source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5192 -



Femmes immigrantes et métiers majoritairement masculins (FIMM) -Trousse d’outils pour les organismes en employabilité

23 février 2016

par la Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins


Femmes immigrantes et métiers majoritairement masculins (FIMM) (1) Trousse d’outils pour les organismes en employabilité

Historique du projet

La Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins (CMFEMM) a pris l’initiative de réunir des organismes multisectoriels concernés par l’employabilité des femmes immigrantes pour former un comité de travail* spécifiquement pour favoriser l’intégration des femmes immigrantes dans les métiers majoritairement masculins.

La première phase a consisté en l’identification des obstacles qui peuvent nuire à l’intégration des femmes immigrantes dans les métiers majoritairement masculins.

Il en est ressorti que le travail déjà assuré par les organismes travaillant avec les femmes immigrantes en recherche d’emploi cible principalement leur compréhension et adaptation au milieu du travail québécois. Des renforcements à plusieurs autres niveaux se sont avérés nécessaires pour accroître les connaissances des organismes en employabilité sur les métiers non traditionnels, contrer les résistances, faire valoir les avantages des métiers non traditionnels auprès des femmes immigrantes et faciliter leur accès et intégration dans les métiers majoritairement masculins.

Les emplois non traditionnels offrent aux femmes de très bonnes perspectives d’emploi, de meilleurs salaires et sont souvent considérés comme des secteurs en demande de main-d’œuvre. Sur les 519 corps de métier répertoriés au Québec, plus de la moitié sont considérés non traditionnels pour les femmes au Québec.

Lors du choix d’une carrière, les femmes, comme les hommes, devraient pouvoir envisager toutes les options à leur disposition. À compétences égales, pourquoi les femmes n’auraient-elles pas les mêmes possibilités ?

Une stratégie a été développée en comité de travail, visant à ce que :

• Les organismes en employabilité et les intervenants auprès des femmes immigrantes aient une meilleure compréhension des métiers majoritairement masculins.
• Les organismes et les intervenant-e-s communautaires soient sensibilisés à l’intérêt que représente le choix de métiers majoritairement masculins pour les femmes immigrantes et qu’ils soient outillés pour les aider.

Quelques statistiques…

« En 2011, la région de Montréal compte 612 935 personnes immigrantes, dont 51,5% femmes. L’importance relative de la population immigrante par rapport à la population totale de l’île de Montréal est de 34,2% en 2011 comparativement à 12,7 % de la population du Québec. La région de Montréal se situe ainsi au premier rang. En outre, près des deux tiers (62,9%) de l’ensemble de la population immigrante du Québec vivent à Montréal.

Dans la région de Montréal, la proportion de personnes vi-vant sous le seuil de faible revenu est beaucoup plus forte chez les femmes immigrantes que pour la po-pulation non-immigrante. En effet, 25,6% des femmes immigrantes sont dans cette situation, alors que, parmi la population non immigrante, 19,4% des femmes s’y trouvent. » (2)

Facteurs limitatifs

Plusieurs facteurs qui freinent la popularité de métiers majoritairement masculins ont été identifiés :

- Les préjugés et les stéréotypes ;
- Le manque de modèles féminins positifs ;
- La méconnaissance des métiers ;
- Le manque d’encouragement des proches ;
- Le manque de confiance en soi ;
- Le manque d’ouverture sur le marché du travail.

Le comité de travail a entrepris de développer des outils dans une tentative pour contrer ces facteurs, entre autres pour la déconstruction des mythes qui perdurent sur ces métiers, pour accroître la connaissance de ces métiers, les ressources existantes et les services de mentorats accessibles, et pour favoriser l’accès à des modèles de femmes en métiers non traditionnels, en passant par le développement d’une stratégie pour convaincre l’entourage de la pertinence de leurs choix. Après avoir complété les éléments de la trousse de sensibilisation, le comité est passé à l’expérimentation-terrain de la trousse, afin d’en valider les outils et/ou de la bonifier au besoin, avant de la finaliser.

Intérêt pour les organismes à l’utilisation de la trousse FIMM

¸ Pour faire découvrir de nouvelles opportunités aux femmes immigrantes ;
¸ Pour l’augmentation des possibilités de placements de la clientèle des organismes ;
¸ Pour diversifier les offres de service des organismes en employabilité.

Accessibilité de la trousse FIMM

Le résultat final sera disponible gratuitement, sur le site web de la Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins : www.cmfemm.org, sous l’onglet Ressources. Des copies papier de la trousse seront accessibles auprès des organismes communautaires travaillant avec les femmes immigrantes.

Organismes ayant participé au comité de travail :

• Action Travail des Femmes (ATF),
• Centre d’encadrement pour jeunes femmes immigrantes (CEJFI),
• Centre des femmes de Montréal (CFM),
• Collectif femmes immigrantes du Québec (CFIQ),
• Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins (CMFEMM),
• La Maisonnée,
• Ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion (MIDI),
• Y des femmes de Montréal.

Les outils de la trousse FIMM

1) Introduction à la session : Un métier est considéré comme non traditionnel pour les femmes lorsqu’il est exercé par moins de 33,3% de femmes.
Résultat attendu : Les femmes immigrantes ont une meilleure compréhension de ce qu’on entend par métiers traditionnellement masculins pour les femmes.

2) Test de profil pour identification du potentiel des femmes immigrantes en métiers non traditionnels
Résultat attendu : Les femmes immigrantes apprennent à mieux identifier leur potentiel quant aux métiers majoritairement masculins

3) Mythes et réalités
Résultat attendu : Les femmes immigrantes sont informées des mythes vs les réalités qui sont socialement véhiculés quant aux femmes en métiers non traditionnels

4) Comparaison de métiers
Résultat attendu : Faire prendre conscience aux femmes immigrantes des différences et des similitudes pouvant exister entre les métiers traditionnels et non traditionnels pour les femmes.

5) Les avantages des métiers non traditionnels pour les femmes immigrantes
Résultat attendu : Éveiller l’intérêt des femmes immigrantes aux avantages que comportent les métiers non traditionnels pour elles.

6) Savoir convaincre - Les clés pour développer votre pouvoir de persuasion
Résultat attendu : Les femmes immigrantes sont équipées pour convaincre leur entourage, hommes et femmes, de la validité de leurs choix d’un métier non traditionnel.

7) Informations sur les droits des femmes au travail et prévention sur les réalités des milieux à prédominance masculine
Résultat attendu : Les femmes immigrantes ont un aperçu des difficultés qui peuvent éclore dans les milieux à prédominance masculine et elles savent qu’elles ont des recours advenant le cas.

Ressources : Toutes les ressources citées plus bas peuvent soit être utilisées pour vous appuyer dans l’utilisation des outils ou transférées au(x) participante(s) qui s’y intéresserait/ent.

8) Modèles de femmes en métiers non traditionnels + programmes de mentorat professionnel

9) Secteurs et métiers en manque ou en pénurie de main-d’œuvre

10) Informations diverses disponibles sur le site internet d’emploi-québec.

Notes

1. Où les femmes représentent moins de 33% de la main-d’œuvre.
2. Extraits de Portrait statistique égalité femmes hommes – Montréal, Conseil du statut de la femme, juin 2015.

Le site web de la Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins.


Invitation aussi en ce format :

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 février 2016

la Concertation montréalaise femmes et emplois majoritairement masculins


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5192 -