| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 9 août 2016

La journaliste Sue Montgomery remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Communications

par le Y des femmes de Montréal






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Déborah Cherenfant remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Entreprenariat
Claire Kirkland-Casgrain a donné corps, voix et visage aux espoirs des femmes du Québec
Des femmes qui ont refusé de se taire et d’être oubliées
Annie Macdonald Langstaff, pionnière du droit au Québec
Les travesties de l’Histoire
Gisèle Halimi, l’insoumise
À Michèle Roy, féministe passionnée, déterminée et généreuse
IN MEMORIAM ANDREA DWORKIN ou La passion de la justice







Montréal 9 août 2016 – La Fondation Y des femmes de Montréal est fière d’annoncer que madame Sue Montgomery, journaliste, remporte cette année le Prix Femmes de mérite dans la catégorie Communications, présentée par Bell Canada. Uniques en leur genre, ces prix sont décernés chaque année depuis 1994 dans 11 catégories, en plus de celle de la Femme d’exception, à des femmes inspirantes dont les réalisations ont un impact dans notre société.

Cette année, pour la première fois, deux autres prix se sont ajoutés, soit le prix Coup de cœur du Y des femmes de Montréal ainsi que celui de l’Homme d’inspiration. Le Prix Femmes de mérite participe à la reconnaissance du rôle des femmes dans l’avancement de la société (innovation, découverte, inspiration), parce qu’il met en lumière des femmes qui, par leur réalisations dans leur sphère respective, ont apporté des changements positifs et durables dans la société, et parce qu’il vise à récolter des fonds pour le Y des femmes dont la mission est de contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les femmes et les filles.

À propos de Sue Montgomery…

L’engagement de dénoncer pour faire changer les choses, voilà ce qui décrit une grande partie du parcours de Sue Montgomery. Justice sociale, droits humains et politique sont les trois enjeux qui ont forgé la carrière et la vie personnelle de cette journaliste reconnue nationalement et internationalement. Sue Montgomery s’est définitivement démarquée par ses démarches courageuses, qui ont amené des gens à penser autrement.

En 30 ans de carrière journalistique, elle s’est attaquée à des sujets difficiles et délicats tels que les agressions sexuelles non dénoncées, par exemple, dont on ne parle que très peu dans le journalisme traditionnel. Que ce soit à titre de journaliste pour The Gazette, La Presse canadienne, ou en tant que journaliste indépendante, Sue Montgomery a toujours travaillé avec, comme projet en tête, de faire progresser la société dans laquelle elle vit.

Elle fut la première à publier, en 2008, un reportage au sujet des abus sexuels dans une école privée pour garçons, dont il en a résulté un recours collectif contre un important ordre religieux. Vers la fin des années 80, elle décide de se pencher sur des grands enjeux internationaux et obtient une bourse de perfectionnement du Centre de recherches pour le développement international, en tant que journaliste indépendante. Elle a, à ce moment, couvert des sujets d’une importance mondiale et historique, dont la Révolution de velours dans l’ancienne Tchécoslovaquie, la libération de Nelson Mandela et l’indépendance de la Namibie.

Toujours dans la lignée de son travail à l’international, en 2014, elle obtient une seconde bourse de recherche en journalisme de l’Institut de recherche en santé du Canada pour la réalisation d’un reportage sur la santé mentale des survivants Rwandais, 20 ans après le génocide du Rwanda qui fut publié dans The Gazette. Elle a également laissé sa marque avec de nombreux reportages, dont ceux sur le séisme en Haïti en 2010, et le coup d’état en 2004.

Ses interventions sont reconnues et ont un impact dans la société, particulièrement en ce qui concerne les femmes et la justice. En 2014, dans la foulée du dévoilement de l’affaire Gomeshi, elle dénonce, avec l’ex-journaliste du Toronto StarAntonia Zerbisias, les agressions sexuelles dont les victimes n’ont pas porté plainte, elle-même étant l’une de celles-ci. C’est ainsi qu’elle crée le mot clic #BeenRapedneverReported (J’ai été violé, je ne l’ai jamais dénoncé), qui a fait le tour du monde et qui a été utilisé, aux dernières nouvelles, 10 millions de fois, alors que des centaines d’agressions sexuelles ont été dénoncées en quelques minutes. Ce qui a engendré un débat global sur la violence sexuelle, un sujet d’actualité plus sensible que jamais. Le mot clic a ensuite été repris par la Fédération des femmes du Québec en français (#AgressionNonDenoncée).

En cohérence avec son engagement journalistique, elle s’est impliquée dans de nombreuses causes qui ont bénéficié de ses collectes de fonds, dont les victimes du séisme en Haïti en 2010, le Centre des victimes d’agressions sexuelles de Montréal et le Foyer pour femmes autochtones de Montréal, à l’occasion du 25e anniversaire du massacre de l’École polytechnique.

Son quotidien porte également le sceau de l’engagement social et communautaire. Sue Montgomery a été pendant plusieurs années Présidente de la collecte de fonds annuelle Bols de partage pour les organisations de sécurité alimentaire. Elle commandite également les frais rattachés à un enfant haïtien qui vient à Montréal en raison d’une chirurgie, et elle a apporté son support à une famille haïtienne venue s’installer dans notre ville en vue de rebâtir leur vie, suite au séisme de 2010.

La force, la pertinence de son travail et son implication sociale lui ont valu, entre autres, le prix Judith-Jasmin de la Fédération des journalistes du Québec en 2009. Elle a également été nommée en 2015 par Tourisme Montréal, parmi les 15 Montréalais qui changent le monde.

Les Prix Femmes de mérite seront également remis aux lauréates et au lauréat, au théâtre St-James, à Montréal, le 27 septembre prochain dans les catégories suivantes :

• Affaires et profession : Me Kim Thomassin, Leader nationale, Clients Associée directrice, Région du Québec, McCarthy Tétrault
• Arts et culture : Mme Marcelle Dubois, Auteure, directrice artistique et générale, Jamais Lu et Codirectrice artistique, Théâtre Aux écuries
• Éducation : Mme Mireille Cyr Ph.D, Professeure titulaire, Université de Montréal
• Engagement social : Mme Marie Houzeau, Directrice générale, GRIS-Montréal
• Entreprenariat : Mme Deborah Cherenfant, Créatrice du blogue Mots d’Elles Fondatrice et directrice de l’entreprise Coloré Design et conceptrice du Marché Coloré
• Environnement : Mme Pauline D’Amboise, Secrétaire générale et vice-présidente Gouvernance et responsabilité sociale du Mouvement Desjardins
• Jeune femme de mérite (à égalité) : Mme Véronique Jacques, Officier en génie de combat, Forces armées canadiennes et Mme Kharoll-Ann Souffrant, Étudiante au baccalauréat en travail social, Université McGill
• Santé : Dr. Louise Pilote, Professeur de Médecine, Chaire James McGill et Directrice, Division de Médecine Interne Générale, Université McGill et Centre Universitaire de Santé McGill
• Sciences et technologie : Mme Joanna Berzowska, Professeur agrégée, Département de design et arts numériques, Université Concordia, Fondatrice et directrice de recherche, XS Labs, Directrice, textiles intelligents, OMsignal
• Sports et Mieux-être : Mme Manon Simard, Directrice sport d’excellence, Université de Montréal (Carabins de Montréal)

Prix spéciaux

Trois prix spéciaux seront également été remis. Ainsi, le Prix Femme d’exception est décerné à Mme Louise Champoux-Paillé, Administratrice de sociétés certifiée alors que le Prix Coup de cœur du Y des femmes de Montréal sera remis à mesdames Carmen Daviault, Françoise Dupont et Marielle Ricard, pour leur histoire d’amitié et de solidarité exceptionnelle qui s’est développée lors de leur parcours au Y des femmes de Montréal et qui perdure ! Pour la première fois, un Prix Homme d’inspiration a été créé cette année et décerné. L’artiste et rappeur Koriass a reçu ce prix afin de souligner son engagement et sa prise de position en tant que féministe.

Merci aux partenaires et donateurs qui, par leur apport financier, rendent possible cet événement majeur et, surtout, permettent à des milliers de femmes et de filles de se bâtir un avenir meilleur : BMO Groupe Financier, la Banque Nationale du Canada, la Banque Scotia, la Banque TD Canada Trust, Bell Canada, McKesson Canada, Desjardins et Les services alimentaires Riverview.

Source : Fondation Y des femmes de Montréal
Information : IXION Communications, (514) 495-8176 
Judith Dubeau

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 août 2016


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

le Y des femmes de Montréal


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2016
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin