source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3069 -



Lettre à la ministre Christine St-Pierre
Ne laissez pas l’ignorance saper les acquis des Québécoises
La directrice de Châtelaine VS le CSF

10 septembre 2008

par Micheline Carrier et Élaine Audet

La directrice de Châtelaine a rencontré la ministre Christine St-Pierre récemment afin d’essayer de la convaincre d’abolir le Conseil du statut de la femme. À quel titre et au nom de qui Mme Ravary a-t-elle fait cette démarche, nous ne le savons pas. Il semble que l’une des prochaines éditions de Châtelaine abordera le sujet de l’aide aux hommes accordée par le gouvernement, qui serait insuffisante. Les hommes antiféministes et les masculinistes, qui n’ont cessé de combattre le CSF et les féministes depuis cinq ans, se sont peut-être trouvé une nouvelle porte-parle en la personne de Mme Ravary. Raison de plus pour faire savoir à la ministre que nous ne partageons pas l’avis de la directrice de Châtelaine.

Mme Ravary se promène dans les médias en se disant victime d’un "site de féministes radicales". Voir ici.

- La ministre Christine St-Pierre réitère son appui au Conseil du statut de la femme.




Montréal, le 9 septembre 2008

Madame Christine St-Pierre
Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine
Édifice Guy-Frégault
225, Grande Allée Est
Bloc A
1er étage
Québec (Québec)
ministre@mcccf.gouv.qc.ca

Madame la Ministre,

Depuis juin dernier, le Conseil du statut de la femme, ses travaux sur l’hypersexualisation et la personne même de sa présidente font l’objet d’attaques de la part de gens des médias, et ces attaques apparemment concertées n’ont rien à voir avec une critique journalistique honnête. Il n’est pas superflu de souligner que les attaques les plus agressives proviennent de blogueurs et de blogueuses (qui se disent journalistes) au service de médias (Journal de Montréal, Châtelaine) qui tirent profit largement de l’hypersexualisation banalisée au sein de la société québécoise. Ces attaques s’inscrivent dans la mouvance antiféministe que nous connaissons depuis quelques années et qui vise à arrêter la marche des femmes vers l’égalité. Pour nous en convaincre, il suffit de les entendre répéter que l’égalité est chose acquise alors que, tout autour de nous, nous constatons que ce n’est pas le cas, en dépit des progrès tangibles accomplis vers cet objectif depuis plusieurs années.

Les plus récentes attaques contre le CSF proviennent de la directrice du magazine Châtelaine qui, comme des masculinistes en 2004-2005, demande l’abolition du Conseil du statut de la femme et suggère d’y substituer une sorte de club mixte qui se réunirait pendant trois jours, une fois l’an (!), "pour dresser une liste des enjeux de l’heure dans les relations entre les individus – hommes-femmes, hommes-hommes, femmes-femmes – et ce, dans une perspective de justice et d’égalité des chances pour tous."

Une telle proposition révèle chez son auteure de la mauvaise foi ou une ignorance certaine du travail pionnier du Conseil du statut de la femme en matière d’égalité "des chances", comme elle le dit, ainsi que du rôle historique du CSF dans l’avancement des Québécoises au cours des trois dernières décennies. Que le Conseil du statut de la femme soit imparfait et qu’il n’ait pas toujours répondu aux attentes de tout le monde, nous en convenons et nous l’avons nous aussi critiqué à l’occasion. Mais s’il fallait éliminer des organismes et des institutions sur ces seuls critères, plusieurs devraient disparaître sur-le-champ, à commencer par les magazines qui travaillent à l’encontre des objectifs de promotion de l’égalité, - raison d’être du CSF et du féminisme -, objectifs qui reçoivent l’adhésion d’une majorité de Québécois et de Québécoises.

Madame la Ministre, nous vous demandons de rejeter catégoriquement et publiquement les prétentions de la directrice de Châtelaine, Lise Ravary, et des personnes qui la soutiennent dans son travail de sape : Lise Ravary ne représente en rien l’opinion majoritaire des femmes québécoises, elle représente son employeur et elle-même. Nous vous demandons ainsi qu’à votre gouvernement de réitérer publiquement votre appui au Conseil du statut de la femme et au mouvement féministe qui luttent sur tous les fronts pour améliorer la condition des femmes québécoises.

En 2004, nous avons mené une campagne contre ce genre de proposition dont le résultat a abouti à une pétition de plus de 5000 signatures d’hommes et de femmes, pétition présentée à la ministre de la Condition féminine d’alors, à l’Assemblée mationale. S’il le faut, nous reprendrons le combat. Nous ne laisserons pas la mauvaise foi ou la malveillance, l’ignorance et les intérêts financiers détruire des institutions que les femmes ont acquises de hautes luttes afin d’obliger l’État à prendre en compte la discrimination systémique à leur endroit et à mettre en place les mesures pour y rémédier.

Après le Conseil du statut de la femme, qui les médias interpellés en raison de leur exploitation éhontée des femmes et des jeunes filles essaieront-ils de faire taire ?

Veuillez accepter, Madame la Ministre, nos salutations distinguées.

Micheline Carrier et Élaine Audet,
Éditrices de Sisyphe.org et des éditions Sisyphe

cc. M. Jean Charest, premier ministre
Mme Pauline Marois, cheffe de la 2e opposition à l’Assemblée nationale
Mme Christiane Pelchat, présidente du Conseil du statut de la femme
Châtelaine
Quelques journaux

- Réponse de la ministre Christine St-Pierre.


RÉAGIR

Ceux et celles qui voudraient appuyer cette lettre peuvent écrire à la ministre à l’adresse suivante. Vous pouvez copier cette lettre et la signer ; ou lui écrire simplement que vous êtes d’accord avec notre position ; ou encore écrire votre propre lettre. Nous donnons aussi les adresses du premier ministre, de la cheffe de la 2e opposition à l’Assemblée nationale et de la présidente du CSF à qui vous pouvez envoyer copie de votre lettre par courriel ou autrement. Si vous avez une réponse de la ministre avant nous, nous vous invitons à la publier dans le forum "Commenter cet article".

  • Madame Christine St-Pierre
    Min. de la Culture, des Communications et de la Condition féminine
    Édifice Guy-Frégault
    225, Grande Allée Est
    Bloc A
    1er étage
    Québec (Québec)
    G1R 5G5
    Téléphone : 418 380-2310
    Télécopieur : 418 380-2311
    ministre@mcccf.gouv.qc.ca

    Copie conforme à :

  • M. Jean Charest, premier ministre
    Édifice Honoré-Mercier, 3e étage
    835, boulevard René-Lévesque Est
    Québec (Québec) G1A 1B4
    Télécopieur : 418 643-3924
    Courriel : formulaire sur le site.
  • Mme Pauline Marois, cheffe de la 2e opposition officielle à l’Assemblée nationale
    Hôtel du Parlement
    1045, rue des Parlementaires
    3e étage, Bureau 3.151
    Québec (Québec)
    G1A 1A4
    Téléphone : 418 644-9318
    Télécopieur : 418 643-2957
    pmarois-chlv@assnat.qc.ca
  • Mme Christiane Pelchat, présidente
    3e étage, bureau 300
    800, place D’Youville
    Québec (Québec) G1R 6E2
    Téléphone : (418) 643-4326
    Sans frais : 1 800 463-2851
    Télécopieur : (418) 643-8926
    Courriel : csf@csf.gouv.qc.ca

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 septembre 2008

    POUR SIGNER CETTE LETTRE EN LIGNE

    Vous pouvez ajouter votre signature en ligne en indiquant votre nom et votre adresse courriel dans le formulaire à gauche. Vous recevrez un courriel demandant une confirmation. Quand vous aurez confirmé en cliquant sur le lien indiqué dans le courriel, votre signature apparaîtra sous Les signataires en bas de cette page. Nous avons essayé le formulaire en indiquant le nom et l’url de Sisyphe et constaté qu’il fonctionne bien. Votre courriel n’apparaît pas sur le site et le logiciel ne le sauvegarde pas, donc vous pouvez participer à cette action en toute sécurité. Les associations peuvent indiquer l’adresse de leur site, une information utile pour les internautes qui visitent cette page et qui souhaitent mieux connaître ces associations.

    - Une deuxième page pour des signatures ici.

    Cette page est mise à jour de façon régulière.

  • Micheline Carrier et Élaine Audet

    P.S.

    Lire aussi :

  • Avis sur l’hypersexualisation - Rectifications nécessaires</a<, par Christiane Pelchat, présidente du Conseil du statut de la femme
  • "Sexe et médias - Le Conseil du statut de la femme répond à Lise Ravary", directrice de Châtelaine.
  • « Une attitude revancharde liée à l’avis du CSF sur l’hypersexualisation », par Me Louise Langevin, titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes
  • « Attaques contre le CSF - Lise Ravary se trompe de cible », par Johanne St-Amour
  • « Lettre à l’éditrice de Châtelaine sur la pertinence du CSF - Les raisons d’être du Conseil du statut de la femme », par Rosette Côté, ex-présidente de la Commission de l’équité salariale et consultante à l’École nationale d’administration publique (ENAP)


    Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3069 -