source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5618 -



Iran
Femmes – Vie - Liberté

1er janvier 2023

par Élaine Audet


Elles courent au-devant de leur désir
marchent sur le feu sans se brûler
leur vie entière du côté de la vérité
leurs cheveux volant vers l’avenir

Prêtes à mourir d’amour pour la vie
plus aucune peur ne les arrête
et l’air rempli de leurs chants
elles traversent le feu jusqu’à la mer

Jour après jour elles désencombrent
les yeux les têtes les désirs
pour leur peuple et toutes les femmes
comme on désherbe un jardin

Les mots meurent dans le matin immobile
un manteau de silence sur les yeux
pas une feuille ne bouge pas un cri
un trait rouge sang efface toute autre pensée

Combien de temps encore pourront-ils continuer
à tirer sur les enfants les filles et les femmes
comme s’ils n’avaient ni mère ni sœur ni amie
cœur à nu la vie sans voile traverse la marée noire

Cette poussière suspendue dans l’air
dont chaque grain porte la lumière
un point d’ombre léger comme le vide
ou une simple caresse d’éternité

Il arrive toujours un moment
où le paysage révèle ses couleurs
où tout visage dévoile la necessité
incandescente de son destin

Le courage d’un seul bond du coeur
traverse les bâillons et barreaux
comme la liberté à bout de bras
la vie bue d’un trait dans chaque voix

Cet instant precis où tout bascule
où plus rien n’est negociable
ni les mots ni ton corps ni la joie
où le rêve se jette dans la vie

Tu es allée trop loin dans la mort
dans l’absence et la perte du chant
voilée par des siècles de mépris
pour rater le sens unique de la vie

Veilleuse de jour éveilleuse de nuit
tu surgis aussi entre les mots
sous les mains infinies de l’attente
le frottement fin de la pensé

Les dés en toi sont jetés irréversibles
avec le pari de vivre libre
l’espace respire dans tes poumons
tu es à la proue des miracles

Ta vie entière tient à un fil
et ce fil si fort si fragile
porte le souffle insolent
de la joie et de l’amour fou

Sans répit tu cherches
le trait d’union
ce tremplin vertigineux
vers la liberté

Il appartenait à l’Iran
pays de poésie
de changer le monde
avec trois mots

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 novembre 2022

Élaine Audet


Source - http://sisyphe.org/article.php3?id_article=5618 -