source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2639 -



Arrestation de plusieurs femmes en Iran et pétition UN MILLION DE SIGNATURES

5 mars 2007

Voici deux articles qui nous indiquent que la situation des femmes en Iran est très inquiétante.



Iran : une trentaine de féministes arrêtées

À quelques jours de la Journée mondiale de la femme, 33 militantes féministes iraniennes ont été arrêtées dimanche devant le Tribunal de la Révolution de Téhéran. Elles protestaient contre la tenue du procès de cinq de leurs consoeurs, arrêtées en juin dans les mêmes circonstances.

Sur le coup de 10 h, alors qu’une soixantaine d’entre elles manifestaient dans la rue, des membres de l’armée et des agents en civil se sont précipités sur elles, les ont rouées de coups et les ont embarquées dans des bus en direction de la prison politique d’Evin.

[...] Un groupe de militantes cherchant à améliorer la condition des femmes a lancé en octobre une pétition intitulée « Le million de signatures », misant sur des personnalités et sur le bouche-à-oreille pour récolter un million d’avis favorables. Les avocates Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003 et Nassim Sotoudeh, membres du barreau pour la défense des droits de l’homme, ont proposé de s’occuper de toutes les femmes signataires en cas de discrimination.

Pour Nassim Sotoudeh, « cette pétition, en voyageant de foyer en foyer, permet de familiariser les Iraniennes sur leurs droits légitimes. Mais nous demandons aussi l’aide des femmes du monde entier, sans qui nous échouerons ». Leurs activités ont déjà permis la quasi-disparition des peines de lapidation pour adultère. Néanmoins, la vie d’une Iranienne vaut toujours moitié moins que celle d’un homme, et l’âge de la majorité chez les femmes reste toujours bloqué à 9 ans contre 16 pour ces messieurs.

- Lire l’article au complet : Armin Arefi, "Iran : une trentaine de féministes arrêtées", Cyberpresse, 6 mars 2007.

***

Des militantes iraniennes appellent à signer la pétition d’Un million de signatures

Chères amies,

On nous traite comme des criminelles ! Les pressions augmentent contre les
militantes impliqué-es dans la campagne Un million de signatures qui gagne plus de dynamisme en Iran. Le but est de collecter toutes ces signatures, de les déposer à la Chambre des représentants et de réclamer le changement des lois discriminatoires dans la Constitution iranienne. Bien que certain-es puissent estimer que ce but n’est pas atteignable, la campagne motive activement des femmes et, suivant leur conscience, elles réclament leurs droits et tiennent le
gouvernement pour responsable.

Pour signer la pétition, cliquer ICI.

***

Aux États-Unis, des militantes féministes lancent diverses actions pour dénoncer une éventuelle invasion de l’Iran

Le 8 mars, Journée internationale des femmes, est un jour pour reconnaître et honorer les femmes autour du globe - notre sagesse et notre force collectives.

Cette année nous souhaitons élever nos voix dans le choeur international pour arrêter la prochaine guerre - une guerre contre l’Iran - avant qu’elle n’ait une chance d’être déclenchée.

Nous demandons aux femmes dans le monde de signer ce message au Conseil de sécurité de l’ONU, leur recommandant avec insistance de s’opposer à toute action militaire contre l’Iran :

    Nous, femmes de la communauté internationale, sommes préoccupées par une possible attaque militaire de l’Iran par les États-Unis. Nous avons déjà vu les conséquences désastreuses de l’invasion américaine de l’Irak, surtout pour les femmes de ce pays, et nous sommes déterminées à éviter un destin semblable aux femmes d’Iran.

    Comme nous fêtons le 8 mars la Journée internationale des femmes, nous faisons appel à vous, comme pays représentés au Conseil de sécurité de l’ONU, pour vous opposer à toute action militaire contre l’Iran.

Cliquer ici pour lire le texte intégral et ajouter votre nom à la lettre. N’oubliez pas de nous faire savoir si vous pouvez vous joindre à nous à New York ou Washington DC.

Vous pouvez aussi imprimer une copie de la lettre et l’envoyer au Conseil de sécurité de l’ONU : 140 East 45th Street, New York, NY 10017.

Des groupes locaux de CODEPINK à New York et à Washington DC remettront le 8 mars la lettre avec les signatures. Que celles qui participent à l’action du 8 mars prennent des copies de la lettre pour la faire signer par des femmes. Celles qui sont hors des États-Unis peuvent trouver sur le site de l’ONU la liste des pays participant au Conseil de sécurité ; suivre le lien jusqu’à votre pays pour l’information. Nous voulons en faire vraiment une action internationale.

Si vous désirez une analyse détaillée sur la manière dont l’administration Bush ouvre la voie à la guerre en Iran, il faut lire l’article récent de Seymour Hersh. Utilisons notre énergie collective et notre pouvoir, pendant la Journée internationale des femmes pour stopper cette guerre prochaine sur ses rails.

Des militant-es dans tout le pays occupent des bureaux de membres du Congrès pour exiger : Arrêtez de financer la guerre !

Dans plus de 25 districts, des militants de la paix effectuent des visites de routine dans les bureaux de leurs représentants :

Après avoir été mis à la porte la semaine dernière, les militants de CODEPINK Chicago ont manifesté devant le bureau du sénateur Durbin, et quatre militants ont été arrêtés.

Cinq femmes de CODEPINK ont réussi à pénétrer chez le collecteur de fonds de la sénatrice Hillary Clinton à San Francisco, et ont été arrêtées après avoir déployé un calicot où on pouvait lire « Nous avons besoin d’un Président pour la paix ! Arrêtez le financement de la guerre ! »

Regardez le video clip de l’occupation par CODEPINK du bureau du membre du Congrès Adam Schiff à Los Angeles.

Regardez une vidéo des militants à St Louis lisant les noms des soldats et des Irakiens tués dans la guerre pendant leur occupation du bureau du membre du Congrès Russ Carnahan.

Notre message au Congrès de stopper le financement de la guerre a atteint les oreilles des journalistes, des médias et nos communautés locales.

Courriel de CODEPINK

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 mars 2007.




Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2639 -