| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







samedi 11 mars 2006
Vous ne soutenez pas les proxénètes et les prostitueurs ? Vous êtes "putophobe" et criminelle !

Marie-Victoire Louis est une chercheuse française rattachée au Centre national de recherche scientifique (CNRS). Les milieux féministes la connaissent notamment pour ses recherches et ses analyses sur la prostitution et sur la violence. Elle a rendu publique, récemment, le texte d’un groupe militant pro-prostitution et pro-proxénétisme qui l’attaque personnellement.

Ce texte est utile comme illustration des arguments classiques (l’inversion et la distorsion) qui rendent les féministes, et non les prostitueurs et les proxénètes, responsables des problèmes des femmes prostituées. On y retrouve aussi la prétention au choix libre pour la majorité des femmes prostituées, ce qui relève de la fable lorsqu’on sait que prostitution et traite des femmes sont intimement liées. (Micheline Carrier)

***

Bonjour,

Un texte me concernant a été publié par un "groupe activiste" sur le site internet : www.lesputes.org. J’ai souhaité le diffuser largement afin d’attirer l’attention sur la nature du monde - proxénète - que nous promettent les défenseurs/euses des "droits des travailleuses du sexe".

Au delà des attaques à mon encontre - qui ne sont pas les premières et qui vont crescendo - cette phrase issue du communiqué de presse annonçant la création de ce groupe mérite d’être appréhendée à sa juste signification : "Si la classe politique ne souhaite pas nous défendre, elle doit alors savoir que nous la combattrons. Notre but est d’empêcher les discours et pratiques putophobes contre nous dont ils sont les plus responsables".

Marie-Victoire Louis

- Pour rappel : "Elle est libre".
- http://www.marievictoirelouis.net
 Le voici :
 « Madame Marie Victoire Louis est putophobe !

« Le 24 Mars 2004, Marie Victoire Louis a adressé une lettre publique au directeur du Groupe d’Etudes Genres et Rapports Sociaux (GERS) du CNRS dans laquelle elle se scandalise qu’une journée d’étude intitulée « La prostitution, un travail sexuel ressortissant du droit à la vie privée » puisse avoir lieu.

« Dans celle-ci, elle ose amalgamer le travail sexuel à une violence sexiste et s’emporte contre l’association Cabiria qui justifierait cette violence. Elle devrait pourtant savoir que Cabiria est également une association de travailleuSEs du sexe. Pourquoi n’écoute t’elle pas les travailleuSEs de sexe quand nous lui disons que nous ne vivons pas notre métier comme une violence ? Pourquoi refuse t’elle de nous entendre quand nous revendiquons la libre disposition de notre corps et le droit d’exercer l’activité que nous souhaitons ? Pourquoi la parole des travailleuSEs du sexe ne compte t’elle pas pour elle ? N’est ce pas elle plutôt qui exerce une violence à notre égard en nous réduisant à l’état de victimes incapables de se défendre sans sa bienveillante aide ? N’est ce pas elle qui nous stigmatise en nous confiscant la parole, en refusant une réflexion théorique sur notre travail ?

« Les travailleuSEs du sexe vous le disent et le répètent encore : ce n’est pas la prostitution qui est un problème mais les conditions dans lesquelles on l’exerce. Oui de nombreuses travailleuSEs du sexe exercent dans des conditions désastreuses mais contrairement à Cabiria, Madame Marie Victoire Louis ne fait rien pour les aider à travailler dans de meilleures conditions. Elle ne semble même pas se rendre compte à quel point son discours est d’une violence extrême à l’égard des femmes qu’elle veut abolir. Les travailleuSEs du sexe ne sont pas que des corps réduits à être pénétrés dans leur vagin, bouche ou anus comme elle le prétend. C’est une conception bien réductrice de ce que peut être la sexualité. C’est à croire que sa pratique de la sexualité ne se résume qu’aux organes sexuels et qu’elle ne doit pas souvent jouir puisqu’elle ne fait aucune référence au plaisir.

« Dans tous les cas, elle n’aide en rien les travailleuSEs du sexe, bien au contraire. C’est à cause de sa bêtise que nous ne jouissons d’aucune reconnaissance de notre travail et des droits qui vont avec. C’est à cause de discours comme le sien que les hommes peuvent se permettre de réduire les travailleuSEs du sexe à des corps appropriables. Ils ne font là que reprendre son discours et le mettre en pratique quand ils se permettent des violences à notre égard. Marie Victoire Louis ne rend pas service aux travailleuSEs du sexe, mais plutôt à des Sarkozy qui nous emprisonnent dorénavant légalement. C’est à cause de gens comme Marie Victoire Louis que la loi Sarkozy a pu être votée et que les travailleuSEs du sexe sont dorénavant contraintes à la clandestinité.

Elle est responsable de notre fragilité et du manque de prévention face au sida et autres IST.

Marie Victoire Louis n’est qu’une PUTOPHOBE CRIMINELLE ! »

(Fin de la citation)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 février 2006.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 7 décembre
Le Prix PDF Québec 2020 est décerné à JANETTE BERTRAND
vendredi 3 avril
"Pour un feminisme universel" de Martine Storti
lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"








Le grand théâtre
27 février 2006, par Sabrina
Ben oui
26 février 2006



Le grand théâtre
27 février 2006, par Sabrina   [retour au début des forums]

Des soi-disant travailleuses du sexe écrivent ceci :

« Pourquoi la parole des travailleuSEs du sexe ne compte t’elle pas pour elle ? »

Votre parole ne représente pas la parole de TOUTES les femmes prostituées, mais celle d’une infime minorité qui veut se justifier et qui se fout pas mal de celles qui sont victimes de la traite et des prostitueurs.

« N’est ce pas elle plutôt qui exerce une violence à notre égard en nous réduisant à l’état de victimes incapables de se défendre sans sa bienveillante aide ? »

Bla-bla-bla-bla. Etre « réduites à l’état de victimes » dans des écrits est-il plus violent que d’être réduites réellement à des distributrices de fellations, à des sacs où ces messieurs se vident, à des violences psychologiques et physiques en retour de fric ?

« N’est ce pas elle qui nous stigmatise en nous confiscant la parole, en refusant une réflexion théorique sur notre travail ? »

Vous n’aimez peut-être pas cette réflexion, mais Marie-Victoire Louis fait bel et bien uen réflexion théorique sur ce que vous appelez votre travail. Quant à la stigmatisation, vous vous stigmatisez vous-mêmes en vous rabaissant à une fonction de "servantes du sexe". Partout, les femmes dénoncent l’asservissement, pourquoi voulez-vous en faire un métier du moment qu’il s’agit du sexe ?

Vous faites du dénigrement et vous mettez en cause la sexualité de celles qui ne partagent pas votre vision de la prostitution et du proxénétisme. Excusez-moi, ce n’est pas par ce genre d’accusations et de négation que vous allez me convaincre de vous appuyer. Quant au sida, il y a plusieurs moyens de l’éviter, et le plus radical est de ne pas s’adonner à la prostitution quand on sait que les clients ne veulent pas prendre de moyens de protection. Ne rendez pas les autres responsables de vos actes.

[Répondre à ce message]

    > Le grand théâtre
    13 juin 2006, par
    Djamila   [retour au début des forums]


    Mais qu’est ce que c’est que ce discours ? "Vous n’êtes que des sacs dans les quels les hommes se vident", "vous n’avez pas qu’à vous prostituer", quelle fémniste peut penser sincèrement ces phrases ??? Bravo la solidarité entre nanas !

    Je suis tout à fait d’accord pour condamner l’agresseion qu’il y a eu à la maison des femmes, mais jeter les nanas avec le préservatifs, ça non ! Quant au raccourci sur ACT UP, je le trouve profondément malhonnête. Bientôt act up et l’UMP ce sera la même chose aussi ?

    Je trouve en effet que le milieu féministe est spécialiste pour donner des leçons de vie aux femmes, mais si la prositution est un choix dans un véritable NON CHOIX, si la prostitution n’est en effet pas un "travail", qu’est ce qui justifie tant ce mépris ???

    J’ai l’impression qu’on retourne ces annés-ci vers un nouveau débat, où les classes moyennes ne veulent pas re-construire des solidarités avec les sous prolétariat, qu’il soit masculin ou féminin.

    Une paria, qui pourtant a milité avec les féministes...

    [Répondre à ce message]

      > Le grand théâtre
      13 juin 2006, par
      Maria   [retour au début des forums]


      « Mais qu’est ce que c’est que ce discours ? "Vous n’êtes que des sacs dans les quels les hommes se vident", "vous n’avez pas qu’à vous prostituer", quelle fémniste peut penser sincèrement ces phrases ??? »

      Aucune. Trouvez-moi une féministe qui a vraiment dit ça. On prétend que ce genre de discours vient de féministes, c’est pour les discréditer. Il ne faut pas tout croire ce qu’on dit des féministes ou ce qu’on veut leur faire dire, tout de même.

      [Répondre à ce message]

Ben oui
26 février 2006   [retour au début des forums]

Ah ben oui, la ritournelle habituelle : celles qui ne pensent pas comme ces femmes prostituées les mettent en danger et sont de grosses méchantes. C’est stupide ! Si vous voulez qu’on vous respecte, agissez en conséquence.

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin