source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3502 -



Les talibans sont déjà au pouvoir à Kaboul

28 janvier 2010

par Carol Mann, chercheure en sociologie et directrice de l’association ‘Women in War’ à Paris

Alors que les féministes du monde entier s’inquiètent du projet du gouvernement Karzaï, encouragé par les Américains, de s’allier officiellement avec les talibans, force est de constater que c’est déjà le cas, du moins officieusement. En dépit d’une constitution supposément égalitaire, les femmes en Afghanistan n’ont jamais eu de droits réels. Le pire est encore à venir, comme le montrent les extraits d’un débat parlementaire qui vont suivre. D’aspect anodin, à prime abord, le niveau de la réflexion est tristement révélateur.

Dans un article précédent (1), j’avais décrit l’état pitoyable du ministère des Droits des Femmes à Kaboul et le peu de moyens qui lui était accordé.

Les élections qui ont eu lieu en Afghanistan ont suscité l’arrivée de nouveaux ministres, y compris pour le ministère des Droits des femmes, auquel personne ne croit vraiment. Lors des discussions, en janvier 2010, les député-es se montrèrent, pour la première fois, sceptiques quant à ses choix et posèrent leurs conditions. La liste des questions posées à Palwasha Hassan, postulante et favorite pour le poste de ministre des Droits des femmes, indique bien l’orientation conservatrice de Kaboul. Les préoccupations des député-es, transcrites ici par une personne qui assistait au débat, se polarisent largement autour du voile (Hijab) et de l’importance de limiter les droits des femmes. Le deuxième sexe afghan est réellement traité en tant qu’objet du premier.

Ces questions ont été transcrites, à la hâte, par une journaliste qui assistait à la séance, et transmis à AWR (Afghan Women’s Rights List), que je remercie ici.

1. Le Hijab est obligatoire pour les femmes dans l’Islam. Quelle est votre opinion et quelle sera la politique de votre ministère ?
2. Quel est votre degré de connaissance sur les enseignements du Coran ?
3. Le MoWA (Ministry of Women’s Affairs) n’a eu qu’un rôle symbolique. C’est un nom, il n’a aucune fonction. Comment le transformez-vous en un véritable ministère ?
4. Nous avons lu que vous vous êtes occupée de refuges pour les filles. Nous savons que de lieux pareils ne sont pas convenables pour les filles. Ils sont très mal vus par la société afghane. Les familles ne reprennent pas leurs filles ensuite. Comment réagissez-vous ? (question posée par une députée active à l’époque de Rabbani)
Réponse de Palwasha Hassan : « Ces abris ont été créés pour les filles à la rue, les filles abusées. Construire ce type d’endroit n’est pas contre l’Islam. Je crois qu’Allah me recompensera pour cela un jour. »
5. Il y a une relation entre la pauvreté et la violence. Comment pensez-vous réduire la pauvreté ? Comment pensez-vous renforcer le pouvoir des femmes (empowerment) ? Comment trouverez-vous l’argent pour cela ? (question posée par une députée)
6. Les droits des femmes et le problème de genre vont dans deux directions opposées : la façon de faire occidentale et la façon de faire islamique. Pourtant, les lois afghanes défendent déjà les femmes. Comment allez-vous maintenir l’équilibre : pas trop de liberté pour les femmes, mais le maintien de certains droits ? (question d’un mollah)
7. Quelle est votre stratégie pour créer un mouvement de défense des femmes et pour promouvoir les droits des femmes ?
8. Comment comptez-vous trouver des fonds pour les femmes ? Quelle est votre politique pour mettre en place une éducation coranique pour les filles dans les régions rurales ?
9. Pensez-vous changer les représentantes de votre ministère dans les provinces ?
10. La plupart des conférences et ateliers se tiennent en ville. Pensez-vous en organiser en province ?
11. Que savez-vous de la réflexion sur le genre dans la société et l’économie ? Êtes-vous d’accord que le genre en Occident est fondé sur une liberté illimitée pour les femmes ?
12. Hijab et Mahram (l’accompagnateur masculin autorisé sans lequel une femme ne peut pas quitter son domicile) fondent notre société islamique. Posez-vous une limite que les femmes n’ont pas le droit de franchir, par exemple, l’interdiction de circuler sans être voilée ou sans escorte ?
13. Permettrez-vous aux hommes de travailler au Ministère ?
14. Imposerez-vous le Hijab ?
15. Comment interdirez-vous l’utilisation des images de femmes dans les publicités télévisées ?

La candidature de Palwasha Hassan, activiste féministe de longue date, ne fut pas retenue. Son expérience sur le terrain, son engagement auprès d’organismes humanitaires et son désir de transformer la situation furent jugés bien trop menaçants pour l’ordre si douloureusement établi.

Quand les talibans et leurs alliés prendront leur siège au gouvernement de Kaboul, ils n’auront pas grand-chose à réformer : les femmes auront déjà réintégré la burqa, seront disparues des écrans de télévision et de l’espace public en général… À moins que…

Note

1. « Droit coutumier et corruption : des obstacles aux droits des femmes afghanes »

Sites Internet de l’auteure

- womeninwar.org
- www.femaid.org/
- Blog : www.carolmann.net

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 janvier 2010

Carol Mann, chercheure en sociologie et directrice de l’association ‘Women in War’ à Paris


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3502 -