| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 7 mars 2015

Gisèle Halimi, l’insoumise

par Élisabeth Campagna-Paluch, docteure en Anthropologie sociale






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Déborah Cherenfant remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Entreprenariat
La journaliste Sue Montgomery remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Communications
Claire Kirkland-Casgrain a donné corps, voix et visage aux espoirs des femmes du Québec
Des femmes qui ont refusé de se taire et d’être oubliées
Annie Macdonald Langstaff, pionnière du droit au Québec
Les travesties de l’Histoire
À Michèle Roy, féministe passionnée, déterminée et généreuse
IN MEMORIAM ANDREA DWORKIN ou La passion de la justice







Née le 27 juillet 1927 dans ce beau pays de soleil et d’oliviers qu’est la Tunisie, à la Goulette, le port de Tunis, d’un père berbère et d’une mère juive, Gisèle Halimi, avocate et militante féministe, est une des figures emblématiques de ces XXe et XXIe siècles.

Peut-on dire que son combat féministe prend naissance dans la Tunisie au tournant des années trente-quarante, quand elle décide, à treize ans, de faire la grève de la faim pour ne plus être obligée de faire le lit de son frère et que son père, qui ne comprend pas les révoltes de sa fille, de guerre lasse au bout de trois jours, cède ?

Est-ce le regard peu attentionné que porte sur elle sa mère, Fritna (1), dont elle a si bien fait le portrait dans un livre éponyme, une mère peu aimante qui considérait qu’une fille était une quantité négligeable en ce monde… qui lui a donné le goût de lire, chose incroyable, et la force d’étudier à l’Université, chose encore plus incroyable, et de se présenter au barreau de Tunis en 1949 et à celui de Paris en 1956 ? Étudier plutôt que d’être mariée à quatorze ans à un marchand d’huile de vingt-deux ans son aîné et de faire un enfant tous les deux ans comme sa mère…

Est-ce la revanche d’une fille qui ne supporte pas la soumission fataliste d’une mère peu instruite, qui a fait l’avocate et la militante des Droits de l’Homme à travers de multiples combats ?

Avocate et politique engagée

Pendant la Guerre d’Algérie, alors qu’elle était l’avocate de Djamila Boupacha (2), jeune militante du Mouvement National Algérien qui a été torturée et violée par des membres de l’armée française, Gisèle Halimi dénonce la torture et s’engage pour l’indépendance de l’Algérie.

Elle participe au Mouvement démocratique féminin qui veut unir socialisme et féminisme, lors de la candidature de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1965.

Présidente de la Commission d’enquête du Tribunal Russell sur les crimes de guerre, en 1967, elle enquête sur les crimes de guerre perpétrés par l’armée américaine au Vietnam.

En 1971, elle est signataire du Manifeste des 343 qui déclarent avoir avorté et réclament le libre accès aux moyens anticonceptionnels et à l’avortement.

Toujours en 1971, elle fonde avec Simone de Beauvoir et Jean Rostand le mouvement féministe Choisir la cause des femmes, pour la légalisation de l’avortement, dont le procès de Bobigny en 1972 où elle défend Marie-Claire, une mineure de seize ans ayant avorté après avoir été violée, amènera la loi Veil de décembre 1974 sur l’IVG.

Concernant les droits des femmes, le Parlement français adopte le 23 février 2010 la résolution européenne sur le principe de la clause de l’Européenne la plus favorisée, qui harmonise les législations européennes, suivant une idée que Gisèle Halimi avait émise en 1979.

Élue députée dans la 4e circonscription de l’Isère de 1981 à 1984, et conseillère régionale de Rhône-Alpes, apparentée PS, elle dénonce le Parlement comme étant un « bastion de la misogynie ». Grâce à elle, le quota de femmes aux élections est voté à la quasi-unanimité en 1982, avant d’être mis en échec par le Conseil constitutionnel pour entrave à la liberté du suffrage universel et la libre expression de la souveraineté nationale !?...

François Mitterrand la nomme ambassadrice de la France auprès de l’UNESCO d’avril 1985 à septembre 1986, mais elle se déclare déçue par Mitterrand et rejoindra Jean-Pierre Chevènement aux élections européennes en 1994.

En 1989, elle devient conseillère spéciale de la Délégation française à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (O.N.U.).

De 1996 à 1998, elle préside la Commission Politique de l’Observatoire pour la parité.

Co-fondatrice en 1998 de l’Association altermondialiste ATTAC, elle défend l’activiste palestinien Marouane Barghouti et devient par la suite membre du Comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine (dont les travaux débutent le 4 mars 2009).

Gisèle Halimi est promue au grade d’Officier, puis de Commandeur de la Légion d’Honneur en 2006 et 2013, et au grade de Commandeur de l’Ordre National du Mérite en 2009.

Une grand-mère comblée ?

Le dernier ouvrage de Gisèle Halimi, Histoire d’une passion publié en 2011, (3) est sans doute le plus attachant et le plus révélateur de toute sa vie : il relate l’amour d’une grand-mère pour sa petite-fille, née en 1992. Elle a toujours regretté de ne pas avoir eu de fille, que des garçons (Jean-Yves et Serge Halimi, Emmanuel Faux), nés de ses deux mariages.

Ces quelques lignes touchantes extraites de son livre résument bien l’émotion d’une grand-mère à la naissance de sa petite-fille, faute d’avoir eu une fille :

    « J’ai exprimé à plusieurs reprises ma frustration. Ne pas avoir réussi à mettre au monde une fille. Inconsciemment sans doute, je voulais qu’une partie de ma vie de femme serve de rattrapage à ma vie de fille rejetée par sa mère.

    J’ai raconté le désamour de Fritna, ma mère, ma souffrance et mon obstination farouche pour la forcer à m’aimer. Jusqu’à sa mort, j’avais espéré. La première semblable pour chacune d’entre nous. Cet échange unique m’avait été refusé, je m’étais convaincue que je le vivrais plus tard.

    Plus tard et inversé. La mère, le repère, la source, ce serait moi. J’aurais – forcément – une fille (je n’aurais alors pas désiré d’autre enfant) et, forcément, je serais son miroir.

    Son apprentissage de la vie, avec moi. Son rire, ses larmes, son premier alphabet, son premier prix à l’école ou son premier chagrin d’amour, avec moi. Nous partagerions tout.

    Dans mon fantasme émerveillé, ma fille ne pourrait appréhender les autres et les choses de la vie que si j’en coloriais et en légendais les grands moments. »

Est-ce la dernière revanche sur la vie ?

Gisèle Halimi, une insoumise, certes, elle l’a bien exprimé dans un autre de ses ouvrages, Ne vous résignez jamais (4), mais avant tout une grande dame !

Notes

1. Gisèle Halimi, Fritna, Paris, Plon, 2008.
2. Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Djamila Boupacha, Paris, Gallimard, 1961.
3. Gisèle Halimi, Histoire d’une passion, Paris, Plon, 2011.
4. Gisèle Halimi, Ne vous résignez jamais, Paris, Plon, 2009.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 mars 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Élisabeth Campagna-Paluch, docteure en Anthropologie sociale

Après avoir enseigné comme Chargée de Cours en Communication dans des Universités parisiennes et au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris pendant une dizaine d’années, Élisabeth Campagna-Paluch s’est installée dans le Sud de la France où elle se consacre dorénavant à l’écriture.

Docteure en Anthropologie sociale de l’Université de Paris VIII-Saint-Denis (Département d’études féminines), sa thèse a été publiée sous la forme d’un essai narratif intitulé La légende des femmes, Récit anthropologique, aux Éditions L’Harmattan dans la collection "Créations au féminin" en 2013. Elle est l’auteure également de deux romans historiques, L’Île des Femmes et Le rendez-vous français, chez Édilivre dans la collection "Classique". Elle travaille actuellement à l’écriture d’un roman policier qui sera publié sous le pseudonyme Bettina Flores.

Visionner l’interview diffusée sur Youtube, en novembre dernier, présentant son essai La légende des femmes, Récit anthropologique.



Plan-Liens Forum

  • Gisèle Halimi, l’insoumise
    (1/1) 13 mars 2015 , par Crab2 Crab





  • Gisèle Halimi, l’insoumise
    13 mars 2015 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Sans rien enlever à ses actes historiques pour la cause des femmes, néanmoins un bémol, lors d’une émission de télévision : elle a justifié le terrorisme du FLN - dommage

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2015
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin