source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3104 -



Avortement et élection : souvenons-nous

12 octobre 2008

par Micheline Carrier

Le cardinal Jean-Claude Turcotte ou d’autres récipiendaires de l’Ordre du Canada ont eu beau remettre leurs distinctions, en guise de protestation, et les groupes anti-choix s’agiter pendant des mois auprès des hommes et des femmes politiques, puis menacer de poursuite la juge en chef du pays, cela n’a pas empêché la gouverneure générale, Michaëlle Jean, d’attribuer l’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler. La cérémonie s’est déroulée vendredi, à la Citadelle de Québec, à quelques jours d’un scrutin dont les Conservateurs, majoritairement partisans de la recriminalisation de l’avortement, espèrent sortir gagnants.

« Je suis honoré de recevoir aujourd’hui l’Ordre du Canada, a déclaré le Dr Morgentaler après avoir reçu la décoration des mains de la gouverneure générale. Le Canada est un des rares endroits dans le monde où la liberté d’expression et la liberté de choix prévalent de manière vraiment démocratique ». Le médecin montréalais d’origine polonaise a mené une longue lutte en faveur de la liberté de choix des femmes et de la décriminalisation de l’avortement au Canada, dont on célèbre d’ailleurs cette année le 20e anniversaire. En effet, en janvier 1988, la Cour suprême du Canada a rendu, dans la cause du docteur Henry Morgentaler accusé, avec deux autres médecins, de pratiquer des avortements illégalement dans sa clinique de Toronto, un jugement qui invalidait des dispositions du code criminel en vigueur depuis 1969.

Vendredi, la gouverneure générale a aussi remis la distinction de l’Ordre du Canada à dix-neuf autres personnalités canadiennes, dont l’ancienne Haut-commissaire des droits de l’Homme à l’ONU, Louise Arbour. Cette dernière a souligné le courage du Dr Morgentaler et a pris sa défense. Il est normal d’exprimer des désaccords, a-t-elle dit, mais il est inadmissible de s’associer à des propos haineux contre des personnes qui défendent les droits humains. Quelques personnes "pro-vie" (sic) ont manifesté à l’entrée de la Citadelle.

Les féministes se réjouissent

La Fédération des femmes du Québec et la Fédération du Québec pour le planning des naissances se sont réjouies de cette reconnaissance officielle de l’engagement et du courage du Dr Morgentaler : "Homme d’exception, il a certainement contribué à sauver la vie de milliers de femmes. Il était temps que le Canada l’honore. » L’Association canadienne pour la liberté de choix a félicité le médecin, âgé de 85 ans : il s’agit d’"un moment historique qui souligne l’engagement profond et la contribution du Dr Morgentaler au mieux-être des femmes canadiennes et pour leur garantir des soins et des droits en matière de santé reproductive."

Vingt ans après le jugement qui a décriminalisé l’avortement et reconnu la liberté de choix des femmes, les services d’avortement ne sont toujours pas encore accessibles ni gratuits pour toutes, tant au Québec que dans les autres régions du Canada. De plus, rappelons-nous : la Chambre des Communes avait adopté en seconde lecture, avant le déclenchement des élections, un projet de loi privé (C-484) qui a soulevé un tollé général au Québec, dans les milieux médicaux et juridiques comme dans les organisations féministes, parce qu’il comportait des risques de recriminaliser l’avortement. Vingt-sept députés libéraux avaient voté en faveur du projet de loi C-484, avec le Parti conservateur du Canada, celui-là même qui demande un second mandat mardi prochain. Stéphane Dion était absent de la Chambre des communes ce jour-là et Stephen Harper a voté en faveur de ce projet.

Alors, pensons-y bien quand nous irons voter mardi, le 14 octobre. Si les Conservateurs gardent le pouvoir, il faut nous attendre à reprendre les luttes encore et encore, pour les empêcher non seulement de recriminaliser l’avortement au Canada, mais aussi de saccager les acquis des femmes sur d’autres fronts. Et il n’est pas question de rester chez soi parce que la campagne électorale a été particulièrement ennuyante et que nos représentant-es semblent manquer d’idées. Il faut nous montrer dignes des Thérèse Casgrain, Idola St-Jean, Marie Gérin-Lajoie et autres femmes qui, elles, se sont battues pendant des années pour nous obtenir le droit de vote. Le droit de défaire un parti qui méprise aussi ouvertement les femmes. Voter, c’est s’exprimer. Alors, exprimons haut et fort ce que nous pensons de ce parti et de son chef autocrate.

Des lectures

  • Dossier de Radio-Canada consacré au Dr Henry Morgentaler.
  • "Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité", par Louise Desmarais et des groupes de femmes.
  • Étude - L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008, septembre 2008, par le Conseil du statut de la femme du Québec. Document en PDF à télécharger sur le site du CSF.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 octobre 2008

  • Micheline Carrier


    Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3104 -