqu’au 10 juillet
vendredi 26 février
Femmes, féministes et indépendantistes - Le 8 mars au Lion d’Or








> L’égalité des droits des femmes se doit d’être nommée au Québec, par le Réseau des Tables régionales des groupes de femmes
9 novembre 2006



> L’égalité des droits des femmes se doit d’être nommée au Québec, par le Réseau des Tables régionales des groupes de femmes
9 novembre 2006   [retour au début des forums]
Si vous souhaiter rapporter cette incohérence...

J’aimerais vous souligner une grande incohérence. Dans le journal 24 heures (www.24heures.ca) du 9 novembre 2006, on écrit un article qui s’intitule : "Tourisme sexuel : Montréal est une destination prisée"
Dans cet article on souligne la facilité grandissante d’obtenir les services de jeunes prostituées "sur Internet, dans les annonces des journaux ou dans les clubs de danceuses." Ce même journal, affiche, sous la rubrique Offres d’emploi de ses annonces classée, trois annonces de recherche de "masseuses", "avec ou sans expérience" dont le travail est "très payant"...

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin