source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3532 -



Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Le gouvernement conservateur se contredit

2 mars 2010

par Joyce Arthur, directrice de la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada

Des menaces pèsent sur le soutien de longue date du Canada au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire.

OTTAWA, le 21 février 2010 - Même si le gouvernement conservateur a promis mercredi dernier que « le Canada ne changera pas sa position concernant la santé des femmes et des enfants », cela semble être exactement ce qu’il est en train de faire. Selon des députées et porte-parole du Parti conservateur, la nouvelle initiative sur la santé maternelle n’aura « absolument rien à voir avec l’avortement » (Shelly Glover) ; les mesures de planning familial n’ont jamais fait partie de ce que M. Harper entendait financer ; et « le gouvernement n’a aucunement l’intention de rouvrir quelque débat sur l’avortement » (Bev Oda).

« C’est là un changement majeur et inquiétant de politique, puisque le Canada subventionne depuis le milieu des années 1980 le planning des naissances et des soins liés à l’avortement sécuritaire dans des pays en voie de développement », a déclaré Joyce Arthur, coordonnatrice de la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada. Par l’intermédiaire de l"ACDI (Agence canadienne de développement international), le Canada subventionne depuis longtemps la Fédération internationale pour le planning des naissances (IPPF), qui facilite une vaste gamme de soins de santé génésique, y compris le planning des naissances et l’avortement. Toutefois, la ministre de la Coopération internationale Bev Oda n’a pas renouvelé les 18 millions de dollars du financement de l’IPPF pour les trois prochaines années, échu en décembre.

« Nous soupçonnons que le non-renouvellement de ce budget pourrait être lié à la pétition lancée l’automne dernier par le député conservateur Brad Trost pour réclamer l’interruption du financement gouvernemental de l’IPPF parce qu’une faible part des activités de cet organisme consiste à appuyer des services d’avortement sécuritaire », commente Carolyn Egan, porte-parole de la CDAC. « L’idéologie anti-avortement du présent gouvernement est bien connue et la plupart des députés conservateurs sont opposés au libre choix. C’est pourquoi nous craignons que le gouvernement s’apprête à reprendre la désastreuse politique du gouvernement Bush qui a supprimé le financement des organisations offrant des contraceptifs et des soins liés à l’avortement », ajoute Mme Egan. Ces préoccupations sont également exprimées par le leader libéral Michael Ignatieff, le député libéral Keith Martin et d’autres intervenant-es. « De telles coupures, explique Carolyn Egan, ont forcé la fermeture de beaucoup de cliniques de santé dans des pays en voie de développement, conduisant à des hausses marquées de grossesses non voulues, d’avortements non sécuritaires et de décès de mères et d’enfants. »

Pour Joyce Arthur, « il est tout simplement impossible de protéger la santé
des mères ou des enfants en refusant toute aide aux 20 millions de femmes
par année à des mères pour la plupart dont la vie est mise en danger par
des procédures d’avortement rendues illégales et non sécuritaires. » Elle
explique que 13% des décès maternels, qui fauchent 68 000 femmes chaque année, sont dus aux conditions non sécuritaires d’avortement et que, lorsqu’une femme en meurt, ses enfants sont 10 fois plus susceptibles de périr au cours des 2 prochaines années.* De plus, le planning des naissances est un déterminant important de la santé des mères et des bébés dans les pays en voie de développement, puisque le fait de retarder et d’espacer les grossesses épargne la vie de mères et de leurs bébés et améliore leurs conditions de vie.

« En tournant le dos aux femmes privées de services de planning familial ou
qui doivent recourir à des avortements de fortune, les Conservateurs ont
décidé que ces femmes ne méritent pas de vivre », ajoute Mme Egan. « Dans les faits, le Canada affiche maintenant officiellement une politique étrangère
anti-choix, qui compromet la vie et la santé de femmes et d’enfants dans
d’autres pays, tout en prétendant cyniquement leur venir en aide. »

Mmes Arthur et Egan incitent fortement le gouvernement à renouveler
immédiatement le financement de l’IPPF et à inclure explicitement le
planning des naissances et l’avortement sécuritaire dans son initiative sur
la santé maternelle. « Ce volet est essentiel pour sauver la vie à
d’innombrables femmes et enfants partout dans le monde », conclut Joyce
Arthur.

* Voir le document d’information « Faits saillants concernant la santé des mères et des bébés dans les pays en voie de développement ».

- Site : www.arcc-cdac.ca

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 février 2010

Joyce Arthur, directrice de la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3532 -