| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mardi 10 janvier 2006
Pour en finir avec la « politicouillerie » : plaidoyer pour une loi sur la parité

par Isabelle N. Miron, chercheuse, diplômée en Études féministes. Elle poursuit des études de maîtrise en sciences politiques.

Ca y est ! Le chiffre est lancé, afin que tout le monde s’en désole : sur les 1634 candidats aux élections fédérales, il n’y a que 380 femmes. Stupeur. Consternation. Comme s’il y avait de quoi s’étonner, alors que le nombre de femmes en politique, dans la plupart des pays industrialisés, stagne à près d’un quart d’élues depuis 30 ans. Où sont les enjeux des femmes dans les débats ? Difficile de demander à une bande de cravates de parler de droit à l’avortement, de violence faite aux femmes, de pauvreté des mères monoparentales…

Certains accusent les partis politiques, qui ne font pas assez d’efforts pour recruter des candidates, d’autres les femmes elles-mêmes, qui ont peur de se lancer dans l’arène. Comment les blâmer ? Les partis politiques ne songent qu’à une seule chose : gagner. S’il n’y a pas de candidate suffisamment glamour, connue, rassembleuse, dans un comté donné, ils ne l’encourageront pas. Or, les femmes ne s’illustrent pas souvent comme des meneuses, au sens politique du terme, dans leurs communautés : elles tiennent le milieu communautaire à bout de bras, mais ça, ce n’est pas glamour… Elles viennent plus souvent du milieu social que du milieu des affaires, et on sait qu’un bon candidat, c’est aussi quelqu’un qui peut remplir les coffres à coup de tournois de golf !

Quant aux femmes, si elles refusent de se présenter, peut-on vraiment leur lancer la pierre ? Quand on voit les élogieuses épithètes que leur servent les médias : Bélinda la « pute », Carole la « pleureuse », Pauline la « bourgeoise »… Amusant quand même, que les membres du PQ ait refusé leur vote à une femme compétente sous prétexte qu’elle portait des foulards de soie, au profit d’un dandy habillé en complet Dubuc… Quelle femme veut renoncer à voir grandir ses enfants pour une carrière aussi ingrate ? Une carrière qui la placera sous les feux de la rampe, où elle sera jugée plus sévèrement sur les faux pas de sa vie personnelle et sur sa garde-robe que sur ses compétences professionnelles ?

Si l’on veut changer tout cela, il faut frapper fort. Les méthodes douces et suggestives sont un échec : il faut dorénavant penser à une loi sur la parité, à instaurer des quotas. Les pays qui s’approchent d’une représentation quasi égalitaire n’y sont pas arrivés avec la pensée magique. Il faut obliger les partis à présenter un nombre honorable de candidates, et pas seulement dans les comtés-suicides, où elles seraient encore les « potiches ». Ainsi obligés, les partis se feront peut-être plus convaincants qu’ils ne le sont actuellement pour recruter, en offrant des formations aux candidates, par exemple, pour rassurer les femmes qui pensent ne pas avoir les compétences (certains politiciens devraient se poser plus souvent la question). Parler en public, débattre d’une loi, gérer les journalistes, ce sont des choses qui s’apprennent. Il y a des tonnes de femmes partout au pays qui ont tout ce qu’il faut pour faire de bonnes députées, ou à tout le moins de bonnes candidates, il suffit qu’elles soient soutenues. À part l’École d’Été du groupe Femmes, Politique et Démocratie, à Québec, il n’existe pas beaucoup de formations qui leur soient destinées.

Évidemment, les quotas, la discrimination positive, cela en fera hurler plus d’un. Il faut cependant adopter des mesures drastiques si on veut changer les mentalités machos des partis politiques : quand les femmes formeront leur juste moitié des gouvernements, alors nous pourrons laisser tomber cette loi devenue désuète et parler d’autre chose. Parler… de représentation des minorités culturelles ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 janvier 2006



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 4 mai
Groupe Femmes, Politique et Démocratie - Session SimulACTIONS les 10 et 11 juin
lundi 27 mars
Le GFPD - Les Journées régionales municipales en Jamésie (Chibougamau)
lundi 27 mars
Laboratoire de l’égalité - Nouveau ’Pacte de l’égalité’ proposé aux candidat-es à la présidentielle
samedi 4 mars
8 mars 17 - Féminisme & laïcité. Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017
mardi 17 janvier
Marche des femmes à Washington
jeudi 10 novembre
GFPD - Session SimulACTIONS à Montmagny pour favoriser l’implication des femmes en politique
lundi 12 septembre
Parité femmes-hommes : le Groupe Femmes, Politique et Démocratie interpelle les candidatEs à la course à la chefferie du Parti Québécois
mardi 21 juin
Condition féminine Canada - Appel de candidature pour les Prix du Gouverneur général du Canada commémorant l’affaire "personne". Jusqu’au 10 juillet
vendredi 26 février
Femmes, féministes et indépendantistes - Le 8 mars au Lion d’Or
jeudi 15 octobre
Formations du Groupe Femmes, Politique et Démocratie en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine








> Pour en finir avec la « politicouillerie » : plaidoyer pour une loi sur la parité
11 janvier 2006, par Michèle



> Pour en finir avec la « politicouillerie » : plaidoyer pour une loi sur la parité
11 janvier 2006, par Michèle   [retour au début des forums]

Isabelle,
Moi aussi, ce nombre m’a surprise. Les femmes hésitent à se lancer en politique. On comprend pourquoi. Toutefois, il ne faut pas désespérer. Les femmes ont accompli toute une Révolution depuis quarante ans. Et elles l’ont fait sans brimer personne. Chapeau ! Il reste toutefois beaucoup à faire et celles qui croient que le féminisme est désuet devront se réajuster. Chaque jour, les femmes doivent combattre d’énormes préjugés. Préjugés que certaines d’entre nous entretiennent aussi...

Quant à Belinda...là, vraiment...

Pour toutes les autres, y’a de l’espoir ;)

Tiens, moi, je voterais bien pour vous aux prochaines élections.

Michèle

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin