| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







lundi 17 octobre 2011
Prix Nobel de la paix : des dames d’honneur

AFP, le 7 octobre 2011

L’attribution vendredi du prix Nobel de la paix à deux Libériennes, la présidente Ellen Johnson et la militante Leymah Gbowee, et à une Yéménite, Tawakkol Karman, a été largement saluée comme une victoire pour les femmes, pour l’Afrique et pour le monde arabe.

La chancelière allemande Angela Merkel a félicité les trois lauréates, saluant notamment Tawakkol Karman "qui se trouve encore dans une situation où elle ne peut pas encore jouir de la liberté".

Cette attribution "est un très bon signal" qui devrait encourager les autres militants de la paix et des droits des femmes, a ajouté lors d’une conférence de presse Mme Merkel.

Le président français Nicolas Sarkozy a salué trois femmes d’"exception", son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé jugeant que "le combat de ces trois femmes exemplaires constitue un message d’espoir pour les peuples africains et arabes". Et de saluer "toutes les femmes dans le monde qui s’engagent résolument pour l’avenir de leurs peuples".

Le chef historique du syndicat polonais Solidarité, Lech Walesa, lui-même prix Nobel de la paix en 1983, a estimé que cette distinction "sera un encouragement à agir, tant pour les trois lauréates que pour les autres habitants d’Afrique et de pays arabes".

"Les femmes des pays arabes seront en particulier encouragées dans la lutte pour leurs droits, et il reste beaucoup à faire. La démocratie ne se construit pas en un jour", a ajouté Lech Walesa, ex-président polonais (2001-2005), joint par l’AFP.

La Yéménite Tawakkol Karman, se disant "heureuse et surprise" de l’avoir obtenu, a elle-même dédié son prix aux militants du "Printemps arabe"

"Il s’agit d’un honneur pour tous les Arabes, les musulmans et les femmes", a déclaré la jeune femme.

Interrogée sur la Place du changement à Sanaa où les contestataires campent depuis février, la jeune femme a dit à l’AFP que son prix Nobel était "une victoire pour la révolution" au Yémen et pour son "caractère pacifique" face au régime du président Ali Abdallah Saleh.

Les cybermilitants égyptiens Waël Ghonim et Esraa Abdel Fattah, autres vedettes du "printemps arabe" et dont les noms avaient circulé pour ce prix Nobel de la paix, ont félicité la Yéménite pour sa "victoire méritée".

"Notre vrai prix à tous, c’est que nos pays soient plus démocratiques et plus respectueux des droits de l’Homme", a écrit Waël Ghonim sur son compte Twitter.

"Félicitations à Tawakkol et aux femmes arabes pour leur victoire au Nobel de la paix", a de son côté écrit Esraa Abdel Fattah, toujours sur Twitter.

La Libérienne Leymah Gbowee a estimé que son prix était "pour les femmes en général, mais particulièrement pour les femmes en Afrique", dans un entretien téléphonique avec l’AFP depuis New York.

En revanche, la co-attribution à la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, candidate à sa réélection, ne fait pas que des heureux.

Les protestations d’un concurrent de Mme Johnson au scrutin présidentiel de la semaine prochaine, ont jeté une ombre sur la belle unanimité devant la récompense décernée pour la première fois à trois femmes, dont, autre fait sans précédent, une femme arabe,

Si la lauréate elle-même a déclaré vendredi à Monrovia que "c’est un prix pour tout le peuple libérien", "un prix partagé" avec sa compatriote pacifiste Leymah Gbowee, et donc "un prix pour toutes les femmes libériennes", son principal adversaire à la présidentielle de mardi, Winston Tubman, s’en est carrément indigné.

"Mme Sirleaf ne mérite pas un prix Nobel de la paix, parce qu’elle a commis de la violence dans ce pays. Ce prix est inacceptable et non mérité", a affirmé par téléphone à l’AFP M. Tubman, dirigeant du Congrès pour le changement démocratique (CDC).

Source en français : AFP

Plus d’information sur le site www.nobelprize.org/.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 octobre 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin