source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3633 -



Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)

16 août 2010

par le Collectif du 18 août

Nous souhaitons aujourd’hui, le 18 août, commémorer le cinquième anniversaire du décès de Nadia Caron, une jeune femme de 22 ans ayant perdu la vie des suites de la prostitution. Du même coup, nous voulons dénoncer l’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes !!

CE QUE NOUS FERONS : Le 18 août 2010 se tiendra une action de commémoration de 9h à 15h sur la zone portuaire de Chicoutimi (aux coins du boulevard Saguenay et de la rue Lafontaine). Nous invitons les personnes qui désirent appuyer l’action à venir déposer des fleurs, un lampion (des lampions seront disponibles sur place) ou un petit mot qu’elles auront rédigé sur une œuvre commémorative qui sera installée à cet endroit. De ce même lieu s’entamera à 15h une courte marche qui nous mènera un peu plus loin sur la zone portuaire, où nous planterons un arbre en mémoire de Nadia Caron, mais aussi pour toutes les autres femmes qui ont perdu la vie des suites de la prostitution.

QUI SOMMES-NOUS : Nous sommes un groupe de femmes, féministes abolitionnistes, qui avons la ferme conviction qu’un monde sans prostitution et sans exploitation sexuelle est possible. Nous sommes profondément touchées, en tant que femme, par ce qui est arrivé à Nadia Caron mais aussi par le sort de toutes les femmes qui subissent les conséquences de l’exploitation sexuelle. Pour cette raison, avec l’appui de la mère de Nadia Caron, le « Collectif du 18 août » a été formé. Ce regroupement organise une Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle qui, nous l’espérons, se reconduira à chaque année en mémoire de Nadia Caron et contribuera à faire connaître la position abolitionniste.

OÙ : À l’angle du Boulevard Saguenay et de la rue Lafontaine à Chicoutimi.

QUAND : De 9 à 15h, le 18 août 2010

DÉROULEMENT : (entre 9h et 15h, des personnes seront sur place pour répondre aux questions et donner de l’information)

9h : Début de l’action, distribution d’information aux passant-e-s
10h : Point de presse
12h : Présentation et mise en vente du chandail à l’effigie de la Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle
15h : Rassemblement et départ de la marche vers le lieu où nous planterons symboliquement un arbre en mémoire de Nadia Caron et des autres victimes de la prostitution
16h : Fin des activités

L’EXPLOITATION SEXUELLE, C’EST QUOI ?

L’exploitation sexuelle consiste à tirer injustement avantage d’une personne au plan sexuel. Cela peut se faire via la prostitution par exemple ou les services de massages érotiques, où les femmes reçoivent une rétribution monétaire en échange de services sexuels. L’exploitation sexuelle peut également être effectuée via un échange de services, où les femmes se font offrir des biens comme des aliments, de la drogue, un logis ou un transport en échange de services sexuels. Cette dernière forme d’exploitation est d’ailleurs particulièrement répandue au Saguenay Lac-St-Jean.

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* Environ 4 millions de femmes et d’enfants sont victimes chaque année de la traite mondiale aux fins de prostitution (Poulin, 2004) ;
* Plus de 80 % des personnes recrutées dans la prostitution sont mineures ;
* Au Canada, les femmes ayant un vécu de prostitution ont un taux de mortalité quarante fois supérieur à la moyenne nationale ;
* Plus de 9 femmes prostituées sur 10 dépendent d’un proxénète (Poulin, 2000) ; le proxénète touche de 75 à 90% de l’argent empoché par « ses protégées ». (Coquart et Huet, 2000)

Il est impossible de rester neutre devant l’exploitation sexuelle, l’expansion de l’industrie du sexe et sa banalisation.

CE QUE NOUS DEMANDONS :

AU PLAN MUNICIPAL : Que Ville Saguenay cesse d’émettre des permis aux établissements d’exploitation sexuelle et retire ceux déjà existants.

AU PLAN PROVINCIAL : Que le gouvernement offre des cours d’éducation sexuelle aux étudiant-e-s du secondaire dans une perspective égalitaire entre hommes et femmes.

AU PLAN FÉDÉRAL : Que le gouvernement criminalise les clients et les proxénètes plutôt que les femmes exploitées sexuellement.

Parce que le corps et la sexualité des femmes ne sont pas une marchandise,
Disons NON à l’exploitation sexuelle !

Une action organisée par le Collectif du 18 août

Et appuyée par : Le Collectif Rebelles Saguenay et le Collectif Emma Goldman

- Pour nous joindre : Geneviève Larouche, porte-parole

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 août 2010

le Collectif du 18 août


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=3633 -