| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 7 mai 2018

Une politique publique pour combattre le système prostitutionnel

par Geneviève Duché, Marie-Hélène Franjou, Hélène de Rugy






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La prostitution, une question sociale
Prostitution - La CLES s’inquiète des intentions du Parti libéral du Canada
"L’intime et le marché", un livre essentiel de Rhéa Jean
Le réseau international contre la prostitution Zéromacho - La faute de Canal+
La prostitution, une violence patriarcale
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Cet article fait suite à "La prostitution, une question sociale", par les mêmes auteures : Geneviève Duché, Marie-Hélène Franjou, Hélène de Rugy. Dans l’ordre, présidente de l’Amicale du Nid de 2011 à 2017, médecin et présidente actuelle, déléguée générale de l’Amicale du Nid depuis 2010.

II-Contenu de la loi et modalités d’application

II-1-De la volonté politique
Pour appliquer une loi, il faut une volonté politique et des moyens. Les promesses des moyens n’ont pas encore été tenues. La baisse à l’automne 2017 du plus petit budget de l’État, celui de l’égalité entre les femmes et les hommes, 0,006% de la loi de finances, a particulièrement inquiété les associations. Celui de 2018 est annoncé égal à celui qui avait été prévu début 2017. Les 20 millions d’euros promis pour le parcours de sortie de prostitution en 2013 sont devenus 6,5 millions début 2017 puis 5 millions pour 2018.

Le projet crée des actes nouveaux (préparation des dossiers pour les commissions, assistance aux commissions, expertise juridique sur le droit des étrangers-e-s par exemple mais aussi formation des professionnel.le.s) à faire réaliser par des professionnels. Avec la raréfaction espérée des clients il est par ailleurs attendu une augmentation des demandes de sortie de la prostitution. Or il n’est pas prévu que cette augmentation de la tâche des associations en place, qui depuis des années accompagnent les personnes prostituées, soit financée.

Sur le plan de l’engagement politique tout est à craindre quand le Président de la République lance solennellement la grande cause du quinquennat, « l’égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre les violences à l’encontre des femmes » en ne nommant ni la prostitution, ni la traite des êtres humains. Tout est à craindre quand des circulaires du ministère de l’intérieur remettent en cause le principe d’inconditionnalité de l’hébergement d’urgence. Par ailleurs une des dimensions importantes de la politique de lutte contre le système prostitutionnel est qu’elle concerne plusieurs ministères, Droits des femmes, Action Sociale et des Familles, Santé, Education, Travail, Justice, Intérieur. Mais porter l’inter-ministérialité et la rendre efficace réclame le vouloir et le pouvoir que nous n’observons pas aujourd’hui.

Enfin une loi et une politique de cette envergure doivent faire l’objet d’une présentation, d’une explication, d’une communication publique à la hauteur des enjeux. Nous les attendons !

II-2-De la lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains, et la protection des victimes
La lutte contre le proxénétisme en France s’appuie sur des textes clairs et complets depuis 1960 (21). La lutte contre la traite des êtres humains (TEH) s’appuie sur des textes internationaux dont la convention internationale abolitionniste de 1949 et sur l’article 225-4-1 du code pénal français. La traite est souvent liée au crime organisé et constitue une des plus grandes sources de revenus avec les trafics de drogue et des armes. La TEH est le crime le moins dangereux pour ceux qui le commettent et, disent les trafiquants, « la marchandise est facilement renouvelable ».

La loi interdit et sanctionne la traite des êtres humains pour exploitation sexuelle ou autres faits, que la victime ait consenti ou non à cette exploitation. Les risques de pression et de représailles de la part des trafiquants et proxénètes sont importants, il faut donc protéger les victimes (22). L’article 3 de la loi (le code de procédure pénale est complété par l’article 706-40-1) précise que les victimes ayant contribué par leur témoignage à la manifestation de la vérité et dont la vie et l’intégrité physique sont gravement mises en danger sur le territoire national, peuvent faire l’objet en tant que de besoin de la protection destinée à assurer leur sécurité. Cette protection peut être étendue aux proches des personnes ainsi protégées. Deux actions accompagnent ou peuvent accompagner cette protection et qui ne sont pas sans difficultés de réalisation : la mise à l’abri et le dépôt de plainte. Pour la première, selon les territoires il n’est pas toujours facile de trouver un hébergement sécurisé. Pour la seconde : carte de séjour temporaire et autorisation provisoire de séjour peuvent être délivrées à l’étranger.ère qui dépose plainte pour des faits de TEH ou de proxénétisme ou qui témoigne. L’aide juridictionnelle peut être accordée. Les démarches judiciaires sont longues et éprouvantes pour les victimes (23), elles demandent un soutien à la fois juridique et psychologique donc des moyens pour le mettre en place.

À notre connaissance, le texte de la loi permettant la protection n’a pas encore été appliqué. La justice note que les victimes sont rarement présentes lors des audiences. La mise à l’abri pendant le temps long de l’instruction est souvent défaillante. Les moyens de lutte contre le proxénétisme et la TEH sont largement insuffisants malgré la mobilisation et les efforts de l’OCRTEH (24).

II-3-Des commissions départementales
Ces commissions, mesure nouvelle, sont chargées, on tend à l’oublier, de la lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la TEH aux fins d’exploitation sexuelle, dans les territoires d’implantation, les départements français. Elles sont aussi chargées de mettre en place, d’évaluer et de suivre le parcours de sortie (voir l’accompagnement). Placées sous l’autorité du Préfet, elles sont composées de représentants des institutions concernées (police, gendarmerie, justice, santé, éducation nationale, représentants des collectivités locales, de professionnels de santé et de représentants d’associations). La représentation des associations qui ont pour objectif d’accompagner les personnes prostituées passe par un agrément délivré après instruction par le Préfet (conditions d’agrément fixées par décret). En décembre 2017, 37 commissions ont été mises en place.

En plus du parcours de sortie, la mission de ces commissions doit être de veiller à ce que les personnes prostituées aient accès aux droits communs, d’animer une véritable politique de prévention et en particulier de traiter le problème de la prostitution des mineur.e.s. Cette politique dépend donc d’abord de l’impulsion qui sera donnée par le gouvernement et la volonté de chaque préfet mais aussi de la sensibilisation et de la formation sur la prostitution et ses conséquences délivrées aux professionnels et partenaires de ces commissions et de l’engagement abolitionniste de tous.tes.

II-4-De l’accompagnement des personnes prostituées
La situation des personnes prostituées appelle, quand elles le souhaitent, un accompagnement social global complexe et souvent long que l’Amicale du Nid a choisi de confier depuis longtemps à des professionnel.le.s, travailleur-ses sociaux-ales, juristes, personnels soignants, et de réaliser en partenariat. L’accompagnement a pour objectif l’accès au droit commun des victimes de la prostitution et leur sortie de la situation. Il met en œuvre à partir de la rencontre et de l’accueil des personnes, du dialogue, de l’engagement et de la confiance, les conditions d’accès à ces droits qui permettent l’insertion sociale et professionnelle des femmes et des hommes qui souhaitent quitter la prostitution. Les actions à entreprendre seront liées à la situation de chacun.e. Mais elles recouvrent dans la plupart des cas les besoins suivants : l’hébergement et le logement, la protection, des soins, un revenu, un accès à la citoyenneté et à la culture, la formation (dont la langue française), l’emploi.

Beaucoup des actions permettant l’accès à ses droits facilitent aussi la reconstruction du lien social, de la relation à l’autre. Etant donné les violences subies tout au long de leur vie par les personnes prostituées, leur accompagnement est spécifique, il tient compte à la fois des traumatismes subis et de l’histoire de la personne, de la déconstruction spécifique à opérer des mécanismes de l’emprise et de la violence afin que la personne puisse se reconstruire, de la prise en compte du système qui produit la prostitution, la domination masculine, croisée à la marchandisation généralisée. Cette prise en compte permet à la personne de comprendre comment elle s’est trouvée en situation de prostitution, de se déculpabiliser et de prendre la mesure, en tant que citoyenne, d’un système contre lequel il faut lutter. L’important est aussi que soit nommés les responsables des violences subies et que soit reconnue la situation de victime. Laldja, survivante de la prostitution le dit : « ce qui a été grandiose pour moi c’est qu’il a prononcé le mot de victime. Ce mot m’a rendu l’espoir ».

Nous ne pouvons ici reprendre tous les aspects de l’accompagnement et des droits. On sait que l’hébergement fait problème en France et que la politique du logement d’abord a ses failles. La loi a cependant pris en compte cet aspect en modifiant le code de construction et de l’habitat de façon à ce que les personnes engagées dans un parcours de sortie et les victimes de traite ou de proxénétisme soient prioritaires dans l’attribution d’un logement social. Nous attendons l’application effective de cette mesure. Il faut toutefois rappeler que l’hébergement accompagné est souvent nécessaire dans une première phase de la démarche de sortie de la prostitution. Quant au revenu, il est essentiel pour quitter la prostitution et le passage de la situation de prostitution à l’emploi n’est pas évident ou toujours rapide. L’accès à un revenu social sera donc souvent nécessaire et le parcours de sortie de la prostitution va introduire ce droit pour celles et ceux qui ne peuvent accéder à ce type de revenus et ne peuvent travailler en France.

Du parcours de sortie de la prostitution, mesure phare de la loi qu’il faut présenter dans son ensemble (voir article L121-9 du Code de l’action sociale et des familles) : il est proposé à toute personne victime de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle. Il est défini en fonction de l’évaluation de ses besoins sanitaires, professionnels et sociaux afin de lui permettre d’accéder à des alternatives à la prostitution. Il est élaboré et mis en œuvre, en accord avec la personne accompagnée, par une association agréée. Les éléments principaux à retenir : l’engagement de la personne dans un parcours est autorisé par le représentant de l’État après avis de la commission et de l’association qui l’accompagne. La personne engagée peut se voir délivrée une autorisation provisoire de séjour (code CESEDA L-316-1-1) de 6 mois renouvelable avec autorisation de travail si elle est victime de TEH ou proxénétisme. À défaut de l’accès à un revenu social existant, la personne pourra recevoir une aide financière d’insertion sociale (AFIS) accordée par le représentant de l’État après avis de la commission, son montant est de 330 euros pour une personne seule. Le suivi du parcours et son évaluation sont assurés par la commission départementale qui s’assure du respect de ses engagements par la personne accompagnée, en fonction de ceux-ci et des difficultés rencontrées, l’instance départementale décide du renouvellement du parcours tous les six mois, la durée totale étant de 24 mois.

Mais d’autres menaces pèsent sur la réalisation des mesures de parcours de sortie, en particulier celles qui concernent les personnes étrangères. Déjà des préfets accordent priorité aux expulsions des étranger.ère.s en situation irrégulière alors qu’elles souhaitent sortir de la prostitution et ne constituent pas une menace à l’ordre public. Nous demandons que les situations des personnes ayant reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) ainsi que celles des victimes entrées et exploitées en Italie et menacées de renvoi dans ce pays en raison des accords de Dublin soient examinées. La menace d’expulsion du territoire est instrumentalisée par les réseaux pour maintenir les victimes en situation d’exploitation. Une politique considérant leur situation d’étrangères plutôt que celle de victimes se fait l’alliée objective des réseaux. Elle est contraire à la Convention du Conseil de l’Europe dite de Varsovie (mai 2005) de lutte contre la traite des êtres humains.

En avril 2018, 34 commissions ont été mises en place et 58 parcours de sortie ont été autorisés. La mise en place de l’application de la loi se fait lentement. Les commissions ne sont toujours pas mises en place dans les grandes villes que sont Marseille et Lyon où la prostitution est très présente. Mais ces résultats ne donnent qu’une vision partielle de la situation. En fait il s’agit de faire sortir de la prostitution toutes les victimes qui le souhaitent et pour cela il faut des moyens à la hauteur de l’objectif. Cependant si toutes les victimes ne passent pas par les commissions, elles ne sont pas pour autant abandonnées. Les associations spécialisées en accompagnent des milliers et ce depuis longtemps. Elles doivent poursuivre leurs actions à la fois parce que les commissions n’absorberont pas toutes les situations et parce que l’arrivée dans un parcours de sortie demande un énorme travail en amont, c’est-à-dire toute une période où la victime entre en relation avec les intervenant.e.s sociaux-ales, formule sa demande et ses besoins et prend une décision.

II-5-Des mineur.e.s
Elles-Ils sont nombreux.ses français.e.s ou pas à être victimes de la prostitution. Si aucune source ne permet d’évaluer l’ampleur du phénomène, les associations de terrain, les organisations de l’aide sociale à l’enfance constatent un risque et une pratique en augmentation pour les adolescentes et la vulnérabilité de nombreux.ses mineur.e.s à la traite des êtres humains, particulièrement celles et ceux qui sont isolé.e.s. Comme tout.e mineur.e en danger, les victimes de la prostitution relèvent, en France, de la protection de l’enfance, même si le.la mineur.e exige le silence ou ne se reconnaît pas victime. Le signalement est donc obligatoire. En cas de prostitution sur internet, il faut l’indiquer aux services spécialisés du ministère de l’intérieur. La prostitution des mineurs est interdite en France et sévèrement réprimée dans les textes mais très peu appliqués sur le terrain.

II-6-De l’interdiction d’achat d’un acte sexuel, une innovation importante de la loi
Mesures, art.20, code pénal (art.611.1 et 225-12-1) : le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir des relations de nature sexuelle d’une personne qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, en échange d’une rémunération, d’une promesse de rémunération, de la fourniture d’un avantage en nature ou de la promesse d’un tel avantage est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe soit 1 500 € (maximum). Une peine complémentaire ou alternative aux poursuites peut être imposée : un stage de sensibilisation aux frais de la personne poursuivie. La récidive est punie d’une amende de 3 750 €. Lorsque la victime est mineure ou présente une particulière vulnérabilité apparente ou connue de son auteur due à une maladie, à une infirmité, à un handicap ou à un état de grossesse, le client est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.

Objectifs : Il s’agit de réduire le nombre de prostitueurs. Il s’agit d’inverser la charge pénale c’est à dire, cesser logiquement de pénaliser les victimes et pénaliser les clients. Il s’agit de dire quelle société nous voulons (pas celle de la chosification des femmes par les hommes) et avec cet interdit de pouvoir éduquer les jeunes et faire de la prévention. Mais il faut noter que la répression des clients prostitueurs dans cette loi est relativement légère.

Évaluation : Nous en sommes aujourd’hui, depuis mai 2016, à plus de 2100 contraventions avec des montants d’amendes qui atteignent rarement 1500 euros. La loi est appliquée de façon tout à fait différente selon les territoires, 10 départements seulement. On voit là la nécessaire formation des personnels de justice, de police et de gendarmerie de façon à ce que l’application de la loi soit et ce dans la totalité du territoire. Si nous comparons la situation avec celle de la Suède, la France ne s’est pas réellement donné les moyens d’une politique de répression des clients- prostitueurs. En Suède, une brigade spéciale a été créée avec de moyens d’investigation par internet qui permettent de prendre le client sur le fait. Les policiers n’hésitent pas à menacer d’envoyer ou envoyer directement la contravention au domicile du client.

Le juge décide d’obliger ou pas ces clients à faire un stage d’analyse de ce qu’est la prostitution et de déconditionnement, un aspect de la loi qui devrait être pris davantage au sérieux. En effet des personnes prostituées dans les rues des villes, des associations communautaires, des associations qui pratiquent de la prévention santé et VIH critiquent particulièrement l’interdiction de l’achat d’acte sexuel et l’abolitionnisme dans son ensemble parce qu’ils font peur aux clients, en réduisent le nombre et en conséquence font baisser le revenu des prostitué-e-s qui alors sont prêtes à tout accepter. Ils-elles donnent l’exemple des clients qui imposent des rapports non protégés. C’est en effet dangereux et inacceptable. Mais rappelons que la pénalisation est faite pour réduire la demande et donc la prostitution, que la politique mise en place insiste sur l’accompagnement possible vers la sortie de la prostitution de milliers de personnes qui sont en situation de coercition et qui subissent des violences supplémentaires lorsqu’elles ne rapportent pas d’argent ; rappelons que des moyens suffisants doivent être attribués à cet objectif, il faut l’exiger.

Il est vrai, de plus, que tout changement peut avoir des effets contre intuitifs au début, ou temporairement contraires à l’effet attendu, le temps que les acteurs s’ajustent et que l’ensemble des actions produisent l’attendu. Quand ces changements touchent des personnes particulièrement vulnérables, il est impératif de comprendre ce qu’elles vivent et de les protéger, ce qui n’est en rien paternaliste, mais au contraire un devoir de base de la solidarité et de la construction du vivre ensemble. Par contre ce qui est sidérant dans cette réaction à propos des exigences des clients, est que ce comportement n’est pas interrogé, au contraire, il est présenté comme un risque, certes, mais aussi comme normal dans un marché. « L’offre est abondante par rapport à la demande qui diminue à cause des décisions des abolitionnistes, il est donc normal que la demande soit en condition d’exiger un service mieux adapté à ses besoins et moins cher ! » Qui faut-il être pour dire « tu crèves de faim, donc j’exige un rapport non protégé, et je te baiserai comme je le veux », résumé de l’attitude du prostitueur.

Peut-on continuer à protéger ces criminels au nom d’une « tradition » qui assujettit toutes les femmes ? Cela ne pose donc pas de problème à des médecins, des bénévoles de la lutte contre le VIH ou des intervenant.e.s spécialisé.e.s dans la santé sexuelle et reproductive ? Il était urgent de pénaliser l’achat d’acte sexuel. Il est urgent d’examiner et de remettre en question ce qui construit la masculinité et une de ses conséquences destructrices, la violence contre les femmes.

II-7-De la prévention
Cet aspect fondamental de toute politique sociale comprend deux objectifs. Le premier est celui de la prévention santé des victimes et leur accompagnement vers les soins, le second concernera la prévention des pratiques prostitutionnelles et du recours à la prostitution.

De la prévention santé : Mesures (art.17 de la loi) : La politique de la réduction des risques en direction des personnes prostituées consiste à prévenir les infections sexuellement transmissibles ainsi que les autres risques sanitaires, les risques sociaux et psychologiques liés à la prostitution. Les actions de réduction des risques sont conduites selon des orientations définies par un document national de référence approuvé par décret. Nous avons vu les effets très destructeurs de la situation de prostitution. Pour lutter contre les conséquences de la prostitution sur la santé des personnes en situation de prostitution il convient d’agir avec elles et de les écouter. En ce sens ce qu’on nomme « actions de santé communautaire » est à promouvoir. Mais il ne s’agit pas seulement de lutter contre les Infections sexuellement transmissibles, il ne s’agit pas seulement de distribuer des préservatifs. La violence, comme l’OMS le souligne à différentes reprises est une question majeure de santé publique qu’il convient de prendre en compte, et notamment quand elle touche des êtres humains parmi les plus vulnérables. Nous apprécions qu’un décret engage à prévenir toutes les conséquences de la prostitution. Mais nous ne pourrons nous contenter d’une attitude qui consisterait à les traiter sans engager une véritable action de prévention qui ne peut être orientée que vers la disparition de la prostitution.

De la prévention des pratiques prostitutionnelles : Mesure (art.18 de la loi et art. 312-17-1 du code de l’éducation) : « Une information sur les réalités de la prostitution et les dangers de la marchandisation du corps est dispensée dans les établissements secondaires, par groupe d’âge homogène. L’appel à des associations ad hoc est possible ». C’est écrit, mais on connait les difficultés dans ce domaine et la violence de la réaction contre les projets d’éducation à l’égalité du précédent ministère de l’Education, par exemple. Par ailleurs si l’éducation à la sexualité est un enseignement obligatoire en France depuis 1973, force est de constater que cette obligation n’est pas respectée, loin s’en faut, et que lorsqu’elle l’est, son contenu n’est pas satisfaisant. Pour référence on peut évoquer les manuels de Sciences de la vie et de la Terre-SVT, où l’on trouve androcentrisme, hiérarchisation symbolique des sexes dévalorisant ou minorant le féminin, assignations de genre traditionnelles…et encore la description biaisée et même erronée des organes génitaux. La prévention de la prostitution devrait s’inscrire dans une éducation à la sexualité reformulée et proposée à l’ensemble des enfants.

II-8-De la formation des intervenant.e.s soci.aux.ales
La formation acteurs institutionnels et sociaux est indispensable. Elle est mise en place dans certains départements. Mais la formation initiale des intervenant.e.s sociaux.ales pose problème. L’accompagnement des victimes de prostitution, qu’il y ait ou non emprise par proxénétisme ou traite des êtres humains, est spécifique en cela qu’il doit s’appuyer sur une connaissance des violences de genre, leurs processus et leurs conséquences sur les victimes, sur la remise en question des rapports sociaux de sexe, et la prise de conscience chez les personnes accompagnées d’un vécu de violences subies dont elles ne sont en rien responsables. Pour cela il est urgent que les intervenant-e-s sociaux-ales soient formé-e-s à déconstruire la domination masculine, à laisser venir et entendre les récits de violences, à connaître les processus de violences, les mécanismes de l’emprise, les conséquences très lourdes des violences sexuelles et les divers traitements possibles.

La « neutralité » annoncée de l’intervention sociale, la mise en avant d’une conception de l’interculturalité qui ne remet pas en question les traditions et ce surtout lorsqu’elles touchent les femmes, l’ignorance des rapports sociaux en particulier concernant le sexe et la survalorisation de la singularité de l’histoire de chaque personne prostituée ont ralenti la prise en compte de la prostitution comme violence intrinsèque, spécifique et produit de structures sociales. Les ministères de tutelle ont à revoir les contenus des formations initiales et continues en relation avec la lutte contre les violences envers les femmes.

Conclusion

Cette loi qui devait être évaluée en 2018 paraît complète. Aurait-elle pu aller loin ? C’est la question que nous avons posée à Maud Olivier, rédactrice de la loi. Voici sa réponse : « Initialement, nous souhaitions des sanctions plus fortes, nous voulions une allocation financière plus importante, nous voulions que les sites faisant l’apologie du proxénétisme soient bloqués, mais la loi sur l’internet est une loi de liberté. Toutes les lois sont le résultat d’un consensus, sinon elles ne passent pas. Il faut composer. Nous avons fait du lobbying député.e par député.e, de manière « transpartisane », et nous avons obtenu cette loi, c’est un bon premier pas, un point de départ important, mais il faudra continuer à avancer. Ceci étant dit, il était très important d’inverser la charge pénale, de responsabiliser les clients, et non les personnes prostituées.

Mais cette politique de lutte contre le système prostitutionnel ne peut avoir de l’efficacité, que si les mesures d’actions sanitaires et sociales qui sont proposées sont adossées à une politique sociale globale de lutte contre la pauvreté et la précarité, d’hébergement et/ou logement pour tous et toutes, de minima sociaux suffisants pour vivre, d’aides à l’insertion accessibles dans tous les territoires. En d’autres termes, si le libéralisme économique, l’individualisme qu’il produit, la concurrence de tous contre tous qu’il promeut, l’adoration de l’argent qui le fonde et les inégalités qui renforcent les puissants ne sont pas remis en question.

On le voit, en dehors des moyens financiers nécessaires à l’application de cette loi, elle ne peut donner tous ses effets si elle n’est pas accompagnée d’autres politiques publiques et de progrès aux niveau international, politique d’immigration et d’accueil des étrangers, politique de protection de l’enfance, politique de paix et de développement des pays pauvres, refus de cautionner le « colonialisme prostitutionnel » et la traite généralisée qui transportent des « êtres-marchandises » des pays pauvres vers les pays riches, et à l’inverse des clients-prédateurs vers les pays pauvres.

Notes

21. Le proxénétisme est aujourd’hui défini par l’article 225-5 du code pénal.
22. La convention de Varsovie du Conseil de l’Europe stipule que, dès qu’il existe des « motifs raisonnables » de penser qu’une personne est victime, elle devrait bénéficier d’un « délai de rétablissement et de réflexion d’au moins 30 jours ». Engagement non appliqué en France.
23. Les victimes d’infractions de TEH ou de proxénétisme peuvent désormais obtenir réparation des dommages résultant des atteintes à la personne, une nette avancée.
24. Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains.

Les deux parties de ce document réunies dans ce fichier PDF :


Références :

. Amicale du Nid, Document interne sur le bilan de la loi du 13 avril 2016 pour l’évaluation de l’application de la Convention du Conseil de l’Europe dite d’Istanbul sur la lutte la violence à l’égard des femmes, 2017.
. Amicale du Nid, compte-rendu de la journée de célébration des 70 ans de l’Amicale du Nid, novembre 2016, site AdN.
. Geneviève Duché, Non au système prostitutionnel, une analyse féminise et abolitionniste du système prostitutionnel, Ed. Persée, 2016.
. Guide pratique à destination des professionnel-le-s : Repérage et accompagnement des personnes en situation de prostitution, Préfet de la Région Ile de France, DRDFE, 2017.
. Marie-Hélène Franjou, La prostitution en France, violence majeure envers les femmes, 5èmes assises nationales de Stop aux violences sexuelles, 9 janvier 2018.
. HCEfh rapport sur la situation des femmes demandeuses d’asile en France après l’adoption de la loi portant réforme du droit d’Asile, décembre 2017.
. Prostitution et société N°193, 2017, Parcours de sortie.
Site Légifrance : loi du 13 avril 2016 et décrets d’application.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 mai 2018



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Geneviève Duché, Marie-Hélène Franjou, Hélène de Rugy

Dans l’ordre, présidente de l’Amicale du Nid de 2011 à 2017, médecin et présidente actuelle, déléguée générale de l’Amicale du Nid depuis 2010.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2018
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin