| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







dimanche 30 octobre 2005
Le prix Sakharov 2005 à l’avocate nigeriane Hauwa Ibrahim

par Élise Thiébaut

L’avocate nigeriane Hauwa Ibrahim, qui assure la défense des femmes condamnées à mort par lapidation pour adultère au Nigeria, partage le prix Sakharov avec l’organisation Reporters sans Frontières et l’association cubaine, les Dames en blanc. Décerné par le Parlement européen, le prix Sakharov récompense chaque année une personnalité ou une organisation pour son action en faveur de la liberté de conscience.

L’attribution du prix Sakharov à Hauwa Ibrahim est une victoire pour les droits humains et une victoire pour les droits des femmes. Hauwa Ibrahim a assuré bénévolement la défense, non seulement d’Amina Lawal, mais de plus de soixante personnes devant des tribunaux charia, depuis l’instauration, à partir de 1999, de la loi islamique au plan pénal, dans douze états sur trente-six au nord du Nigeria.

Elle-même musulmane, née dans un petit village de 2000 habitants du nord du Nigeria, Hauwa Ibrahim se bat contre les interprétations intégristes de la loi. C’est par le droit qu’elle entend faire entendre la voix des sans-voix, dans un pays où les injustices frappent d’abord les plus pauvres, les plus vulnérables. Son engagement professionnel et éthique s’est poursuivi en dépit des menaces, alors que les tensions, au Nigeria, étaient extrêmes.

L’ensemble de la communauté internationale s’est mobilisée pour l’acquittement d’Aminal Lawal. L’association Avocats sans Frontières France a été aux côtés de Maître Hauwa Ibrahim lors de ce procès et a poursuivi son action au Nigeria, en se rendant à plusieurs reprises sur place, grâce notamment au soutien de l’association française Femmes solidaires et du Barreau de Paris.

Car des condamnations à mort par lapidation pour adultère, des peines de flagellation ou d’amputation sont encore prononcées aujourd’hui au Nigeria. Et, si aucune peine de lapidation n’a à ce jour été exécutée, des châtiments comme la flagellation sont régulièrement appliqués, de même que des amputations pour vol.

Une section d’Avocats sans frontières est en cours de création au Nigeria, sous l’égide de Maître Hauwa Ibrahim. Les avocates et avocats nigerians qui l’ont créée entendent coordonner leur action sur place et faire valoir leur expérience professionnelle dans d’autres pays où les droits humains fondamentaux sont bafoués.

Pour en savoir plus sur l’action d’Avocats sans Frontières France au Nigeria
Contact : Elise Thiébaut, 06 13 23 82 67

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 octobre 2005.


VOIR EN LIGNE : Avocats sans Frontières France


Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 10 mai
"De la burqa afghane à la hijabista mondialisée" (Carol Mann) - Recension d’Ana Pak
dimanche 18 mars
देवी - ELLE, une immersion dans la vie quotidienne des femmes indiennes, par Mélanie Dornier
mardi 6 mars
ONU Femmes - Femmes du monde, unissez-vous !
mardi 6 mars
Conseil des femmes francophones de Belgique - Le sexisme est hors-jeu
Contre la nomination du rappeur Damso comme porte-étendard au football

samedi 3 mars
JIF 2018 - "L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes" (ONU Femmes)
mardi 6 février
Conférence : Les enjeux humains de la migration, le 7 février à 19 h
mercredi 1er novembre
Choisir où vont nos solidarités - Yolande Geadah répond à Pascale Navarro
lundi 19 juin
MMF - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin