| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







dimanche 9 octobre 2005
Le magazine Audacieuses, le défi d’être soi et la Campagne nationale du RQASF

par le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

Stéréotypes de beauté liés à l’image corporelle des femmes -
Lancements du magazine Audacieuses, le défi d’être soi
et de la Campagne nationale d’action

Le RQASF poursuit son plan de valorisation de la diversité corporelle

MONTREAL, le 5 oct. /CNW Telbec/ - C’est dans le cadre de son projet
Image corporelle que le Réseau québécois d’action pour la santé des
femmes (RQASF) lance le magazine à tirage unique Audacieuses, le défi
d’être soi
.

Véritable document de sensibilisation, il a reçu l’appui de Lise Ravary,
rédactrice en chef de Châtelaine, chroniqueuse et femme de convictions.
Intégré à l’édition de novembre (kiosque seulement) du magazine
Châtelaine, le document sera ainsi disponible au grand public, dès le 7
octobre.

Ce document de 52 pages invite les lectrices à développer un esprit
critique vis-à-vis des moyens qu’elles sont incitées à utiliser pour
transformer leur corps afin de correspondre à une image de beauté
stéréotypée.

Une multitude d’industries mettent en marché une panoplie de conseils et
de produits (cosmétiques, diététiques, interventions esthétiques, etc.)
pour permettre à toutes et à chacune d’atteindre un idéal de perfection.
Plus que jamais, le corps de la femme - modelé, esthétisé, érotisé -,
sert des enjeux économiques. Une stratégie qui s’étend maintenant aux
enfants et aux adolescentes. Cette mise en marché du corps participe à
la sexualisation précoce des jeunes, une situation que de plus en plus
de parents trouvent alarmante. « Le magazine propose également
différentes pistes d’actions, individuelles et collectives, aux
personnes qui voudraient faire un pas de plus pour que les choses
changent », de déclarer la présidente du RQASF, Lina Vaillancourt.

Châtelaine partage les valeurs du RQASF

Châtelaine partage les préoccupations du RQASF sur la question de
l’image corporelle des femmes. « Depuis trois ans déjà, il n’a jamais
retouché les photos de personnes dans le magazine, y compris les
mannequins ou vedettes en page couverture, et s’est engagé à ne jamais
utiliser de mannequins de moins de 25 ans pour ses pages de mode ou
sess pages couvertures », de préciser Lise Ravary.

Lancement de la Campagne nationale d’action

Tel qu’annoncé lors de sa conférence de presse du 3 mai dernier, la
parution du magazine marque également le début officiel de la Campagne
nationale d’action coordonnée par le RQASF. L’objectif de la campagne
est de créer et de maintenir, avec l’appui des médias, une pression
sociale suffisante, de manière à démontrer aux industries ciblées
(beauté, mode, transformation du corps, publicités) l’impact social des
stéréotypes véhiculés sur les femmes, afin d’obtenir leur engagement à
modifier certaines pratiques.

Echelonnée sur une période de 12 mois, la campagne s’articule autour de
quatre axes prioritaires : dénonciation de l’hypersexualisation des
jeunes filles, encadrement des pratiques d’interventions esthétiques,
lutte aux publicités sexistes, réglementation de l’industrie de
l’amaigrissement.

Le RQASF a déjà reçu plus d’une trentaine de confirmations de la part
d’organismes de femmes, de centrales syndicales et d’ordres
professionnels prêts à mobiliser leurs membres pour participer
activement à cette initiative.

Le RQASF fera le suivi et la compilation des actions réalisées. Il
entend présenter les résultats de cette offensive nationale ainsi que
des recommandations aux instances concernées, lors d’un colloque
clôturant le projet.

A propos du RQASF

Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes est un organisme
provincial multidisciplinaire dont la mission est de travailler, dans
une perspective féministe, à l’amélioration de la santé physique et
mentale des femmes, ainsi que de leurs conditions de vie. L’organisme
compte plus d’une centaine de membres associatifs et plus d’une
cinquantaine de membres individuels à travers le Québec.

Renseignements

Pour une entrevue avec Lina Vaillancourt, présidente,
RQASF, ou Lise Ravary, éditrice, magazine Châtelaine : Diane Jeannotte,
(514) 284-2860, poste 2, (514) 772-8019 cellulaire ; Lucie-Anne Fabien,
ARP, (514) 576-3287.

Sources

Réseau québécois d’action pour la santé
des femmes (RQASF)

Communiqué

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 octobre 2005.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mercredi 6 décembre
Ligue des Noirs du Québec - Grande manifestation pacifique devant le parlement fédéral à Ottawa le 14 décembre
dimanche 26 novembre
Violences faites aux femmes : sonnettes d’alarme !
lundi 20 novembre
Régine Laurent, récipiendaire du Prix Pour les droits des femmes 2017
vendredi 17 novembre
FMHF - Déjeuner des hommes pour l’élimination des violences envers les femmes - Invitation
vendredi 20 octobre
PDF Québec - Ne minimisons pas les agressions contre les femmes
lundi 2 octobre
Les hommes alliés contre les violences faites aux femmes - Lancement de la 4ème capsule
jeudi 28 septembre
Invitation de La CLES - Journée internationale de non-prostitution : grande soirée sur le thème "Les jeunes féministes et la position abolitionniste"
mercredi 20 septembre
CSF - Pour atteindre l’égalité, il faut appeler une femme une femme !
mardi 30 mai
"Un trop Grand Prix pour les femmes et les filles", une campagne de sensibilisation à l’exploitation sexuelle
lundi 27 mars
Gai Écoute Panels 2017, le 21 avril








Etre soi, une solution française (Presse)
24 octobre 2005, par Sylvie
Dénonciation des stéréotypes de beauté liés à l’image corporelle des femmes et abondante publicité beauté font-elles bon ménage ?
6 octobre 2005



Etre soi, une solution française (Presse)
24 octobre 2005, par Sylvie   [retour au début des forums]
Les troubles sexuels expliqués par un docteur

Etre soi avec la chirurgie !!!!

« Les gynécologues disposent aujourd’hui des moyens
pour augmenter la taille du point G, ce qui augmente
l’orgasme. Il y a une opération à faire », poursuit le
médecin qui explique que le point G est une zone
érogène située en dessous de l’urètre, à six
centimètres de la vulve.

[Répondre à ce message]

Dénonciation des stéréotypes de beauté liés à l’image corporelle des femmes et abondante publicité beauté font-elles bon ménage ?
6 octobre 2005   [retour au début des forums]
Le magazine Audacieuse, le défi d’être soi et la campagne nationale du RQASF

Le RQASF lance son magazine "Audacieuse, le défi d’être soi" qui sera intégré à l’édition du Châtelaine du mois de novembre pour les publications vendues en kiosque. Un autre petit livret publicitaire est intégré à cette publication : une publicité Beauté de Wal-Mart de 36 pages, avec calendrier de 9 mois au bas duquel on peut inscrire notre liste de produits de beauté à acheter. Est-ce que les critères appliqués par Châtelaine concernant les vedettes et mannequins de son magazine s’appliquent aussi à ses publicités ? J’en doute.

D’un côté, on veut aider à la dénonciation des moyens utilisés par les diverses industries - surtout les publicitaires - pour modeler le corps des femmes selon des critères qu’elles n’ont pas choisi, des critères irréalistes, superficiels, des critères qu’elles subissent, des critères qui amènent maintenant les jeunes filles à vouloir plaire à n’importe quel prix et à les soumettre à une image réduite à une attraction sexuelle plaisante. D’un autre côté on permet une telle publicité de Wal-Mart. Je trouve cette attitude extrêmement paradoxale de la part de Châtelaine ! Finalement, on ne s’en sort pas vraiment. Le message que nous envoie Châtelaine c’est qu’en réalité, elle ne peut se passer de ses nombreuses publicités axées sur la beauté et sur la mode, c’est ce qui la fait vivre, c’est ce qui fait qu’elle existe encore après 45 ans. On choisit de "colmater" le tout en appuyant une campagne de sensibilisation mais cette attitude ne serait-elle pas plutôt pour se donner bonne conscience ? Tenter de minimiser ce qu’on ne peut stopper !

D’autant plus que les actions - et l’image - plutôt anti-syndicales de cette compagnie multinationale ne fait pas de cadeaux aux plus démunis, particulièrement les femmes.

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin