| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 28 avril 2005
Afghanistan : une jeune femme de 29 ans lapidée pour adultère

par Françoise Guillitte

La discrimination à l’encontre des femmes en Afghanistan continuera à avoir des conséquences graves. Il faut que le gouvernement prenne des mesures concrètes pour que cela cesse, déclare Amnesty International, suite à l’exécution par lapidation d’une femme de 29 ans accusée d’adultère.

Cette exécution, la semaine dernière, d’une femme pour l’adultère semble être la première depuis la chute du régime des Taliban en 2001. Selon des témoins oculaires, Amina, âgée de 29 ans, a été traînée par son mari et les fonctionnaires locaux hors de la maison de ses parents avant d’être publiquement lapidée à mort. Cela s’est passé dans la province de Badakshan, à l’Est du pays. L’homme avec lequel elle aurait commis l’adultère aurait subi cent coups de fouet avant d’être libéré. Selon des rapports, Amina a été condamnée à mort par un tribunal local, puis exécutée dans un délai d’approximativement 48 heures. "Le cas d’Amina démontre l’incapacité du gouvernement afghan de protéger, d’assurer et de rendre justice, en particulier à l’égard des femmes," a déclaré Amnesty International. "Des pratiques religieuses et coutumières ne peuvent être employées comme excuse pour violer les droits fondamentaux des femmes." "Le gouvernement afghan a la responsabilité de protéger les femmes contre la violence, commise non seulement par l’état mais également par les particuliers et les groupes."

Amnesty International se réjouit des engagements pris par le gouvernement afghan de mener un enquête concernant la condamnation illégale d’Amina et de traduire les responsables en justice.

L’organisation appelle fermement à la suppression de la peine de mort. Le cas d’Amina illustre l’injustice irréversible de l’application de la peine de mort.

Opposition à la peine de mort

Amnesty International s’oppose à la peine de mort dans tous les cas parce qu’elle représente un traitement cruel, inhumain et dégradant et viole le droit à la vie.

Cela est particulièrement évident au regard de ce qui se passe en Afghanistan où le système criminel central de justice est incapable de protéger les femmes contre des décisions discriminatoires des tribunaux locaux et de la même façon, ne peut faire respecter le déroulement d’un procès juste et équitable conformément aux normes internationales. Amnesty International demande au gouvernement afghan de respecter les engagements pris lors de la ratification du Pacte relatif aux droits civils et politique qui, dans son article 7, déclare clairement que "personne ne peut être soumis à la torture ou à tout traitement cruel, inhumain ou dégradant." En vertu du droit international, les états doivent exercer toute la diligence due pour assurer aux femmes l’égalité, le respect à la vie, à la liberté et à la sécurité, et l’absence de discrimination, de torture et de tout traitement cruel, inhumain et dégradant.

Amnistie Internationale, mardi, le 26 avril 2005.



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 19 juin
MMF - Libérez Ayse Gokkan et les autres militant-e-s
jeudi 25 mai
"Musow, dialogue de femmes", film documentaire sur l’excision
jeudi 24 mars
Mutilations génitales féminines : nous pouvons agir
jeudi 24 mars
L’assassinat de Berta Cáceres ne sera pas vain, par la MMF France
samedi 19 mars
Maroc - Plusieurs organisations dénoncent l’avant-projet de loi sur les violences contre les femmes
mardi 8 mars
JIF 2016 - L’avenir des femmes en Côte d’Ivoire
vendredi 4 mars
Ruptures - "Viols, armes de guerre : 9 mars 2016, pour un tribunal pénal international en République Démocratique du Congo (RDC)"
samedi 27 février
CNDF - Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !
mardi 16 février
"Femmes et processus de paix". Le cas de la Bolivie
samedi 6 février
Congo - Le viol, une arme de terreur - Dans le sillage du combat du Docteur Mukwege








Soyons Justes
1er mai 2005, par marwane



Soyons Justes
1er mai 2005, par marwane   [retour au début des forums]
Afghanistan : une jeune femme de 29 ans lapidée pour adultère

Il est vrai que la peine de mort à mon avis est dégradante.
Mais pouquoi indexer particilièrement et seulement l’Afganistan et certains autres pays dépourvus de popularité et d’influence ? Pourquoi camouffler et menager volontairement ces "grands" régimes qui administrent la mort à travers des solutions chimiques, des gazs, des piqures ???
Il serait plus juste pour Amnesty International de parler et de Dénoncer la peine de mort telle que se décide et s’applique aux Etas-Unis. Pourquoi de ce côté aucune organisation est indifferente alors qu’on trouve là-bas aussi des victimes !

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin