| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







vendredi 1er octobre 2010
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia

Pierre Foglia, commentateur dans le quotidien La Presse, se dit énervé par les féministes qui se prononcent contre la prostitution au nom de l’égalité.* M. Foglia me tombe parfois sur les nerfs lui aussi depuis nombre d’années. Car la plupart du temps, quand il déblatère sur le féminisme et les féministes, il confond ses préjugés et la réalité. Encore cette fois, il ne peut s’empêcher de fustiger quelques groupes dont il partage la réaction face au jugement de la Cour supérieure de l’Ontario, qui supprime les articles du code criminel canadien contre la prostitution et le proxénétisme parce qu’ils seraient anticonstitutionnels et dangereux pour les personnes prostituées. M. Foglia, on le sait, détient le monopole des "bonnes motivations" et des "bons arguments"... Il est le précurseur des blogueurs de l’ère informatique dans les médias québécois. Dans le journal où il écrit, d’ailleurs, il y a plus de blogueurs qui dispensent avis et conseils, et qui font jaser, qu’il y a de journalistes qui enquêtent sur les faits et nous les rapportent sans céder à la tentation de se mettre en scène eux-mêmes, de faire l’opinion, mieux encore, de faire la nouvelle. Mais ce n’est pas le lot que de La Presse, et c’est une autre histoire.

Ce matin, une fois n’est pas coutume, Pierre Foglia et moi - et sans doute une bonne partie de la population québécoise et canadienne - sommes sur la même longueur d’ondes. Lisez son commentaire sur le jugement d’une juge de la Cour supérieure de l’Ontario concernant la prostitution. (Micheline Carrier)

* Notons que les exemples que cite Pierre Foglia dans son commentaire expose justement l’inégalité dont parlent les féministes.

Marie-Lou et Bernadette

« C’est le genre de débat très inconfortable où je me retrouve dans le camp où je ne voudrais pas être, avec des gens qui m’énervent, des féministes qui sont contre la prostitution au nom de l’égalité. L’égalité ? Des féministes, donc, de toutes sortes, mais aussi des pères Fouettard, des chrétiens un peu féroces et quelques musulmans pratiquants. Je ne suis vraiment pas avec des gens sympathiques, dans le camp où je suis aujourd’hui.

« Mais je n’ai pas le choix. Dans le camp d’en face, mes amis disent des niaiseries grosses comme ça.

« Les filles de Stella, par exemple. Sont sûrement bien gentilles, mais qu’est-ce qu’elles peuvent être putes dans leur argumentation ! Elles rêvent d’un métier pratiqué librement et en toute sécurité dans des bordels légaux, par des travailleuses et travailleurs du sexe autonomes qui pourraient exercer leur libre arbitre n’importe quand : celle-là, justement, nous quitte aujourd’hui ; elle se marie samedi. Salut, les filles, amusez-vous bien.

« Il y a dans l’air comme une nostalgie de lupanar un peu déplacée. Sans le dire, on se réfère aussi beaucoup à des putes de cinéma. On sent qu’on a vu Pretty Baby, cette mièvrerie, plutôt quatre fois qu’une. On pense à des escortes d’agences chic et très chères qui vivent très bien de trois clients par semaine (en oubliant les plus avisées de toutes les putes, celles qui se font un seul client, mais un gros, dans toute leur vie).

« Mais je m’égare. Recentrons-nous sur la prostitution. Par exemple cette gamine de 16 ans. Elle se fait recruter dans un party chez « des amis » par un soi-disant chanteur hip-hop qui est, en fait, le rabatteur d’un gang de rue. La gamine va vivre une mini-idylle - resto, habits, un bijou - et puis, deux semaines plus tard, catastrophe : son chanteur est menacé de mort, une dette de dope dont il n’a pas le premier sou. J’ai 48 heures, me rendrais-tu un grand service, Bernadette ? (..) »

- Lire la suite...

Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 septembre 2010



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"
dimanche 30 septembre
Conférence publique - Sortir de la prostitution, socialement, politiquement, juridiquement
dimanche 16 septembre
La CLES exhorte les partis à faire connaître leurs engagements en matière d’exploitation sexuelle
mercredi 16 mai
Lancement du livre "Zéromacho" de Florence Montreynaud le 23 mai à Montréal
jeudi 8 mars
Conseil du statut de la femme - 8 mars, 8 raisons de se mobiliser contre la violence et le harcèlement à caractère sexuel
mardi 6 mars
FMHF - L’expérience des femmes victimes de violence dans le système de justice pénale : un parcours difficile. Rapport de recherche
dimanche 4 mars
Coalition féministe contre la violence envers les femmes (CFVF) : #etmaintenant ? - Des groupes promettent de talonner la classe politique !






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin