| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 16 octobre 2004

De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs

par Pierrette Bouchard






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Dutroux et pédocriminalité - Tant que le sang n’arrive pas à la rivière
Première campagne contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le voyage et le tourisme
Protéger les enfants des conséquences négatives de la consommation médiatique
Avis sur l’hypersexualisation - Rectifications nécessaires
La publicité influence la sexualisation précoce
Sexualisation précoce des adolescent-es et abus sexuels
Le sexe dans les médias : obstacle aux rapports égalitaires
Les politiciens responsables de l’environnement misogyne et malsain que les filles doivent affronter
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
Protéger les enfants de la violence des médias
Le harcèlement sexuel à l’adolescence, élément d’une culture sexiste
La sexualisation précoce des filles peut accroître leur vulnérabilité
La prévention de la violence chez les jeunes
Quand la sexualité scandalise







Dans sa lutte politique, le mouvement féministe a toujours accordé une place centrale au corps, que ce soit dans les domaines de la contraception et de l’avortement, de la sexualité, de la pornographie, de l’excision ou autres. Avec le phénomène de la sexualisation précoce des fillettes, on assiste au retour en force des stéréotypes de sexe. Or, nous l’avons déjà montré, c’est dans l’émancipation de ces stéréotypes même que la réussite scolaire des filles puise sa source. De plus, la sexualisation précoce accroît leur vulnérabilité face à l’exploitation sexuelle. Par vulnérabilité, nous entendons des dynamiques sociales qui rendent les filles plus susceptibles d’être blessées (dans tous les sens du terme) ou qui donnent prise sur elles. Pensons tout particulièrement à la vulnérabilité conséquente à une formation identitaire centrée uniquement sur l’apparence et à celle issue d’un savoir-faire sexuel précoce dans le cadre des rapports hommes-femmes. De tels apprentissages favorisent des conduites de dépendance qui préparent, d’une certaine façon, à la victimisation (Bouchard et Bouchard, 2003).

Comme l’écrit Carmen Lúcia Soares (2003), « très tôt, les petites filles, sont éduquées à domestiquer leur corps. […] La beauté devient un impératif de l’éducation féminine. Elle résulte d’un effort, d’un auto-contrôle du corps, d’une éducation disciplinaire, d’une […] certaine [forme de …] torture, ou, comme l’affirme une journaliste française […] "tu auras la beauté à la sueur de ton corps » (Caviglioli dans Soares, 2003). La domestication du corps est omniprésente et elle est représentée « non seulement par des mots, mais aussi par des savoirs, présents dans une éducation quotidienne et intermittente » (Soares, 2003).

Image corporelle et troubles de l’alimentation

L’anorexie et la boulimie sont intimement liées aux pressions à suivre les normes du corps parfait (Marecek et Arcuri,1995). Les stéréotypes contraignants imposés aux femmes sont au cœur du développement de troubles de l’alimentation. Selon Francesca Baltzer, directrice de la clinique pour adolescents de l’Hôpital de Montréal pour enfants, « près de 10% des petites filles de 8 et 9 ans ont déjà suivi un régime [et] de 15% à 20% des filles au secondaire présentent des troubles alimentaires » (Tassé, Femmes Plus) (3). Selon d’autres chercheurs, plus de la moitié des fillettes de 4ième année ont exprimé le désir d’être plus minces. 69% affirment que les images des magazines influencent l’idée qu’elles se font d’un corps parfait et 47% disent vouloir maigrir à cause de ces images (Field et al, 1999). L’Academy of Eating Disorders (AED) estime que de 0.5 à 1% de jeunes femmes souffrent d’anorexie et de 1 à 2% de boulimie (4). Cette prévalence est comparable dans les différents pays industrialisés. Il est difficile d’évaluer si des sites Internet qui prônent l’anorexie comme un choix de vie pour les femmes, par exemple Pro-Anorexia, ont une quelconque audience, mais leur apparition est en elle-même significative.

Ces abus du corps par la privation/boulimie me semblent relever des mêmes logiques que celles qui président au gavage des petites filles en Mauritanie. Cette pratique, qui consiste à bourrer les fillettes afin qu’elles prennent rapidement du poids (5), associe obésité à beauté et à richesse (ACDI, 2002). Les mères investissent dans l’apparence de leurs filles qui, faute de se scolariser, doivent se trouver un homme à marier. Pour que les fillettes ne rejettent pas la quantité considérable de nourriture ingérée, le gavage s’accompagne de pincements aux doigts ou de douleurs alternatives servant à les distraire des maux de cœur qu’elles éprouvent. Ces "pincements" occasionnent plusieurs fractures des doigts et des orteils chez les fillettes.

Mode et stéréotype de la femme séductrice

Dans les pays industrialisés, les fillettes sont ciblées comme consommatrices de mode et de soins corporels, mais on les inscrit dans ces mêmes rôles de sexe au coeur de la dynamique des rapports entre les hommes et les femmes : « Charmer, plaire, et séduire en utilisant son corps », tel est le message qu’elles se font marteler de plus en plus jeunes (Rigataux, 2001). Aux Etats-Unis, de plus en plus d’adolescentes ont recours à la chirurgie esthétique. En 2003, sur un total de 8,3 millions d’interventions esthétiques (une augmentation de 293% par rapport à 1997), 7,2 millions ont été effectuées sur des femmes, soit 87%. Selon l’American Society for Aesthetic Plastic Surgery (ASAPS), 220 000 personnes de moins de 18 ans auraient eu recours à la chirurgie plastique, soit une augmentation de 75 000 depuis l’an 2000 (ASAPS dans Harlow, 2004) (6). Les jeunes filles en bas de 18 ans optent principalement pour l’augmentation mammaire et les injections de Botox (7).

La chercheuse britannique Gayle Wald (1998) se demande si, dans la société postmoderne occidentale, pour obtenir l’attention, être reconnue, avoir une place et détenir un peu de pouvoir social, les filles doivent revenir au vieux stéréotype sexuel de la femme séductrice. Selon une autre chercheuse américaine (Finders,1996 : 71), un tel phénomène sert à réinscrire les filles au sein du patriarcat. Dans une large perspective d’analyse, on reconnaît les formes actuelles de l’appropriation du corps des femmes dont parlait Guillaumin (1992), en établissant une analogie entre le sexage et l’esclavage.

Des « enfants-proies » à la merci des abuseurs sexuels

La banalisation de la sexualisation précoce accentue le risque chez les filles de devenir des "enfants-proies", selon l’expression de la psychologue scolaire québécoise Madeleine Quintal. Comment ces jeunes filles sont-elles vues par les abuseurs d’enfants ? Ces derniers ne risquent-ils pas de voir dans la sexualisation précoce des filles une forme de normalisation et une justification supplémentaire à leurs actes ? La Fédération canadienne des femmes professeures d’université (CFUW) indique que plus de la moitié (54%) des filles canadiennes de moins de 16 ans ont été confrontées à diverses formes d’avances sexuelles non désirées ; 24% ont été violées ou ont subi des relations sexuelles sous la contrainte et 17% l’inceste (Jiwani, 1998) (8).

Le risque accru d’exploitation sexuelle renforcé par la banalisation de la sexualisation précoce des fillettes dans les pays industrialisés invite à s’interroger sur d’autres phénomènes concomitants à l’échelle du monde, notamment la pornographie infantile, les réseaux pédophiles, le tourisme sexuel et la prostitution juvénile. L’exploitation sexuelle des filles est un fléau mondial. Selon l’UNICEF (1999), un million d’enfants, en majorité des filles, sont enrôlés dans l’industrie du sexe chaque année. Yolande Geadah (2003) démontre dans son livre, La prostitution, un métier comme un autre ? les liens étroits qui existent entre la pornographie infantile, la prostitution et le trafic sexuel.

« Avec Internet, la pornographie, particulièrement juvénile, a atteint des proportions gigantesques à l’échelle mondiale (Geadah, 2003 : 141). [Un représentant de la police fédérale allemande indiquait que] en l’espace d’un an, le nombre de sites pornographiques infantiles [avait augmenté] de 100% » (Guttman, 1999) (9). Selon Parry Aftab, avocate et auteure du Guide à l’usage des parents pour protéger les enfants dans le cybermonde, il y aurait 30 000 sites pédophiles (Guttman, 1999) (10).

Aurora Javate de Dios (dans Geadah 2003 : 26), coordonnatrice de la Coalition Against Trafficking in Women (CATW), indique que « la prostitution est passée, durant les deux dernières décennies, du stade artisanal à celui de la méga-entreprise qui exploite à l’échelle industrielle le corps de milliers de femmes et d’enfants dans le monde ». Des fillettes âgées de 5 à 15 ans sont livrées chaque année à la prostitution (11) ; elles seraient 2 millions, selon le groupe canadien FREDA (Centre for Research on Violence against Women and Children, 2004). La féministe Sally Wagner croit que « le développement de l’industrie pornographique - qui utilise de très jeunes femmes - est une réponse directe au féminisme » (Wagner dans Millot, 2000 : 96). La prostitution est présente dans tous les pays du monde, même ceux qui se prétendent les plus avancés. Récemment, le réseau NetFemmes (12) faisait état de la demande de la ville d’Athènes d’assouplir les mesures répressives contre le proxénétisme national et transnational pour que 20 000 personnes prostituées supplémentaires soient disponibles à l’occasion des jeux olympiques.

Selon Charvin (2000), la mondialisation accentue le trafic humain, c’est-à-dire le commerce des femmes et des enfants à des fins de prostitution, à des fins d’emplois et de mariage commandé. La prostitution est devenue l’une des principales sources de devises pour l’économie nationale dans des pays comme les Philippines et la Thaïlande où les groupes criminels bénéficient de la complicité des agences gouvernementales. Toujours selon Charvin (2000), on estime à 70 millions les femmes et les enfants de l’Asie du Sud-Est victimes de trafic sexuel. Se référant à l’Organisation pour les Migrations, il souligne encore que 300 000 femmes originaires des pays de l’Est, prétendûment « démocratisés », se prostituent en Europe occidentale (13). Ce trafic sexuel serait lié à l’inégalité sociale et particulièrement à l’inégalité entre les pays du Nord et du Sud.

Appropriation des femmes et des fillettes à des fins sexuelles

Comme on peut le constater, le contrôle du corps est une caractéristique récurrente de toutes les formes d’appropriation des femmes dans le monde, que ce soit à des fins d’exploitation sexuelle, comme dans la prostitution, ou à des fins privées, comme dans le cas du gavage ou des soins corporels pour accroître les chances de plaire ou de se marier. Ce dernier est d’ailleurs loin d’être une sinécure, si on considère la pratique des mariages précoces forcés dans différentes régions d’Afrique et d’Asie du Sud. Dans certains pays, la moitié des filles sont déjà mariées à l’âge de 18 ans (UNICEF, 2001). Selon un rapport de l’UNICEF (2001) intitulé Mariage précoce : conjointe, le phénomène est en augmentation parmi les populations extrêmement pauvres du globe. « En Iraq, selon l’UNICEF, le phénomène des mariages précoces serait en augmentation, croissance en proportion directe avec celle de la pauvreté. Au Bangladesh, des parents en bute à la pauvreté se laissent convaincre de se séparer de leurs filles par des promesses de mariage, ou encore de faux mariages, qui servent en fait à attirer les filles pour les contraindre à se prostituer à l’étranger ». En République démocratique du Congo, par exemple, c’est 74% des filles âgées de 15 à 19 ans qui sont déjà mariées ; au Niger, 70% ; en Afghanistan, 54% (14).

De plus, selon le rapport de l’UNICEF (2001), l’abus physique serait chose commune dans les mariages d’enfants. « Des données venant d’Egypte indiquent que 29 pour cent des épouses adolescentes ont été battues par leur mari (mari et autres), dont 41 pour cent pendant la grossesse. Une étude en Jordanie publiée en 2000 (dans UNICEF 2001) montre que 26 pour cent des cas rapportés de violence domestique sont commis contre des épouses de moins de 18 ans. La violence domestique fait en sorte que, poussées par le désespoir, quelques filles optent pour la fugue ». Celles qui le font, souligne le rapport, et celles qui choisissent leur conjoint malgré l’avis contraire des parents, peuvent être punies voire même tuées par leurs familles. Ces filles encourent le risque d’être « tuées par honneur, comme on le voit au Bangladesh, en Egypte, en Jordanie, au Liban, au Pakistan, en Turquie et ailleurs ». Chez les filles, le mariage précoce est « presque toujours synonyme de grossesse - qui est la cause des hauts taux de mortalité maternelle - et d’accouchement prématurés ainsi que d’une existence d’asservissement domestique et sexuel sur laquelle elles n’ont nul pouvoir ».

Appropriation à des fins de travail domestique et de main-d’œuvre à rabais

On oublie trop souvent cette facette de l’appropriation des femmes, non seulement à des fins sexuelles mais également à des fins de travail, comme force de travail (Guillaumin, 1992). En plus de leur activité au foyer parental, les filles travaillent davantage à l’extérieur que les garçons. Pour la tranche d’âge de 5 à 11 ans, le Bureau International du Travail compte 3 filles pour 2 garçons au travail (Champagnat, 1999) (15). Il y aurait 110 millions de filles âgées de 5 à 14 ans travaillant dans le monde (ONF, 2002). Dès l’âge de 5 ans, dans certains pays en développement, les filles travaillent entre 4 et 16 heures par jour aux tâches domestiques (16), sans compter le fait qu’elles sont aussi utilisées comme esclaves domestiques. En Haïti, par exemple, leur nombre (filles de moins de 15 ans) serait de 200,000 (ONF, 2002).

Dans les pays qui se sont dotés de lois pour protéger les enfants de l’exploitation au travail en imposant un âge minimal, l’exploitation se fait clandestinement. Ainsi, l’Angleterre, la France, le Portugal, l’Italie, l’Espagne, le Canada et les États-Unis emploient illégalement plusieurs milliers d’enfants, majoritairement des fillettes, qui travaillent dans les industries du textile et de la fabrication pour subvenir aux besoins de leurs familles. Souvent, ces jeunes filles n’ont pas accès à l’éducation.

Lorsque les familles n’ont plus les moyens de scolariser tous les enfants, la préférence est donnée aux garçons. « Dans beaucoup de pays, il est considéré comme normal d’envoyer prioritairement les garçons à l’école et de garder les filles à la maison pour travailler. Dans certains pays, les filles consacrent jusqu’à 80% du temps de plus que les garçons aux tâches ménagères » (Le Monde Diplomatique, dans CDÉACF, 2000). Selon Unifem (dans Marty et al, 2001), l’endettement accru des pays favorise cette exploitation de la main-d’œuvre féminine enfantine. C’est pourquoi, sur les quelque 900 millions d’adultes analphabètes dans le monde, les deux tiers sont des femmes. Ainsi, entre 1985 et 1997, le taux de scolarisation des filles a baissé dans 42 pays (Marty et al, 2001).

Néo-libéralisme, néo-conservatisme et marchandisation des êtres humains : obstacles à l’égalité

Ce tour d’horizon des freins à l’émancipation des filles, ici et ailleurs dans le monde, pointe du doigt les réorganisations actuelles entre la droite conservatrice et intégriste patriarcale et le marché néo-libéral et néo-conservateur. En visant la maximisation des profits au détriment de la plus grande majorité, on renforce les inégalités économiques entre les différents pays, entre les hommes et les femmes, et entre les différentes catégories sociales. En façonnant les rapports entre les hommes et les femmes en faveur des premiers, le patriarcat permet aux forces économiques de droite de surexploiter la main-d’œuvre féminine, de maintenir la grande majorité des femmes dans une dépendance économique et une dévalorisation sociale, et de marchandiser leur corps.

La marchandisation du corps humain, comme le souligne Marty et al. (2001), suppose une organisation criminelle internationale fonctionnant à partir de réseaux liés à des intérêts économiques très puissants. Ils se sont développés à travers le marché des armes et de la drogue, avec ses ramifications dans la pornographie et les autres industries du sexe. La Marche mondiale des femmes (2000) a pris position sur cette question en déclarant que la « marchandisation de tout ce qui vit, respire, ressent et pense est détestable et condamnable d’autant qu’elle aliène les êtres humains, les prive de liberté et de justice, les rend vulnérables à tous les marchands sans scrupule qui sont engendrés par des marchés toujours plus voraces ».

Cette réflexion éthique m’amène à conclure.

Dans nos sociétés, le discours affirmant que l’égalité entre les hommes et les femmes est atteinte se fait de plus en plus entendre. Certaines personnes, dans un contexte de ressac antiféministe (Bouchard 2003), vont même jusqu’à affirmer que les femmes ont de meilleures conditions que les hommes ou encore que ce sont ces derniers qui sont maintenant les nouvelles victimes des discriminations. Ainsi, concernant les filles, on s’attarderait aux manifestations de leur violence (17). Ces discours imprègnent l’imaginaire du grand public.

Le portrait des jeunes filles d’ici et d’ailleurs, que nous avons présenté, montre pourtant que la quête d’égalité est toujours un enjeu. Les différentes problématiques et statistiques illustrent à quel point les fillettes et les femmes subissent encore toutes sortes de violences, notamment en étant constamment ramenées à leur corps et à leur sexe. Elles subissent non seulement l’accaparement de leur force de travail, [comme le dit Guillaumin] mais aussi un rapport d’appropriation direct : « C’est leur individualité même qui est accaparée, leur être au complet » (Guillaumin, 1992 : 18) (18).

Je pourrais continuer ce triste portrait de la situation des filles dans le monde en parlant des mutilations sexuelles génitales (19), de crimes d’honneur à la suite de viols (20), d’enrôlement dans les forces et les groupes armés (McKay et Mazurana, 2004) (21), de la détresse psychologique, des tentatives de suicide et du mythe ayant cours dans plusieurs pays selon lequel le fait de coucher avec une jeune fille vierge guérit du HIV/SIDA (UNICEF, 2001). Je pourrais aussi discuter de la façon dont les intégristes partout dans le monde réagissent aux phénomènes de sexualisation par un renforcement du contrôle des filles (Durham, 1998) (22), leur enfermement dans l’espace privé ou le port de vêtements comme la burka, des discours sur l’abstinence. Pourtant, j’aimerais revenir à des perspectives de solidarité internationale.

Des perspectives de recherche nationales et internationales

C’est en 1993 que s’est formé le Groupe de travail spécifique sur la situation des filles dans le monde dans le cadre de la Conférence mondiale de Vienne sur les droits humains. Son objectif était de faire en sorte que les États prennent les mesures nécessaires pour protéger les filles de la discrimination, de l’exploitation et de l’oppression sur la base du sexe. L’action du groupe s’est poursuivie à Beijing, en 1995, dans la foulée des diverses conventions internationales pré-existantes : la Convention contre l’élimination de toutes les formes de discrimination, en 1981, la Convention pour les droits des enfants, en 1989, et la Conférence mondiale contre l’exploitation sexuelle des enfants, qui a eu lieu à Stockholm en 1996. L’emphase a notamment été mise sur les mutilations sexuelles génitales, les mariages précoces, l’exploitation sexuelle et la violence, l’accès à l’éducation et la protection contre le sida (23).

Dans le cadre de ces engagements internationaux, les chercheuses et les chercheurs peuvent se pencher sur les façons les plus appropriées d’explorer des problématiques qui se veulent internationales et globales en faisant une large place aux interdépendances. Les luttes féministes ne peuvent plus se mener uniquement sur des terrains locaux et nationaux, car ceux qui maintiennent la domination s’organisent en réseaux mondiaux. Conséquemment, la recherche féministe se doit de documenter et d’outiller le mouvement des femmes pour un nouveau type d’action international. Il est désormais nécessaire de mener plus de recherches globales, permettant des comparaisons nationales sur des thèmes communs.

En un mot, de nouvelles perspectives théoriques féministes peuvent contribuer à définir les problèmes et proposer des solutions différentes d’autant plus qu’elles peuvent façonner les politiques de développement, les programmes de recherche et l’activisme. Et pour parvenir à ces fins, il faudra porter ces dossiers en solidarité avec les nouvelles générations de jeunes féministes préoccupées par le sort de leurs petites sœurs ou de leurs propres fillettes.

Notes

1. No 36 : Les résistances des hommes au changement.
2. Nous aimerions remercier Isabelle Boily, professionnelle de recherche à la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la situation des femmes, pour son travail de recherche documentaire.
3. Site de Canoë, [En ligne, sans date]. http://www.canoe.qc.ca/ArtdevivreSociete/aou2_fillettes_b.html(Page consultée le 17 septembre 2002).
4. Ces statistiques se retrouvent sur le site web de la maison de transition l’Éclaircie (organisme communautaire de Québec spécialisé dans les troubles de l’alimentation). http://www.maisoneclaircie.qc.ca/comment.html
5. Voir le reportage de Radio-Canada sur le gavage des jeunes filles en Mauritanie, émission Le Point du 24 mars 2004.
6. http://www.flipside.nzoom.com/flipside_detail. Pour les moins de 18 ans, c’est un taux de 3% de toutes les interventions esthétiques.
7. Idem. 11 326 jeunes femmes de moins de 18 ans ont eu une augmentation mammaire en 2003 et 5669 ont eu recours à des injections au Botox en 2003 ; 150 208 femmes chez les 19-34.
8. 63% des agressions sexuelles rapportées à la police se rapportent à des filles âgées de moins de 18 ans et ces données ne tiennent pas compte des filles qui ont été témoins de violence à la maison ou à l’école.
9. Voir aussi Martine Brousse de l’ONG française Voix de l’enfant.
10. Sur un total de 4,3 millions de sites.
11. (http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/14fr_ewrc.htm
12. Réseau féministe Netfemmes
13. Ce commerce du sexe, devenu un marché international en plein essor, rapporte 7 milliards de dollars USA, chaque année, aux groupes criminels organisés.
14. Idem. Convaincre les parents de garder leur fille à l’école est un élément essentiel du développement complet des filles - et du report du mariage. Le Sri Lanka et l’Etat indien du Kerala en sont des exemples éloquents. Chez ces deux pays, l’âge du premier mariage est élevé. Les deux ont également accordé la priorité à l’éducation des filles. Le rapport souligne que « la façon dont les hommes et les femmes perçoivent leurs rôles et leur capacité a changé et a conduit à un soutient plus grand des droits des femmes, en regard à celui que l’on constate dans plusieurs autres pays de (l’Asie du Sud) ».
15. Le travail des enfants http://www.droitsenfant.com/travail.htm. Il y aurait 246 millions d’enfants de 5 à 17 ans qui travaillent dans le monde.
16. Idem.
17. Un récent rapport de la société Elizabeth Fry (FREDA, 2004) montre pourtant que seulement 3,83% des crimes violents sont commis par des jeunes femmes et 88% sont des agressions simples, non-sexuelles (Schramm, 1998 dans Jiwani 1998). En fait, ces crimes seraient en constante diminution depuis 30 ans.
18. Selon Guillaumin (1992 : 15), « c’est leur position effective dans les rapports de classe [de sexe] [que] d’être premièrement et fondamentalement des femmes. Leur sociabilité [leurs rapports au monde et à la société], c’est cela ». [...].
19. Les mutilations génitales peuvent prendre différentes formes allant de l’ablation du clitoris à l’ablation totale des petites lèvres, jusqu’à l’infibulation qui consiste en l’incision des grandes lèvres faisant ainsi disparaître l’ouverture vaginale pour laisser la place à un minuscule orifice par où coulent le sang menstruel et l’urine : http://www.feminist.com/antiviolence/facts.html. Dans le monde entier, 90 000 000 de fillettes et de jeunes femmes ont subi une mutilation génitale féminine (MGF). http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/14fr_ewrc.htm
20. Pas moins de 5 000 femmes et filles sont victimes, chaque année, des crimes d’honneur, souvent pour le déshonneur d’avoir été violées, dont 1 000 pour le seul Pakistan. http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/14fr_ewrc.htm
21. Selon l’estimation la plus basse de l’Unicef, 5 400 enfants de moins de 18 ans ont été enrôlés contre leur gré par les différentes factions (rebelles, ex-soldats factieux, milices civiles) depuis le début de la guerre. Les garçons servaient de porteurs ou de gardes du corps, armes à la main. Les filles, elles, devenaient les « esclaves sexuelles » des combattants. « Leur vie dans le bush commence toujours par un viol, parfois devant tout le monde, explique Roisin de Burca, responsable du bureau de l’Unicef. Des filles parfois âgées de 10 ans sont obligées d’avoir des relations sexuelles quotidiennes avec tous ceux qui le demandent ». « Mais la plupart des jeunes ex-épouses ont trop honte pour retourner chez elles, assure Edmond Koroma, responsable du centre d’accueil de Caritas à Makeni, ville du nord tenue par le RUF. Presque toutes ont des bébés, les autres sont enceintes, alors que, chez nous, l’enfant sans père est mal vu : enfant sans nom, il est mis au ban du village ». De peur d’être rejetée par leur famille, la majorité préfère donc rester avec leur ravisseur. Mais la crainte et la honte n’expliquent pas tout. Depuis le début de la démobilisation, en juin, les rebelles se montrent réticents à rendre leurs conquêtes. 95 % des enfants relâchés sont des garçons. « Les commandants veulent garder les filles avec eux, ils les font passer pour leur sœur ou leur cousine, raconte Samuel Sessay, qui travaille dans un camp de démobilisation des combattants ». http://www.denistouret.net/eurodroits/esclavage.html#esclaves%20sexuelles
22. Durham avance d’ailleurs qu’un tel phénomène « contribute to the patriarchal control of girls’ sexual lives » (Durham, 1998 : 386).
23. Le Caucus sur les filles souligne notamment qu’un quart des 500, 000 femmes qui meurent chaque année des complications d’une grossesse ou de l’accouchement sont des adolescentes, que les filles sont moins vaccinées que les garçons, qu’elles reçoivent moins de soins et qu’elles sont allaitées moins longtemps.

Références bibliographiques

Agence canadienne de développement international (2002). "Appel international contre les mutilations génitales féminines", Les nouvelles de l’ACDI, 8 décembre. http://www.adi.dj/archives/adi1202/adi3246D081202.htm
Bouchard, Pierrette (2004). « Les masculinistes face à la réussite scolaire des filles et des garçons. À propos de la réception des résultats d’une recherche » (Entretien avec Anne-Marie Devreux). Cahiers du Genre. No 36 : 21-45.
Bouchard, Pierrette, Isabelle Boily et Marie-Claude Proulx (2003). La réussite scolaire comparée selon le sexe : catalyseur des discours masculinistes. Ottawa : Condition féminine Canada
Baudoux, Claudine et Pierrette Bouchard (2003). « L’enjeu de l’emploi et la réussite scolaire selon le sexe » (sous la direction de Jean-Joseph Moisset, Jean Plante et Pierre Toussaint), La gestion des ressources humaines pour la réussite scolaire. Sainte-Foy : PUQ : 381-418.
Bouchard, Pierrette et Natasha Bouchard (2003). « Miroir, miroir…. La précocité provoquée de l’adolescence et ses effets sur la vulnérabilité des filles ». Les Cahiers du GREMF, no 87.
Bouchard, Pierrette (2002). « Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme. La montée d’une idéologie conservatrice ».http://sisyphe.levillage.org/article.php3?id_article=169
Bouchard,Pierrette, St-Amant, Jean-Claude et Jacques Tondreau (1996). « Socialisation sexuée, soumission et résistance chez les garçons et les filles de troisième secondaire au Québec », Recherches féministes, 9 (1) : 105-133.
CDEACF (2000). Créer des liens pour comprendre et agir sur le monde. Document d’accompagnement « Femmes, mondialisation et pauvreté : Éducation et perspectives d’actions » : http://www.cdeacf.ca/les fichiers/_2000_femmes.pdf
http://www.cdeacf.ca/liens/_2000_femmesbiblio.pdf
Champagnat, Jean-Charles (1999). « Le travail des enfants ». http://www.droitsenfant.com/travail.htm
Charvin, Robert (2000). « Femmes et Mondialisation ». http://www.nordsud21.org/PDF/cahier/mondialisation/femmesmondialisation03.pdf
Conseil économique et social (2002). Communiqué de presse ECOSOC/5999 du 14/02/02. Nations Unies. http://www.un.org/News/fr-press/docs/2002/ECOSOC5999.doc.htm.
Devreux, Anne-Marie. (2004). « Les résistances des hommes au changement social : émergence d’une problématique »). Cahiers du Genre. no 36 : 5-21.
Devreux, Anne-Marie et Anne-Marie Daune-Richard. (1992). « Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique »). Recherches féministes, 5, (2) : 7-31.
Durham, Meenakshi Gigi (1999). « Girls, Media and the Negociation of Sexuality : A Study of Race, Class and Gender in Adolescent Peer Groups ». Journalism and Mass Communication Quaterly. Columbia, 76 (2) : 193-216.
Feminists.com (2004). « Facts about violence. U.S. Statistics. Global Statistics ». http://www.feminist.com/antiviolence/facts.html. Page visitée le 7 avril 2004.
Field, Alison E., Cheung, Lilian, Wolf, Anne M., Herzog, David B., Gortmaker, Steven L. et Graham A. Colditz (1999). « Exposure to the Mass Media and Weight Concerns among Girls ». Pediatrics. 103 (3) : 36-41.
Finders, Margaret J. (1996). « Queens and Teen Zines : Early Adolescent Females Reading Their Way toward Adulthood ». Anthropology & Education Quaterly. Washington D.C. : The Council on Anthropology and Education. 27 (1) : 71-89.
Fraternet (2000). « Les femmes. Bilan 2000 - Chiffres clés ». http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/14fr_ewrc.htm
Geadah, Yolande (2003). La prostitution. Un métier comme un autre ? Montréal : VLB éditeur.
Guillaumin, Colette (1992). Sexe, race et pratique de pouvoir. Paris : Édition Côté-femmes.
Guttman, Cynthia (1999). « Internet et la pédophilie ». http://www.unesco.org/courier/1999_09/fr/connex/txt1.htm
Harlow, John (2004). « US teens look to Botox to stay coo ». Times Online. 4 avril.
Jiwani, Yasmin (1998). « The Girl Child : Having to ’Fit’ ». The FREDA Centre for Research on Violence against Women and Children. Octobre. http://www.harbour.sfu.ca/freda/articles/fit.htm
Marecek, Jeanne et Lauren Arcuri (1995). « Talking Food. Doing Gender. The Social Construction of Feminity among Sixth-Grade-Girls ». Paper presented at the Annuel Meeting of the American Psychological Association, August 11-15.
Marche Mondiale des Femmes (2000). « La mondialisation est sexiste : Le Forum des Femmes le démontre ». http://www.ffq.qc.ca/marche2000/fr/sommet-com-04-17.html
Marty C., Piganiol-Jacquet C., Rochedereux E. (2001). « Femmes et mondialisation ». Problématique du groupe thématique d’Attac, exposée au conseil scientifique. http://www.local.attac.org/paris14/FM/doc-attac-14/au-CS.html
McKay, Susan et Dyan Mazurana (2004). Où sont les filles ? La vie des filles enrôlées dans les forces et groupes armés pendant et après un conflit : les cas du nord de l’Ougada, de la Sierra Leone et du Mozambique. Ottawa : Droits et démocratie. http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/14fr_ewrc.htm
Millot, Pascale (2000). « L’ère des Lolitas ». Châtelaine, (Octobre) : 90-97.
Office National du film (2002). Des marelles et des petites filles. Fiches d’exploitation pédagogique. http://www.nfb.ca/petites_filles/fiche.html
Rigataux, Marie-France (2000). « Ados attitudes. Les maquillage ». Fémina, 33, 13 août.
Soares, Carmen Lucia (2003). « Les pédagogies du corps ». Revue électronique Labrys, études féministes. 4, août. http://www.unb.br/ih/his/gefem/labrys4/textos/Carmen2.htm
Tassé, Emmanuelle (sans date). « Femme trop vite ? ». Femmes Plus. http://www.canoe.qc.ca/ArtdevivreSociete/aou2_fillettes_b.html.
The FREDA Centre for Research on Violence against Women and Children (2004). « Girls and Violence : Some Statistics ». Vancouver : FREDA. http://www.harbour.sfu.ca/freda/articles/stat2.htm
UNESCO (2000). Unité pour la promotion de la condition et de l’égalité des sexes. Forum mondial sur l’éducation. (Sénégal, Dakar). UNESCO, New York.
UNESCO (1998). Rapport mondial sur l’éducation, « Faits et chiffres », Paris, tableau 2, p. 124.
UNICEF (2002). Résumé officiel. La situation des enfants dans le monde 2002 : prendre l’initiative. http://www.unicef.org/french/sowc02summary/table4.html
UNICEF (2001). Mariage précoce : conjointe enfant. http://www.unicef-icdc.org/
UNICEF (1999). « Mondialisation et apprentissage ». La situation des enfants dans le monde 1999.
http://www.unicef.org/french/sowc99/a020t.htm.
Wald, Gayle (1998). « Just a Girl ? Rock Music, Feminism and Cultural Construction of Female Youth ». Signs : Journal of Women in Culture and Society. 23 (3) : 585-610.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 octobre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Pierrette Bouchard

L’auteure est chercheure et professeure à l’Université Laval, et elle est présentement titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes. Elle possède un doctorat (Ph. D.) en Sciences politiques, une Maîtrise en Science de l’éducation ; les inégalités scolaires et sociales ; les écarts de réussite scolaire entre garçons et filles ; la scolarisation des filles dans le monde et la socialisation familiale et scolaire. Elle a publié plusieurs articles dans des revues spécialisées, notamment, Recherches féministes, et elle est co-auteure des deux ouvrages suivants : Bouchard, P. St-Amant, J. C., Bouchard, N. et J. Tondreau (1997), De l’amour de l’école. Points de vue de jeunes de quinze ans. Montréal, éditions du Remue-ménage. Bouchard, P. et J. C. St-Amant (1996), Garçons et filles : stéréotypes sexuels et réussite, scolaire. Montréal : éditions du Remue-ménage. 2ième édition en 1999. Pierrette Bouchard termine, en collaboration, un autre projet de recherche intitulé « La réussite scolaire au secondaire : l’implication des pères et des mères », subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).



Plan-Liens Forum

  • > De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs
    (1/4) 6 janvier 2005 , par

  • La séduction seul moyen d’être reconnue comme personne ?
    (2/4) 18 octobre 2004 , par

  • > De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs
    (3/4) 18 octobre 2004 , par

  • Le "baby doll" de mon enfance
    (4/4) 15 octobre 2004 , par





  • > De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs
    6 janvier 2005 , par   [retour au début des forums]

    Humaniarcat et femmes. L’inhibition sexuelle passe par une gestuelle de soumission qui est inculquée, pour s’en défaire voir sa description dans "le singe nu" de Desmon Morris (attention ! l’ouvrage est inscrit dans l’idéologie patriarcale mais la gestuelle y est bien décrite) et se réapproprier son corps progressivement en évitant consciemment les dits gestes , en laissant de coté momentanément les "obsessions " de critères de beauté du corps en vigueur et en jouissant des plaisirs simples offerts par nos sens(vue,ouie,toucher,olfaction,gout : les sensations à retrouver). Pour le langage,éviter consciemment de s’auto-dévaloriser, de se laisser dévaloriser et de dévaloriser. Pour les discours religieux : savoir que la réalité des matrarcats des débuts de l’humanité est vérifiée(site de Karakoum)et que la déesse-mère s’est transformée en dieu le père aux débuts des patriarcats(paléolithique). Pour le cerveau, savoir que les hommes n’ont eu accès au langage qu’au paléolithique car la nature avait privilégié leur organes génitaux au détriment du cerveau(voir derniers travaux des biologistes), les femmes ont inventé le langage(c’est un outil qui sert notre espèce). D’après moi, tout le monde est à peu près a niveau : les hommes parlent et peuvent exprimer leurs émotions, ils ont appris à aimer leurs enfants et donc , la valorisation dont ils ont bénéficié durant le patriarcat n’est plus nécéssaire à notre espèce et la valorisation de l’humain quelque soit son age ou son sexe est nécéssaire à l’éclosion d’un humaniarcat.

    La séduction seul moyen d’être reconnue comme personne ?
    18 octobre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Une chose me frappe beaucoup derrière cette hypersexualisation que dénonce le texte : le fait que tant de filles s’y laissent prendre traduirait-il un terrible isolement affectif quant aux simples rapports d’amitié et de chaleur humaine, de sorte que la séduction apparaîtrait comme le seul moyen d’être
    reconnue comme personne ?
    Cette hypothèse ne contredit pas celle des modèles culturels patriarcaux car justement, ceux-ci dévalorisent les affinités interpersonnelles qui transgressent les barrières et modèles de sexes.

    Kerry qualifié de "girlie" par certains rednecks républicains (alors que son image
    est à peine un tout petit peu moins machiste que celle de son adversaire), ça rappelle ces barrières. Je suis frappé aussi, dans les bribes que j’ai pu
    saisir des humoristes québécois à la mode, par une tendance à réduire l’amour à la génitalité presque mécanique et à ridiculiser les femmes qui osent afficher leur intelligence et ne pas toujours se pomponner.

    J’ai mal à mes étudiantes et à mes amies quand j’entends ces choses. Mais nos réseaux, où les gens se plaisent simplement parce qu’ils rayonnent et ont de vrais atomes crochus et non parce qu’ils ont déployé des armes de séduction massive, bénéficient d’une qualité de vie dont on devrait peut-être se glorifier davantage — au cas où ce serait contagieux.

    Je m’interroge aussi sur l’infirmité affective qui persiste chez tant d’hommes et de garçons, incapables de se lier à des filles autrement que par une génitalité stéréotypée. "Si j’étais un homme, je serais romantique", chante Diane Tell... C’est un début. Dira-t-on un jour "je serais bienveillant et affectueux" ?

    > De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs
    18 octobre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Il y a quelques années, dans la région de Québec, une publicité du gouvernement cubain, pour attirer des touristes, avait soulevé l’indignation de plusieurs personnes. C’était dans le journal Voir. On y voyait une fillette d’une dizaine d’année "faire la belle". Cuba si ! Dans le contexte cubain, connaissant l’ampleur de l’exploitation sexuelle dans cet État (socialiste et non néolibéral, soit dit en passant) cette pub avait de quoi choquer.

    La pub avait dénoncé sur les ondes d’une station de radio (FM-93, André Arthur).

    Le pouvoir des femmes qui découvrent ce genre d’exploitation est de dénoncer ouvertement les entreprises et les États coupables puis de refuser de les soutenir (acheter ailleurs et visiter d’autres pays, question d’être cohérentes). Pour ma part, j’ai cessé de lire le journal Voir, qui se savait critiqué, et qui semblait se moquer de notre "pudeur". Dans le cas des journaux, boycotter aussi tous leurs commanditaires me semblent une bonne idée.

    Françoise Lavigne
    Québec

    Le "baby doll" de mon enfance
    15 octobre 2004 , par   [retour au début des forums]
    De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs

    Merci Madame Bouchard pour cet article... triste par ailleurs. Votre article m’a amené quelques réflexions. D’abord, je me faisais la réflexion cette semaine que je me sentais blasée de voir des jeunes filles s’habiller en "baby doll. Le "baby doll" était ce pyjama léger que je portais, plus jeune, l’été (pour dormir et sous couvertures). Je pense par exemple à cette jeune star-académicienne, qui vient juste de sortir un CD dont la photo est en "dés-habillée". Je pense à ces jeunes serveuse dans certains restaurants qui nous mettent le nombril pratiquement dans l’assiette. Je pense aussi à la popularité de ces nombreuses émissions de télé-ir(e)-réalité dans lesquelles je ne me retrouve pas du tout. D’ailleurs la plupart des émissions télé m’ennuient à mourir. J’ai l’impression que je viens d’être parachutée sur une planète qui n’est plus la terre de mes plus jeunes années mais sur la planète 3X ou "Star Sexe" ou la planète des "Opioïdes" (la planète où vous aurez constamment l’impression de flotter hors de la réalité...). J’ai parfois l’impression qu’on me vole ma sexualité parce qu’on prend le sexe pour de l’amour, l’amour pour du sexe, parce qu’on banalise sexualité et amour, parce qu’on prend l’indécence pour de l’évolution, parce qu’on en parle presque constammment, parce qu’on juge important de tout montrer, démontrer. On dépersonnalise les relations humaines en focalisant sur des aspects futiles. D’un côté mes relations amoureuses, familiales et amicales n’en deviennent que plus précieuses.

    Votre article m’a aussi fait penser à un article dans "Le Devoir" il y a plusieurs mois. Il parlait de recherches sur l’anorexie effectuées par une jeune personne dont la famille est très populaire dans le milieu artistique québécois. J’avais été abasourdie par la "technicalité" de la recherche, complètement déconnectée du vécu des jeunes filles. À ce titre, je crois que l’analyse, l’approche globale de la réalité de ces personnes est primordiale. D’aileurs, le traitement plusieurs problèmes actuels sont malheureusement débranchés de leurs origines véritables.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin