source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=4745 -



Lettres de Djemila Benhabib et de Marie Savoie à l’Ombudsman de Radio-Canada RDI
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple

26 avril 2014

Plusieurs ont remarqué le biais pro-islamiste de Radio-Canada RDI avant et au cours de la campagne électorale au Québec en mars et avril 2014. La Société d’État, au sein de laquelle se perd de plus en plus le souci de l’information honnête et complète, ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Son parti-pris anti-charte des valeurs et anti-PQ s’est traduit dans un reportage dénoncé ci-dessous par l’auteure Djemila Benhabib, qui avait donné une entrevue au journaliste, et par Marie Savoie, une féministe laïque engagée. Toutes deux ont porté plainte auprès de l’Ombudsman de Radio-Canada/RDI. Sisyphe suivra le résultat de ces démarches afin de voir si l’Ombudsman de Radio-Canada sert l’intérêt de la population ou celui de son patron et des journalistes. Micheline Carrier, pour Sisyphe.

***


Lettre de Djemila Benhabib, auteure et candidate péquiste dans Mille-Îles à l’élection du 7 avril 3014, à Pierre Tourangeau, Ombudsman, Radio-Canada/RDI

Le 13 avril, en début d’après-midi, j’ai participé à un reportage effectué par Jacques Bissonnet et qui a été diffusé le soir même aux nouvelles à RDI*.

L’objet du reportage consistait à faire réagir des membres des communautés musulmanes aux résultats des élections au Québec sous l’angle de la Charte des valeurs. J’ai accepté d’y prendre part à condition que mon propos sur l’instrumentalisation du religieux à des fins politiques y trouve écho. C’était l’entente que j’avais conclue avec la recherchiste qui m’a appelée sur mon cellulaire ainsi qu’à mon domicile le samedi en milieu d’après-midi, et qui a insisté pour recueillir mes commentaires. Le rendez-vous était donc pris pour le lendemain, c’est-à-dire le 13 avril à 13h00, devant un salon mortuaire de Laval auquel je devais me rendre pour des raisons personnelles.

D’emblée, j’ai mis en garde le journaliste contre une façon erronée de présenter les communautés musulmanes comme une entité homogène et j’insistais sur la nécessité de décliner ces communautés dans leurs pluralités, c’est-à-dire formées de différentes tendances : conservatrice, rigoriste, libérale, progressiste, etc. Comme dans toutes les communautés, on comptait des personnes qui étaient en faveur de la Charte de la laïcité et d’autres en défaveur.

Mon propos consistait à
1) Me positionner comme une laïque de culture musulmane en faveur de la Charte des valeurs comme l’était un certain nombre de musulmans laïques.
2) D’ailleurs, je n’ai pas manqué de souligner la présence de plusieurs personnes de culture musulmane et plus largement immigrantes à ma campagne électorale qui étaient en faveur de la Charte.
3) Attirer l’attention de mes concitoyennes et concitoyens sur l’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques par le biais de certaines mosquées ainsi que par l’implication de centres et d’organismes communautaires et cultuels qui ont affiché un activisme politique sans précèdent durant cette campagne électorale, tout comme ils l’avaient fait en 2012 et ce, en violation des principes démocratiques et en particulier de la séparation des pouvoirs politiques et religieux.
4) Dénoncer les intimidations et les pressions que j’ai moi-même subies de la part de groupes islamistes durant cette campagne électorale.
5) Insister sur les fondamentaux de la laïcité, sa portée universelle et son lien intrinsèque avec la démocratie.
6) Rappeler mon adhésion à la Charte de la laïcité et revenir sur la stratégie adoptée par le Parti québécois.

Quelle ne fut pas ma surprise en visionnant le reportage en soirée de constater que les trois autres intervenant-es étaient tous en défaveur de la Charte. Plus encore, qu’ils et elles avaient milité activement contre la Charte. Que le temps qui m’a été alloué pour exprimer mes commentaires étayés par des faits, des dates, des noms d’organismes, était de moins de 4 secondes.

Je considère que ma participation à ce reportage a été totalement détournée de son sens et instrumentalisée pour accréditer une thèse dangereuse qui vise encore une fois à tromper l’opinion publique en décrivant les communautés musulmanes comme monolithiques et en défaveur de la Charte.

Or, il existe tout un courant d’opinion de musulmans laïques qui sont très inquiets des conséquences de l’abandon de la Charte. Dans l’intérêt public et pour préserver notre espace démocratique, il aurait été pertinent de le laisser s’exprimer.

Me sentant totalement trahie par le traitement qui a été fait de mon analyse, je demande à RDI que ma contribution soit retirée des archives de ce reportage et qu’un autre reportage soit consacré aux musulman-es laïques en faveur de la Charte, qui n’ont guère trouvé d’espace pour exposer leur perspective au grand dam de la liberté d’expression.

Djemila Benhabib, auteure

* Ce reportage de Jacques Bissonnet a aussi été diffusé le même jour au Téléjournal de Radio-Canada.

- Site de l’Ombudsman de Radio-Canada/RDI

_______________


Commentaire de Marie Savoie, collaboratrice de Sisyphe, adressé le 15 avril 2014 à Pierre Tourangeau, Ombudsman, Radio-Canada/RDI

Sujet : Reportage du Téléjournal du 13 avril à Radio-Canada sur des réactions de la communauté musulmane à l’élection des libéraux

Ce reportage était manifestement biaisé et dénotait un fort parti pris contre la Charte de la laïcité.

On a voulu laisser croire que tous les musulmans et toutes les musulmanes étaient farouchement opposé-es à la Charte, ce qui est faux.

Les musulman-es partisan-es de la Charte (dont Karim Akouche, Leila Lesbet, Rakia Fourati, Ali Kaidi et même, du côté anglo-canadien, Tarek Fatah, le fondateur du Congrès musulman canadien) ont été passés sous silence comme s’ils n’existaient pas.

La seule intervenante, parmi les quatre personnes interrogées, qui était favorable à la Charte (Djemila Benhabib) n’a eu droit qu’à quelques secondes et son message a été visiblement tronqué.

C’était choquant de la part des journalistes de Radio-Canada qui devraient respecter un minimum d’impartialité.

De plus, on a interviewé une musulmane intégriste qui avait milité pour la charia au Québec*, comme si elle parlait au nom de la majorité des musulman-es québécois-es.

C’est une honte et une atteinte au droit à une information objective.

C’est aussi insultant pour les nombreux musulmans et musulmanes qui croient à la séparation de l’Église et de l’État et sont partisan-es d’une société laïque.

* Honte à vous Jack Layton de présenter la candidature de l’islamiste Laouni, par Tarek Fatah. Aussi ce lien.

- Le reportage de Jacques Bissonnet

- Site de l’Ombudsman de Radio-Canada/RDI

_____________

Sur le même sujet...

Reportage d’Ici Radio-Canada, ou la désinformation au service de l’intégrisme, par Ali Kaidi

Nous sommes offensés par ce reportage partial et tendancieux du journaliste Jacques Bissonnet, diffusé sur Ici Radio Canada, le 13 avril 2014, qui fait la promotion de l’islamisme. Nous dénonçons cette attitude qui n’est pas anodine, car elle révèle la posture néo-orientaliste de RDI qui se cache derrière un multiculturalisme essentialiste. RDI est incapable de voir que les musulmans ne sont pas tous islamistes et que beaucoup d’immigrants, que Monsieur Jacques Bissonnet qualifie à tort de musulmans, ne revendiquent pas le port du voile. Ce n’est pas étonnant de sa part. Être objectif, c’est beaucoup lui demander ; il ne peut le faire ; son idéologie limite son horizon intellectuel. (…)

- Lire la suite de ce texte sur le site
kabyle universel.com

- Lire aussi : « Panser les plaies d’Ici Radio-Canada : mensonge, ignorance ou manipulation ? », par Louenas Hassani, dans kabyleuniversel.com, le 16 avril 2014.

- Le reportage de Jacques Bissonnet

- Site de l’Ombudsman de Radio-Canada/RDI

- Lire aussi ce texte : « Je croirai les dirigeants islamistes quand... », par Françoise Breault, enseignante à la retraite

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 avril 2014




Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=4745 -