| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







mercredi 13 octobre 2010
L’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh est torturée et fait la grève de la faim

L’avocate iranienne spécialiste des droits humains Nasrin Sotoudeh a été arrêtée le 4 septembre. Des perquisitions avaient été menées à son domicile et à son bureau le 28 août et elle avait été convoquée au tribunal. Elle est actuellement détenue au secret à la prison d’Evin, à Téhéran.

Amnesty International considère que cette femme est une prisonnière d’opinion. Elle risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.

Nasrin Sotoudeh a défendu de nombreux défenseurs des droits humains et militants politiques, ainsi que des mineurs délinquants condamnés à mort. Elle s’est exprimée publiquement au sujet de manquements à l’état de droit et de défaillances dans l’administration de la justice au cours de procédures judiciaires contre ses clients. Elle défend notamment Shirin Ebadi, lauréate du prix Nobel de la paix, qui fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires. Au cours des derniers mois, Nasrin Sotoudeh a été avertie qu’elle risquait de subir des représailles si elle continuait à plaider pour ses clients. Son mari, Reza Khandan, a également reçu des menaces indiquant que s’il n’empêchait pas sa femme de défendre Shirin Ebadi, elle risquait d’être arrêtée.

À la connaissance d’Amnesty International, Nasrin Sotoudeh ne semble pas avoir été officiellement inculpée, mais sa convocation au tribunal indiquait notamment qu’elle était soupçonnée de « propagande contre le régime » et de « rassemblement et collusion dans l’intention de porter atteinte à la sécurité nationale ». Elle n’a pas encore été autorisée à consulter un avocat. Elle n’a pas non plus encore pu voir sa famille, mais il semble qu’elle ait pu téléphoner brièvement à ses proches le 8 septembre. Elle a deux enfants, âgés de 10 et trois ans.

Nasrin Sotoudeh a entrepris une grève de la faim depuis le 25 septembre.

Pour agir, copier/coller le texte ci-dessous dans une lettre adressée d’ici le 22 octobre à :

Ambassade de la République islamique d’Iran
245 Metcalfe St.
Ottawa, Ontario
K2P 2K2

Courriel

Informé-e par Amnesty International, je vous exprime ma plus vive préoccupation en ce qui concerne la situation de Madame Nasrin Soutoudeh, avocate spécialiste des droits humains détenue en secret à la prison d’Evin, à Téhéran.

Je vous demande instamment de la libérer dans les plus brefs délais et sans condition car cette femme est une prisonnière d’opinion, uniquement détenue pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et d’association.

Je vous prie également de veiller à ce qu’elle ne soit ni torturée, ni soumise à d’autres formes de traitements inhumains et dégradants durant sa détention et qu’elle puisse immédiatement contacter sa famille et l’avocat de son choix.

Par ailleurs, je me permets de vous rappeler que les Principes de base des Nations unies relatifs au rôle du barreau stipulent non seulement que les avocats doivent pouvoir s’acquitter de leurs fonctions professionnelles « sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue », mais qu’ils doivent aussi pouvoir jouir de la liberté d’expression ce qui signifie entre autres qu’ils « ont le droit de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l’administration de la justice et la promotion et la protection des droits de l’homme ».

En vous remerciant pour l’attention, que vous porterez à cette requête, je vous prie d’agréer, mes sincères salutations.

- Source : Amnistie internationale

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 octobre 2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin