| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mardi 15 mars 2005
En cette 5e Journée du travail invisible, l’AFEAS interpelle le ministre des Finances du Québec

Montréal, mardi le 5 avril 2005 – À l’occasion de la 5eJournée du travail invisible, l’Afeas demande au ministre des Finances du Québec de prévoir, dans le budget 2005 – 2006, les sommes nécessaires à des mesures pour reconnaître le travail des parents et des aidantes et aidants. Ayant maintes fois réitéré son engagement face à la famille, le présent gouvernement doit maintenant rendre concrètes ses promesses. Pour les parents, la mise en place du régime d’assurance parentale devrait respecter les balises prévues dans la loi telle qu’adoptée en mai 2001, ce qui nécessite l’injection d’argent neuf de la part du gouvernement pour couvrir les coûts présumés du régime. De plus, l’Afeas demande aussi une mesure complémentaire qui soutiendra les mères et les pères exclus de ce nouveau régime. En effet, au moment de la naissance ou de l’adoption d’un enfant, TOUS les parents font le même travail, qu’ils soient sur le marché du travail rémunéré ou non. Pour les aidantes et aidants, l’instauration d’un crédit d’impôt remboursable permettrait de soutenir le travail effectué auprès des proches en perte d’autonomie. L’Afeas attend donc le budget avec impatience !

Rappelons que, créée en 2001, cette journée annuelle de sensibilisation a pour objectif la reconnaissance du travail non rémunéré, dit « invisible », effectué auprès des enfants, des proches en perte d’autonomie et de la communauté. Dans le contexte social et politique d’aujourd’hui, les revendications portées par l’Afeas rejoignent de nombreux dossiers actuels. Pensons entre autres à la conciliation famille – travail pour les mères et les aidantes, aux services à domicile pour les personnes malades ou en perte d’autonomie et aux mesures de répits pour les aidantes et aidants. Derrière ces dossiers se cache le travail invisible des Québécoises et des Québécois.

Présentement, le manque de reconnaissance de ce travail maintient les femmes dans la pauvreté. Celles-ci assument une perte de revenu, partielle ou totale, lorsqu’elles choisissent de construire l’avenir de notre société en mettant des enfants au monde, ou qu’elles pallient au manque de services de l’État en acceptant de jouer un rôle d’aidante auprès de personnes non autonomes. Il faut aussi noter l’impact significatif sur les rentes à la retraite de cette perte de revenu lié à leur engagement au sein de la famille.

Selon l’Afeas, l’évaluation et l’analyse des impacts du travail non rémunéré de ce champ d’activité permet d’instaurer des mesures et de programmes adaptés aux réalités des citoyennes et des citoyens. En 1992, Statistique Canada estimait la valeur annuelle du travail non rémunéré entre 34,0% et 54,2% du Produit intérieur brut (PIB), soit de 235 à 374 milliards de dollars (incluant le bénévolat). En 1992 toujours, la valeur annuelle du travail non rémunéré se situait pour une femme au foyer, à temps plein avec des enfants, entre 24 351 $ et 30 025 $. Depuis nous n’avons aucune donnée à jour sur le travail non rémunéré et ce, malgré le fait que le Canada se soit engagé à le comptabiliser et à l’évaluer lors de la Conférence internationale des femmes de Beijing (1995).

À propos de l’Afeas

L’Afeas a pour but de regrouper en association des Québécoises intéressées à la promotion des femmes et à l’amélioration de la société. Par l’éducation, elle vise à provoquer une réflexion individuelle et collective sur les droits et les responsabilités des femmes. L’Afeas incite ses membres à réaliser des actions concrètes dans leur milieu en vue d’un changement social. Elle défend également les intérêts de ses membres auprès des instances décisionnelles. Lors de la Journée du travail invisible, les membres de l’Afeas sont invitées à poser des gestes symboliques pour sensibiliser leur entourage à ce travail essentiel au sein de la famille et de la société. Pour en connaître plus sur la journée du travail invisible, visitez le site Internet Afeas : www.afeas.qc.ca

- 30 -

Source :
Hélène Cornellier
Afeas - Coordonnatrice du plan d’action et des communications
Téléphone : (514) 251-1636
Courriel
Site


Le 5 avril 2005 : 5e Journée du travail invisible
Pour les parents et les aidantes, des mesures incontournables !

Montréal, le 23 mars 2005 – Créée par l’Afeas le premier mardi d’avril 2001, la Journée du travail invisible souligne chaque année le travail non rémunéré, dit « invisible » effectué majoritairement par les femmes auprès des membres de la famille.

En 2005, l’Afeas revendique des mesures pour concilier famille et travail pour les parents et les aidantes et des services de santé et services sociaux à domicile. Le budget du ministre des Finances du Québec sera-t-il au rendez-vous ?

L’Afeas invite les médias à discuter de ce dossier avec des membres de l’Afeas le 5 avril 2005, Journée du travail invisible.

- 30 -

Source :

Hélène Cornellier
Afeas - Coordonnatrice du plan d’action et des communications
Téléphone : (514) 251-1636
Courriel
Site Internet


VOIR EN LIGNE : AFEAS


Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 6 juillet
Secrétariat à la condition féminine - Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021
jeudi 4 mai
Groupe Femmes, Politique et Démocratie - Session SimulACTIONS les 10 et 11 juin
lundi 27 mars
Le GFPD - Les Journées régionales municipales en Jamésie (Chibougamau)
lundi 27 mars
Laboratoire de l’égalité - Nouveau ’Pacte de l’égalité’ proposé aux candidat-es à la présidentielle
samedi 4 mars
8 mars 17 - Féminisme & laïcité. Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017
mardi 17 janvier
Marche des femmes à Washington
jeudi 10 novembre
GFPD - Session SimulACTIONS à Montmagny pour favoriser l’implication des femmes en politique
lundi 12 septembre
Parité femmes-hommes : le Groupe Femmes, Politique et Démocratie interpelle les candidatEs à la course à la chefferie du Parti Québécois
mardi 21 juin
Condition féminine Canada - Appel de candidature pour les Prix du Gouverneur général du Canada commémorant l’affaire "personne". Jusqu’au 10 juillet
vendredi 26 février
Femmes, féministes et indépendantistes - Le 8 mars au Lion d’Or






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin