| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mardi 18 avril 2006
Homa Arjomand dénonce le multiculturalisme canadien et l’islamisme politique, par Élaine Audet

Lors de sa conférence à Montréal, le 11 avril dernier, Homa Arjomand s’est réjouie de la victoire remportée contre l’instauration de tribunaux religieux en Ontario, mais a recommandé la vigilance active face à la montée de l’islamisme politique au Canada et dans le monde. Arjomand est coordonnatrice de la campagne internationale contre les tribunaux de la Charia au Canada, présidente de Children First Now, coordonnatrice de la campagne pour la défense des droits des femmes en Iran. Elle a été élue femme de l’année 2005 par la Gazette des femmes du Conseil du statut de la femme du Québec et est lauréate du Prix Toronto humanist of the year, 2006.

La conférence portait sur les obstacles que met l’islamisme politique radical sur le chemin du mouvement en faveur des droits des femmes et les règles qu’il cherche à imposer, et proposait des solutions pour enrayer cette menace envers les droits des femmes et la laïcité.

Pour illustrer les conséquences du laxisme face aux revendications des fondamentalistes religieux, Mme Arjomand a rappelé les affaires récentes de la reconnaissance légale de tribunaux islamiques au Canada, des caricatures de Mahomet, du lieu de prière de l’École de technologie supérieure de Montréal, du port du kirpan, du turban, du voile, des revendications pour légaliser la polygamie, de la pratique de l’excision, des crimes d’honneur.

Pour Arjomand, le plus grand obstacle au développement des droits des femmes est sans contredit la politique du multiculturalisme canadien, qui empêche toute intégration des minorités ethniques et les condamne à vivre isolées dans des ghettos où les femmes sont soumises aux diktats religieux et patriarcaux d’un autre âge et séquestrées dans le domaine familial où le mari règne en maître absolu.

Au nom de la tolérance, on donne le feu vert à l’intolérance, a-t-elle déclaré. Par peur d’être qualifié-es de racistes, d’islamophobes, on ferme les yeux sur la réintégration progressive de la religion dans l’État et le domaine public, permettant ainsi au fondamentalisme politique de gangrener les États de droit laïques et d’imposer ses propres lois fondées sur la préséance de la religion et la subordination des femmes et des enfants aux "chefs de famille". Pour la militante, il s’agit là d’un accommodement déraisonnable et dangereux.

La conférencière a rappelé avec émotion comment elle a dû fuir l’Iran par les montagnes avec son compagnon et ses deux enfants pour ne pas subir le sort de ses ami-es, exécuté-es par le régime islamique et a suggéré différentes formes d’action, telles que la signature des pétitions sur son site, l’envoi de lettres à nos député-es et ministres, la participation aux diverses tribunes d’opinion, la lutte dans toutes les instances contre le financement des écoles privées et pour la défense des écoles publiques et de la laïcité.

Arjomand insiste sur la nécessité de s’opposer à l’ingérence de toutes les religions dans le domaine public, aussi néfastes les unes que les autres en ce qui concerne les droits des femmes et l’éducation des enfants. Pour elle, il ne doit y avoir qu’une loi pour toutes et tous, et la religion doit rester du domaine privé et séparée de l’État.

À lire : Vida Amirmokri, Homa Arjomand, Élaine Audet, Micheline Carrier, Fatima Houda-Pepin, Des tribunaux islamiques au Canada ?, éditions Sisyphe, 2005.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 avril 2006.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 19 juin
Marche mondiale des femmes - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin