| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 5 juin 2003
Mais où sont les “Mandarines” ? <BR> par Liliane Blanc

Mercredi soir, le 4 juin, l’émission “Le Point” à la télévision de Radio-Canada nous présentait l’équipe dont s’est entouré le nouveau Premier Ministre du Québec, c’est-à-dire ces “Mandarins” qui, dans l’ombre, sont chargés de le conseiller et de l’influencer. Si j’en juge par ce que j’ai vu, le reportage aurait pu très bien s’intituler : “Mais où sont les “Mandarines” ?”. 

On nous fait miroiter à chaque élection le pourcentage, en hausse paraît-il, de femmes ministres. Bon, mais curieusement sur les lieux du vrai pouvoir décisionnel, dans le fameux “bunker”, c’est encore la pénurie totale en matière de femmes-clés ! J’ai à peine entrevu dans un cadre de porte, une fraction de seconde, la rareté de la place : une femme, probablement une exécutante puisqu’on n’a même pas pris la peine de faire sa connaissance. Nous avons eu droit, par contre, à une présentation détaillée, CV à l’appui, de tous les nouveaux hommes forts du nouveau gouvernement. 

Est-ce qu’au Conseil exécutif libéral il en va comme dans certains Lieux Saints ou dans la chambre des joueurs de hockey : les femmes ne peuvent y avoir accès ?

Est-ce là, la réforme en profondeur, façon Jean Charest, concoctée par ses hommes de confiance ?

Monique Gagnon-Tremblay n’est-elle, une fois de plus, que la femme-alibi, placée à la droite du Seigneur pour faire illusion ?

Ce n’est pas une situation nouvelle, mais il m’est difficile d’accepter qu’en 2003 on en soit encore là et qu’un parti qui se prétend “prêt” perpétue ce genre de discrimination. Impossible qu’il n’y ait pas la moindre femme au Québec, même non partisane puisque Monsieur Charest semble si ouvert à cela, qui ne soit digne d’accéder aux étages supérieurs de la haute influence politique. Tout le monde sait pertinemment que c’est dans ces hauteurs que se prennent les grandes décisions.

Une telle situation ne peut pas être l’effet du hasard. Malheureusement, il est fort probable que peu de gens, en visionnant pareille présentation, aient relevé une telle anomalie. Question d’habitude. Après tout, sous la photo officielle du récent G8 à Évian on pourrait aussi écrire : “Cherchez la femme”.

Liliane Blanc.

Le 5 juin 2003



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 27 mars
Le GFPD - Les Journées régionales municipales en Jamésie (Chibougamau)
lundi 27 mars
Laboratoire de l’égalité - Nouveau ’Pacte de l’égalité’ proposé aux candidat-es à la présidentielle
samedi 4 mars
8 mars 17 - Féminisme & laïcité. Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017
mardi 17 janvier
Marche des femmes à Washington
jeudi 10 novembre
GFPD - Session SimulACTIONS à Montmagny pour favoriser l’implication des femmes en politique
lundi 12 septembre
Parité femmes-hommes : le Groupe Femmes, Politique et Démocratie interpelle les candidatEs à la course à la chefferie du Parti Québécois
mardi 21 juin
Condition féminine Canada - Appel de candidature pour les Prix du Gouverneur général du Canada commémorant l’affaire "personne". Jusqu’au 10 juillet
vendredi 26 février
Femmes, féministes et indépendantistes - Le 8 mars au Lion d’Or
jeudi 15 octobre
Formations du Groupe Femmes, Politique et Démocratie en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine
vendredi 13 mars
PDF Québec s’inquiète de la situation au Conseil du statut de la femme








> Mais où sont les “Mandarines” ? <BR> par Liliane Blanc
25 juin 2003, par Agnès Maltais



> Mais où sont les “Mandarines” ? <BR> par Liliane Blanc
25 juin 2003, par Agnès Maltais   [retour au début des forums]

Chère madame Blanc

Je rappelle à votre bon souvenir que la directrice de cabinet de Bernard Landry était une femme.

Quand à Pauline marois, elle était loin d’être une femme-alibi, tout le monde en convient.

Malheureusement, cela ne fait jamais gagner beaucoup de points dans l’opinion publique, ni même dans les cercles féministes.

Signé : Une des ex-femmes-ministres qui ne se sentait vraiment, mais vraiment par alibi.

Agnès Maltais

[Répondre à ce message]

    > Mais où sont les “Mandarines” ? <BR> par Liliane Blanc
    27 juin 2003   [
    retour au début des forums]
    Mais où sont les "Mandarines" ?


    Chère madame Maltais,

    Je regrette beaucoup que mon texte vous ait placée sur la défensive à ce point.

    Mon texte était une réaction ponctuelle au reportage du Point. Le journaliste concerné, en l’occurence Pierre Tourangeau, a réagi à mon commentaire, me soulignant qu’il avait lui aussi remarqué l’absence de femmes influentes dans l’entourage immédiat du nouveau Premier Ministre, mais qu’il avait laissé au téléspectateur(trice) le soin de se faire une opinion personnelle sur ce qu’il avait présenté.

    Dans ce nouvel organigramme essentiellement masculin, je trouvais bien approprié d’employer l’expression "femme-alibi". Avec plus de 50% de femmes dans la population, il serait grandement temps d’équilibrer proportionnellement leur nombre dans les hauts lieux du pouvoir. Avec le précédent gouvernement on était en progression, avec celui-ci on recule. On est encore bien loin du compte.

    Puisque vous m’amenez sur une autre voie, une petite réflexion en passant : il m’est souvenir que madame Marois était tout à fait prête pour succéder à Lucien Bouchard, mais les appuis de ses collègues,comme vous le savez, ont été plutôt faibles. Ça non plus ça ne fait pas gagner beaucoup de points dans l’opinion publique. On verra quand monsieur Landry quittera son poste, si les choses auront évolué.

    Une féministe, hors de tout cercle,
    Liliane Blanc.

    [Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin