| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 26 mai 2016

"Femme, réveille-toi". Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, par Olympe de Gouges

par Marie Savoie, collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Nous sommes tous des féministes" ou le terme féministe réhabilité, par Chimamanda Ngozi Adichie
"Bas les voiles !", un cri du coeur de Chahdortt Djavann







De temps en temps, quand l’actualité n’a pas de quoi réjouir mon coeur de féministe, j’aime bien me plonger dans des écrits qui rappellent le courage et l’intelligence de grandes féministes du passé.

La Révolution française a donné lieu à un grand brassage d’idées. Une fois la monarchie abolie, la République proclamée et la laïcité décrétée, il fallait rebâtir un nouvel ordre de valeurs. S’en est suivi un foisonnements d’écrits.

La plus originale et, à mon avis, la plus authentiquement révolutionnaire de ces propositions est celle d’Olympe de Gouges. Sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, inspirée de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789), est rejetée avec horreur par les Français.

Son article premier est plus qu’audacieux pour l’époque : « La femme naît libre et demeure l’égale de l’homme en droits ». Plus de 225 ans plus tard, cette idée est loin d’être admise dans bien des régions de la planète.

Dans le style déclamatoire de l’époque, Olympe de Gouges exhorte les Françaises à revendiquer plus de justice, mais cette fois - et c’est là l’élément révolutionnaire - pour elles-mêmes. « Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers ; reconnais tes droits. » Elle s’adresse aussi aux hommes, qu’elle interpelle avec colère : « Homme, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi ? qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? »

Même avant 1789, Olympe de Gouges, fille naturelle d’un héritier de la grande bourgeoisie, avait mis sa plume au service des déshérité-es. Elle plaide pour le divorce (1), prend la défense des filles-mères et écrit au roi pour réclamer la création d’un hôpital pour les femmes (2). Elle écrit une pièce de théâtre dénonçant le trafic des esclaves (3), encore légal en France à cette époque. Gagnée aux idéaux révolutionnaires, elle prend parti pour les Sans-culottes contre les privilèges de l’aristocratie et du clergé.

Mais, une fois l’Ancien Régime renversé, elle constate avec amertume que les femmes n’ont rien gagné de leur participation pourtant active à la Révolution. « L’homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. »

Les femmes ont de tout temps participé aux combats révolutionnaires aux côtés des hommes, mais en ont rarement recueilli les bienfaits. Le Printemps arabe en est l’illustration la plus récente. Une fois la lutte achevée, elles sont souvent renvoyées cavalièrement à leurs cuisines, ou pire.

Olympe de Gouges monte sur l’échafaud en 1793 à l’âge de 45 ans pour avoir critiqué publiquement les excès sanguinaires de Robespierre, l’artisan de la Terreur (4).

La lecture des écrits des femmes admirables qui se sont levées contre l’injustice par le passé a quelque chose de réconfortant pour l’âme. Olympe de Gouges est devenue une source d’inspiration pour des adolescentes québécoises habitées par des idéaux de solidarité et de dignité. Elles ont formé la communauté des Olympe de Gouges, qui « aide les filles et les femmes à développer leur solidarité et sensibilise les jeunes à l’histoire des femmes », peut-on lire sur leur page Facebook (5).

Comme si, par delà les siècles, cette femme visionnaire tendait la main aux jeunes filles d’aujourd’hui pour les encourager à prendre conscience de leurs droits, à se respecter et à cultiver la solidarité entre femmes.

* Olympe de Gouges, « Femme, Réveille-toi ». Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Éditions Gallimard, 2014, Folio 5721, 112 pages. De la même auteure, Olympe de Gouges, Œuvres, Édition de Benoîte Groult. Nouvelle édition en 1989, Collection Mille et une femmes, Mercure de France,1986.

Notes

1. La Nécessité du divorce, 1790.
2. « Ce sexe trop malheureux et sans cesse subordonné, il m’inspire, il me prie, il m’engage, il me presse de demander à la nation une Maison de charité particulière, où il ne soit reçu que des femmes. » Projet utile et salutaire, 1789.
3. L’Esclavage des Noirs ou l’heureux Naufrage, 1792.
4. La Terreur est une période de la Révolution française caractérisée par le règne de l’arbitraire et des exécutions de masse. Plus d’information.
5. « La communauté des Olympe de Gouges aide les filles et les femmes à développer leur esprit de solidarité en créant des groupes de soutien dans les écoles du Québec. La mission éducative du groupe touche le savoir-être, l’estime de soi, l’histoire des femmes et l’éducation sexuelle. Nous prônons le respect des différences et la sensibilisation des filles et des garçons à la problématique d’hypersexualisation de la société. » Voir page Facebook.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 mai 2016


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie Savoie, collaboratrice de Sisyphe



Plan-Liens Forum

  • "Femme, réveille-toi". Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, par Olympe de Gouges
    (1/1) 29 mai 2016 , par christine gamita





  • "Femme, réveille-toi". Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, par Olympe de Gouges
    29 mai 2016 , par christine gamita   [retour au début des forums]

    quelque complément http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/07/citoyenne-olympe.html

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2016
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin