| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 30 mars 2008

Les politiciens responsables de l’environnement misogyne et malsain que les filles doivent affronter

par Valerie Smith, The Free Radical






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Dutroux et pédocriminalité - Tant que le sang n’arrive pas à la rivière
Première campagne contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le voyage et le tourisme
Protéger les enfants des conséquences négatives de la consommation médiatique
Avis sur l’hypersexualisation - Rectifications nécessaires
La publicité influence la sexualisation précoce
Sexualisation précoce des adolescent-es et abus sexuels
Le sexe dans les médias : obstacle aux rapports égalitaires
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
Protéger les enfants de la violence des médias
Le harcèlement sexuel à l’adolescence, élément d’une culture sexiste
La sexualisation précoce des filles peut accroître leur vulnérabilité
La prévention de la violence chez les jeunes
Quand la sexualité scandalise
De nouveaux freins à l’émancipation des filles au Québec et ailleurs







« On entend tout le temps des paroles comme ‘Qu’essé tu fais, pétasse ?’ et ‘Hey, salope’ » - Tanya, 9e année

Toronto (Ontario) - 2 février 2008 : « La violence envers les filles et les jeunes femmes est un problème majeur » dans les écoles de Toronto, selon un rapport sur la sécurité dans les écoles récemment publié par le School Community Safety Advisory Panel. Ce rapport statue que « les cas de violence liée au sexe, incluant les agressions et le harcèlement sexuels, surviennent à un rythme alarmant » et il en conclut qu’il faudrait immédiatement porter une attention à la gravité du problème.

Selon ce que The Toronto Star rapportait la semaine dernière, le langage abusif couramment utilisé envers les filles provient essentiellement de la culture populaire. Des filles de cinq écoles secondaires de l’extrême est de Toronto déclaraient, lors d’entretiens, faire face à un torrent de commentaires misogynes de même qu’à des agressions sexuelles survenant « n’importe quand dans les couloirs ». Tanya, 14 ans, a affirmé : « On entend tout le temps des paroles comme ‘Qu’essétu fais, pétasse ?’ et ‘Hey, salope’ ». Tous les jours, les étudiantes entendent des insultes telles que garce, salope ou pute dirigées contre d’autres filles, de même que des gars crier quelle partie de leur anatomie ils veulent se faire sucer. Jhanelly Porter, 18 ans, pense qu’il est « trop tard pour notre génération » pour apprendre aux gars à respecter les filles et pour les filles de se respecter elles-mêmes et entre elles, « surtout en ce qui concerne le message subliminal des paroles dégradantes liées au sexe » des musiques rap et hip hop.

« Ce milieu malsain n’est pas surprenant », déclare Valerie Smith, une militante qui lutte contre la violence présente dans les médias depuis dix-sept ans. « Le rap misogyne a commencé il y a plus de 25 ans et, en raison de sa popularité auprès des jeunes, d’autres sphères de l’industrie du divertissement ont emprunté et utilisé le même vocabulaire. De leur côté, les politiciens se sont bouché les oreilles et n’ont pas levé le petit doigt pendant quelque 25 ans. Il en résulte que la misogynie se propage librement à travers le pays, contaminant tout sur son passage, incluant la vie des filles qui sont forcées de vivre avec les conséquences de la politique du ‘rien entendu’ et de l’inaction ».

Pour les personnes qui ne veulent pas blâmer la culture populaire, voici une citation du récent livre Misogyny & the Emcee : Sex, Race & Hip Hop, de Ewuare Osayande, militant politique américain :

« La musique rap de même que les compositeurs et producteurs de rap sont responsables des conséquences qu’a leur message sur la façon de penser de la jeunesse impressionnable. Quand un gars de seize ou dix-sept ans entend un rappeur qu’il admire lui conseiller de ‘frapper cette garce’, pourquoi pensons-nous qu’il ne pourrait pas envisager de le faire ? Quel autre modèle aussi convaincant pourrait l’empêcher de frapper une femme, quand la majorité des médias américains ne font que soutenir ses instincts destructeurs ? Qui sommes-nous en train de tromper ? Nul autre que nous-mêmes, si nous pensons pouvoir ignorer les conséquences de la musique rap (ou du viol) sur la façon de penser et le comportement de nos jeunes. »

Au Canada, nous n’avons que très peu de moyens pour freiner les propos misogynes, puisque les filles et les femmes ne sont pas protégées par le Code criminel contre la propagande haineuse (en contravention à la Charte des droits, devrait-on souligner). De plus, en Ontario, il n’existe aucun recours, dans les lois protégeant les droits de la personne, contre le matériel haineux, selon la décision de la Commission ontarienne des droits de la personne, en 2006, qui a décidé de ne rien faire face à la diffusion de musique rap à caractère haineux par un géant de la musique, HMV Canada Inc.

Bernie Farber, PDG du Congrès juif canadien et expert en crimes haineux désigné par le tribunal, compare les lois canadiennes contre la propagande haineuse à un « mur de protection » pour les groupes plus vulnérables. Les politiciens ont délibérément refusé d’accorder aux femmes et aux filles ce mur de protection, et ce n’est pas par inadvertance. En 2003, lorsque la loi sur la propagande haineuse du Code criminel a été modifiée afin d’inclure les gais et lesbiennes parmi les groupes protégés (projet de loi C-250), les politiciens ont refusé d’y admettre les femmes et les filles !

La semaine dernière, le ministre de la Sécurité publique, Stockwell Day, a affirmé : « L’encouragement de la haine et de la violence n’a pas sa place au sein de la société canadienne et constitue une infraction au Code criminel. » Madame Smith dit à ce propos : « La mémoire de Monsieur Day est soit courte soit très sélective. Au cours des deux dernières années, son gouvernement a fait obstacle délibérément aux tentatives des parlementaires libéraux de permettre l’inclusion des femmes et des filles parmi les groupes protégés par le même article auquel il renvoie. De plus, tant et aussi longtemps que cette protection n’existera pas, les filles de notre pays en subiront les conséquences. »

- Pour de plus amples renseignements
Valerie Smith - Courriel.

*****

Document d’information : Vous trouverez ci-dessous des citations en provenance de plusieurs sources de médias décrivant la misogynie envahissante du rap et du hip hop. Pour obtenir plus de renseignements sur la plainte liée aux droits de la personne concernant HMV Canada Inc. et le refus des politiciens d’octroyer la protection contre la propagande haineuse aux femmes et aux filles, consultez les sections Hate Propaganda et Music à l’adresse www.thefreeradical.ca.

À propos de The Free Radical
La gestion du site web The Free Radical (radicaux libres) est assurée par la militant torontoise Valerie Smith et fournit de l’information sur la violence présente dans les médias ainsi que sur les moyens de l’enrayer. Depuis dix-sept dernières années, madame Smith a fait des interventions sur les enjeux de la violence véhiculée par les médias, mettant l’accent particulièrement sur les mauvais traitements réservés aux femmes et aux filles au sein de la culture populaire. Elle est l’auteure de Action Agenda : A Strategic Blueprint for Reducing Exposure to Media Violence in Canada, publié et commandité par l’Ontario’s Office for Victims of Crime, une agence du ministère de la Justice. Le rapport peut être téléchargé gratuitement sur le site web The Free Radical.

P.O. BOX 90598, Markham Eglinton Post Office
Toronto (Ontario), M1J 3N7
Site : The Free Radical

Traduction pour Sisyphe : MDC, MDClangues@gmail.com - Tél. : 514-826-3323
Version originale anglaise.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 mars 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Valerie Smith, The Free Radical



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin