| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 18 janvier 2010


Le prix de la liberté
Haïti - Le drame d’Haïti est aussi l’oeuvre des hommes
Les politiques destructrices du Canada, des États-Unis et de la France

par Algérie 360, le quotidien d’Oran






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des mains pour Haïti
Le chaos en Haïti multiplie les dangers qui guettent les filles
Haïti - Sept longs jours de détresse, et les secours "commencent" seulement à s’organiser ?
Aimer Haïti







JPEG - 68.2 ko
Séisme en Haïti, le 12 janvier 2010.

Les Haïtiens mènent depuis deux siècles un combat inégal et déloyal pour leur liberté. L’élan de solidarité manifesté au lendemain du terrible séisme, notamment par la France et les USA, est-il le début de la réparation d’une injustice historique ?

Le pays d’Haïti est, sans aucun doute, le pays qui symbolise le mieux l’injustice des hommes faite à d’autres hommes. Il est l’expression violente du désordre économique mondial mis en place par la loi du plus fort. En réalité, Haïti se mourait quotidiennement, chaque jour un peu plus et depuis bien longtemps sur l’autel des concurrences géopolitiques et du mercenariat des multinationales financières et industrielles.

Comment ne pas s’élever contre l’explication par la nature de l’enfer que vivent les Haïtiens ? Ouragans, déluges et séismes, disent-ils. Pourtant sur la même île, la même latitude et la même géographie, sa voisine la République dominicaine est un paradis touristique.

À quelques encablures et sous la même latitude et géographie, l’île de Cuba assure à ses habitants un enseignement, une médecine et des structures sociales de qualité malgré le blocus américain.

Pourquoi Haïti est-il si pauvre, si vulnérable et si « maudit » par la nature ? C’est une longue histoire qui eut pour commencement un désir de liberté mal accepté par les puissances d’hier et d’aujourd’hui : la France, les USA et le Canada principalement.

Soumis au régime esclavagiste pendant trois siècles de colonisation française, le peuple haïtien a été le premier à se révolter et à se battre pour son indépendance qu’il acquit le 1er janvier 1824. Charles X, roi de France, exigea alors que ce peuple paye à la France une « rançon » pour sa libération de 150 millions de francs-or, équivalent de 30 millions de dollars de l’époque. Cette rançon de la liberté n’a, à ce jour, jamais été
remboursée aux Haïtiens.

Plus tard, ce sera au tour des Américains et des Canadiens de mettre sous tutelle Haïti par le truchement des prêts financiers et de conditions de déstructuration de sa propre économie. Le tout en installant et en soutenant des régimes politiques dictatoriaux successifs au service des multinationales américaines et canadiennes.

Depuis 1825, Haïti paye le prix de son désir de liberté que ne lui a pas pardonné l’impérialisme du 19ème et 20ème siècles. L’aide internationale qui arrive aujourd’hui vers ce pays martyr, après le violent séisme qui vient de le frapper, et qui doit continuer, ne peut cacher ou faire oublier le vrai enfer dans lequel l’ont jeté les puissance occidentales, en particulier la France, les USA et le Canada.

Ce sont, par exemple, ces mêmes pays qui ont exclu Haïti de la Conférence internationale de 1990 et 2001 des pays pauvres très endettés de l’Amérique centrale et de la Caraïbe ! C’est la Banque mondiale et le FMI qui continuent à encaisser, au titre du service de la dette extérieure, des centaines de millions de dollars chaque année, poussant le pays dans les affres et la
misère.

Plus récemment, en 2008, et face à la pression d’organisations humanitaires, le directeur de la Banque mondiale, Robert Zoellick, déclarait que la dette d’Haïti – de l’ordre de 1,2 milliard de dollars – allait être annulée. Et plus d’une année plus tard, soit en octobre 2009 (il y a 4 mois), une résolution de l’Assemblée générale de cette même banque avec le FMI et la
BID (banque d’investissement) revint sur cette annonce faite par son directeur !

D’autres exemples ? Au sortir d’une véritable guerre civile en 1994, Haïti a remboursé en 1995 et 1996 plus de 800 millions au titre de service de sa dette extérieure.

C’est énorme pour un pays de moins de 10 millions d’habitants qui vivent dans la pauvreté extrême. C’est cette pression permanente des institutions financières internationales sur un pays pauvre qui fait de lui un pays instable, violent, pauvre.

Aujourd’hui 81% de sa population vit sous le seuil de la pauvreté extrême ; 70% de sa population active est au chômage ; 50% totalement analphabète et l’espérance de vie à peine de 50 ans !

Et puis la France qui refuse de rendre la « rançon » de la liberté payée par Haïti et estimée aujourd’hui à plus de 900 millions de dollars, soit 80% de sa dette externe globale. Ironie de l’histoire, c’est exactement l’équivalent de la somme détournée par le dictateur Duvalier qui s’est installé en France en 1986 après qu’il en fut chassé par une énième révolte populaire.

Les régimes militaires qui ont succédé aux Duvalier ont enfoncé encore plus dans la violence et la famine tout le peuple haïtien.

Sans État, sans industrie, sans agriculture (détruite par le dumping aux produits américains et canadiens), Haïti est aujourd’hui un désastre humanitaire. Le séisme de mercredi soir est « le coup de grâce » au martyr que lui font subir depuis très longtemps les puissants de ce monde.

L’élan de solidarité qu’il lui est manifesté en ces moments de drames et de larmes n’effacera pas leur responsabilité et leur culpabilité historiques.

Source : Algérie 360, Le quotidien d’Oran, le 17 janvier 2010.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 janvier 2010

- Lire aussi : « Le drame haïtien vu d’Afrique », par Frédéric Courteau, dans le site RFI.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Algérie 360, le quotidien d’Oran



Plan-Liens Forum

  • Haïti - Le drame d’Haïti est aussi l’oeuvre des hommes
    (1/1) 18 janvier 2010 , par Internaute

    rép: Danielle Charest




  • Haïti - Le drame d’Haïti est aussi l’oeuvre des hommes
    18 janvier 2010 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Comment expliquer que l’on parle de reconstruction alors que l’urgence immédiate serait d’empêcher les gens de crever de faim et de soif ? Pourquoi cela prend-il autant de temps à organiser la distribution de l’eau et des vivres ? On en est au 6e jours après le séisme. J’espère que ce n’est pas dû aux petites querelles mesquines entre pays.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2010
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin