| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







dimanche 5 février 2012
Journée Tolérance Zéro aux MGF-excision, le 6 février

À l’instar des cellules membres du Comité Inter-Africain de Lutte contre les pratiques traditionnelles affectant la santé de la femme et de l’enfant (CI-AF), ainsi que de ses alliés, le Réseau FEMMES AFRICAINES, Horizon 2015 (FAH2015) au Québec commémore la 9e Journée internationale Tolérance Zéro envers les Mutilations Génitales Féminines (MGF-excision). FAH2015 place cette Journée sous le signe de la célébration des acquis en matière de lutte contre les MGF-excision et d’hommage aux militants et militantes anti-MGF.

Parmi ceux-ci, Kadiata NIANE plus connue sous le nom de KATOUCHA, une des grandes figures du Mouvement de lutte contre les MGF-excision. Une des premières tops model africaine, elle fut l’égérie d’Yves Saint-Laurent et occupa la scène internationale du mannequinat durant des années sous le surnom de la « Princesse Peule ». Elle fut entre autres membre du jury de l’émission Top model sur M6.

KATOUCHA est née en République de Guinée dans les années 60. Elle est la fille de l’illustre historien africain, le professeur Djibril Tamsir NIANE. L’annonce de sa disparition dans la Seine (Paris) le 2 février 2008 fut une onde de choc pour sa famille, ses ami-e-s ainsi que pour ses milliers d’admirateur-e-s en France, en Afrique et partout à travers le monde. Après une semaine, la police abandonna les recherches. Le 28 février 2008 son corps fut retrouvé près du Pont du Garigliano à Paris, à cinq kilomètres où sa péniche était amarrée.

KATOUCHA fut victime de diverses violences sexuelles. À l’âge de 9 ans, elle fut soumise à l’opération de l’excision. Pire, au Mali, elle fut abusée sexuellement à 12 ans, semble-t-il par un de ses oncles. Elle rejoignit sa famille à Dakar (Sénégal) où elle sombre dans une grossesse précoce à 17 ans. Sa famille la maria au garçon, père de son enfant. Elle s’enfuit alors en France et vit à Paris avec sa fille.

Sa beauté et son allure altière n’échappent pas aux chasseurs de belles têtes. Elle fit alors une entrée remarquée dans le milieu de la mode, surtout lors du défilé organisé pour Thierry Mugler.

Elle devient le mannequin icône d’Yves Saint-Laurent et porta haut l’élégance africaine sur la scène mondiale.

Ré-valorisation par une célébrité internationale, KATOUCHA retrouve l’estime de soi. Elle commence à exprimer ses blessures et à extérioriser ses souffrances physiques et psychologiques. Avec l’aide Sylvia Deutsch, elle écrit un livre témoignage, au titre très significatif, Dans ma chair publié en 2007.

Encouragée par le succès du livre, elle met sur pied sa propre association qu’elle dénomme KPLCE, ou Katoucha pour la lutte contre l’excision. Dès lors, elle contribue à la dénonciation de cette pratique néfaste qui affecte aujourd’hui plus de 140 millions de femmes et de fillettes à travers le monde, à raison d’un million par an, soit 6000 par jour et 5 par minute. Elle apporte également son soutien à des victimes des MGF-Excision.

La diaspora féminine africaine au Québec rend hommage à tous les hommes, femmes, jeunes, adultes, chefs religieux qui ont œuvré pour le recul des MGF-excision ainsi qu’à KATOUCHA, la princesse peule trop tôt disparue.

Quelques références :

Wikipedia

Professeur Hamidou DIA (philosophe et écrivain), Hommage à Katoucha

Pour le Réseau FAH2015

Aoua Bocar LY-Tall, Ph.D., Fondatrice et Présidente exécutive :
courriel
Cell. : 514 – 662 - 2876
Site

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 février 2012



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege
mardi 8 septembre
Les deux Aylan ou la compassion sélective, par Rudi Barnet
lundi 15 juin
Professions libérales - Les oubliées des politiques d’égalité femmes-hommes ? Le Laboratoire de l’égalité






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin