| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







dimanche 11 avril 2010
Ottawa adopte une motion créant une Journée annuelle du travail invisible au Canada

Montréal, mardi 6 avril 2010 – Dans le cadre de la 10e Journée du travail invisible, l’Afeas félicite tous les parlementaires canadiens pour avoir adopté, à l’unanimité à la veille du congé pascal, une motion déposée par la députée de Laval, madame Nicole Demers, instituant une Journée du travail invisible, le 1er mardi d’avril. Par cette action, le Parlement reconnaît l’importance de ce travail des femmes, et des hommes, au sein de la famille et de la société canadienne. La Journée du travail invisible, initialement créée en 2001 par l’Afeas pour faire reconnaître ce travail au sein de la famille, devient maintenant une journée canadienne.

« Instaurer une journée nationale du travail invisible au Canada permet de reconnaître la participation, non rémunéré, des femmes à la société de même que la valeur de ce travail », dit madame Denise Thibeault, présidente de l’Afeas. Elle ajoute : « Chaque année, ce sera l’occasion de souligner l’ampleur du travail non rémunéré au Canada, comme les pays membres de l’ONU se sont donné le mandat de le faire lors de la conférence internationale de Beijing, en 1995. C’est une première mondiale, à notre connaissance. Prochaine étape : une journée internationale reconnue par l’Organisation des Nations Unies. Nous y travaillons déjà ! »

Rappelons que lors des conférences internationales sur les femmes (Nairobi-1985, Beijing-1995), le Canada et l’ensemble des pays présents ont reconnu l’importance du travail non rémunéré, comme enjeu majeur dans la vie des femmes, notamment par ses effets sur la pauvreté qu’elles vivent et la difficulté d’atteindre l’égalité avec les hommes.

Une valeur incontournable

En 1992, Statistique Canada indique que la valeur annuelle du travail non rémunéré, incluant le bénévolat, représente entre 34,0% et 54,2% du PIB, soit entre 235 et 354 milliard $. Depuis 1996, chaque recensement permet d’évaluer la progression du partage des travaux ménagers, des soins aux enfants et aux personnes âgées entre les femmes et les hommes.

Source : Afeas

Pour information : Hélène Cornellier, Afeas, Coordonnatrice - Plan d’action et communication

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 avril 2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"
dimanche 30 septembre
Conférence publique - Sortir de la prostitution, socialement, politiquement, juridiquement
dimanche 16 septembre
La CLES exhorte les partis à faire connaître leurs engagements en matière d’exploitation sexuelle
mercredi 16 mai
Lancement du livre "Zéromacho" de Florence Montreynaud le 23 mai à Montréal
jeudi 8 mars
Conseil du statut de la femme - 8 mars, 8 raisons de se mobiliser contre la violence et le harcèlement à caractère sexuel
mardi 6 mars
FMHF - L’expérience des femmes victimes de violence dans le système de justice pénale : un parcours difficile. Rapport de recherche
dimanche 4 mars
Coalition féministe contre la violence envers les femmes (CFVF) : #etmaintenant ? - Des groupes promettent de talonner la classe politique !






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin