| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 1er mai 2016


Hommage à Claire Kirkland-Casgrain
Claire Kirkland-Casgrain a donné corps, voix et visage aux espoirs des femmes du Québec

par Julie Latour, avocate, bâtonnière du Barreau de Montréal (2006-2007)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Déborah Cherenfant remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Entreprenariat
La journaliste Sue Montgomery remporte le Prix Femmes de mérite de la Fondation Y des femmes de Montréal, catégorie Communications
Des femmes qui ont refusé de se taire et d’être oubliées
Annie Macdonald Langstaff, pionnière du droit au Québec
Les travesties de l’Histoire
Gisèle Halimi, l’insoumise
À Michèle Roy, féministe passionnée, déterminée et généreuse
IN MEMORIAM ANDREA DWORKIN ou La passion de la justice







À l’occasion de ses funérailles nationales en la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal, le 2 avril 2016, par Julie Latour (sa belle-fille), avocate et ancienne bâtonnière du Barreau de Montréal.

En cette cérémonie des adieux, je veux célébrer l’héritage vivant que nous lègue Claire Kirkland-Casgrain, celle par qui toutes les femmes du Québec sont en quelque sorte orphelines aujourd’hui.

Fierté et reconnaissance

En 1961, Claire Kirkland-Casgrain a donné, par sa seule personne, corps, voix et visage aux espoirs de toutes les femmes du Québec. Elle a incarné une valeur de symbole de l’accès à la chose commune et a fait des femmes, par le projet de loi 16, des sujets de droit à part entière.

En 2016, voilà qu’elle est la première femme à voir son parcours officiellement reconnu par des funérailles étatiques. Elle demeure donc une pionnière par-delà même la mort, et devient véritablement un sujet historique.

Son héritage

Et maintenant, en ce troisième millénaire, son combat s’avère toujours d’actualité : les femmes demeurent encore sous-représentées dans les postes de pouvoir et de décisions, au premier chef dans la sphère politique. Il devient dès lors difficile que leurs préoccupations s’inscrivent au cœur du projet politique commun.

Selon l’historienne Française Michelle Perrot, « dès qu’il y a des tensions dans une société, cela se reporte en premier sur les femmes ». Voilà pourquoi le mouvement des femmes devrait cesser de se fragmenter et faire preuve de solidarité. L’égalité des femmes relève de l’universel : elle ne peut être relative, ni restreinte par des préceptes ou des dogmes.

Hommage à toutes les femmes

À travers Claire Kirkland-Casgrain, je veux rendre hommage aujourd’hui à toutes les femmes, d’ici et d’ailleurs, qui ont édifié le Québec depuis des générations, que ce soit par leur engagement public, professionnel, ou artistique, mais aussi à celles qui se sont consacrées à l’éducation- les religieuses jadis et les laïques maintenant- ou au domaine de la santé.

À toutes ces femmes qui dispensent la lumière, par les gestes toujours répétés du soin des autres, mais qui meurent dans l’ombre. Et à toutes les mères qui, inlassablement, font au quotidien œuvre de vie et de transmission.

Les femmes sont les grandes oubliées de l’Histoire. Il serait enfin temps qu’elles deviennent des sujets historiques à part entière, et non plus d’éternelles figurantes. Ce serait là garder vivant l’héritage que nous lègue Marie-Claire.

Simone Weil a écrit que « Vivre c’est se lancer en avant, risquer, courir, tomber, se relever ». La vie pleine et entière de Claire Kirkland-Casgrain fut à cette enseigne et continuera de nous inspirer.

Poème de Fernand Dumont - Les premiers adieux

Et maintenant, en guise de recueillement, ce poème magnifique de Fernand Dumont, écrit alors qu’il se savait au soir de sa vie.

Quand je serai très vieux
Demain peut-être
Quand l’ange tournera discrètement la page inachevée
Quand j’aurai fini de traquer les mots
Défaillant d’en avoir tant mis sur la page
Quand viendra le temps de partir
Toute parole close
L’âme bleue pareille au silence
Et livrée aux confins de l’absence

Quand il faudra s’en aller sans rien trahir
Que nulle hâte ne tirera plus par la manche
Que sera passée l’heure des floraisons et des peines

Quand il faudra remiser la plume avec le sablier
Replier mes solitudes avec mes amitiés
Ranger mes rêves dans l’armoire aux ténèbres

Ce jour-là toutes mes nuits au bout des mains
Je fermerai les yeux de la mémoire
Tendu dans l’attente de la lumière
Transi de tenace espérance

L’âme enfouie dans ses feuillages
Ses heures résignées en un vaste songe
J’abandonnerai ma main consolée dans la tienne
Ce sera le matin je pense

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 avril 2016


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Julie Latour, avocate, bâtonnière du Barreau de Montréal (2006-2007)

Sisyphe a le plaisir d’accueillir Julie Latour comme collaboratrice occasionnelle. Avocate bien connue, ancienne bâtonnière du Barreau de Montréal et engagée de longue date pour la justice et la cause des femmes, Julie Latour a récemment été nommée membre du Conseil du statut de la femme. C’est à titre personnel qu’elle signe cette chronique à l’enseigne de la liberté de pensée et de la réflexion critique. Elle s’intéressera aux questions d’actualité, à la politique et à la justice, dans l’optique particulière des droits des femmes, mais aussi à la littérature, à l’histoire et autres sujets.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2016
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin