| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







jeudi 1er septembre 2011
Prostitution en Thaïlande - Lettre ouverte au site "Lectures"

par Martin Dufresne

Je m’étonne que ni votre recenseur de No Money, No Honey, Loïc Lafargue de Grangeneuve, ni Lectures n’ait relevé la contradiction qu’il y a à présenter comme "enquête ethnographique" un plaidoyer banalisant de la prostitution tenu par quelqu’un qui, comme le fait Sébastien Roux, affiche son "investissement" dans le dossier et s’en prend ouvertement à une association de soutien aux prostitué-e-s, EMPOWER, en affirmant que les prostituées thaïlandaises ne se reconnaissent pas dans le "discours" de cette organisation.

Libre à lui de s’investir comme il lui plaît, bien sûr, et de jouer des dominé-es les unes contre les autres, privilège classique du dominant ; mais cela met sérieusement en doute la qualité d’une enquête qui se veut scientifique et sa thèse, résumée par votre recenseur, selon laquelle "les individus qui se livrent à la prostitution à destination d’une clientèle étrangère sont guidés par autre chose que l’intérêt économique" ou que "ces relations sexuelles ne peuvent pas être réduites à leur signification monétaire".

Pour l’affirmer à titre d’ethnologue, il me semble qu’il faudrait une position plus distanciée de ce qui semble être le propos antiféministe de l’auteur qui spécule sur l’amour du farang (étranger) par les prostituées thaïlandaises. Il faudrait une investigation où serait sondé quelque groupe-contrôle de cette hypothèse, somme toute complaisante pour un intervenant masculin, blanc et venant de l’Occident, comme les touristes sexuels que couvre son discours. On pense à ce qu’écrivait Edward Saïd de l’idéologie orientaliste il y a plus de 30 ans.

Rien de tout cela apparemment dans No Money, No Honey - mais surtout pas un mot de cette limite dans votre recension*, tout aussi acritique du regard colonialiste de Sébastien Roux sur cette exploitation des femmes et des enfants de Thaïlande par les hommes occidentaux, une dynamique qui semble essentiellement niée par l’auteur.

Vous m’en voyez déçu quand des féministes, même pas cité-es dans votre article, ont poussé beaucoup plus loin une déconstruction du système prostitutionnel et de ses effets dans les pays du tiers-monde.

Martin Dufresne
Montréal, Qc

* Lectures.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 septembre 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


samedi 3 décembre
L’Université de Montréal se mobilise contre la violence faite aux femmes
samedi 26 novembre
Condition féminine Canada - Appel de candidatures de groupes pour la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
vendredi 25 novembre
Condition féminine Canada - 16 jours d’actions contre les violences fondées sur le sexe
samedi 19 novembre
Le Conseil du statut de la femme demande une enquête indépendante sur le racisme systémique envers les Premières Nations
mercredi 9 novembre
MMF - 25 novembre 2016 : Debout contre les violences contre les femmes !
lundi 31 octobre
Question trans - Moratoire sur le projet de loi C-16, pétition
vendredi 28 octobre
Secrétariat à la condition féminine du Québec - Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021
jeudi 27 octobre
Le Conseil du statut de la femme présente la recherche "L’engagement des femmes dans la radicalisation violente"
jeudi 20 octobre
Agressions sexuelles - Le Conseil du statut de la femme presse le gouvernement d’agir
mardi 18 octobre
Des Canadiennes honorées par le gouverneur général pour leur contribution à l’avancement de l’égalité entre les sexes








Prostitution en Thaïlande - Lettre ouverte au site "Lectures"
2 septembre 2011, par Annie
Prostitution en Thaïlande - Lettre ouverte au site "Lectures"
2 septembre 2011, par Thaï
Les antiféministes se bousculent au portillon...
1er septembre 2011, par martin dufresne



Prostitution en Thaïlande - Lettre ouverte au site "Lectures"
2 septembre 2011, par Annie   [retour au début des forums]
De l’utilité des hommes dans les études Genre

Je vous remercie Martin, pour dénoncer le caractère anti-féministe et sexiste des travaux de Sébastien Roux. Ces travers sont partagés par tout un courant de recherche actuel sur la prostitution et la pornographie.

Son essai No Money, No Honey, que je ne connais pas, m’a l’air d’être également atterrant, s’il faut en croire les paraphrases de LECTURES : « les individus qui se livrent à la prostitution à destination d’une clientèle étrangère sont guidés par autre chose que l’intérêt économique », « ces relations sexuelles ne peuvent pas être réduites à leur signification monétaire ».

Puisque la majorité des hommes en études genre sont sourds aux recherches féministes, je le répète :

- l’acte prostitutionnel est un viol car la personne subit des actes non désirés. De Andrea Dworkin à Judith Trinquart, en passant par Sheila Jeffreys, Paola Tabet et Richard Poulin, les femmes ont tous les éléments (concepts et chiffres) pour comprendre la violence sexiste qu’est la prostitution en tant que telle, en soi - c’est à dire même dans cette situation idéale, qui n’existe que dans la tête des « chercheurs », d’une femme qui aurait « choisi » de « se » prostituer et pourrait « choisir » ses clients, ses tarifs et ses pratiques.

- les hommes recourant à la prostitution sont des criminels et des profiteurs, même quand ils sont "gentils" et indécis" (comme aime à le montrer Sébastien Roux).
D’une part, ils violent. C’est certes légal, mais uniquement car le droit est patriarcal dans les pays où la prostitution existe (quel que soit le régime, abolitionniste ou réglementariste).
D’autre part, ils profitent d’un système mondialisé qui ne vit que de guerre, de famines, de déplacement de populations, de plans de réajustement structurels, de persécutions des femmes, etc. (cf. Claudine Legardinier).

Les idées personnelles que ces clients-prostitueurs se font de leur triple ou quadruple vol (sexiste, raciste, néocolonialiste, pédocriminel, classiste) importent peu aux victimes et aux féministes ! Les sens qu’ils donnent à leurs propres crimes et délits ne sont ni crédibles ni intéressants sinon à comprendre comment des dominants effacent leur propre domination, à leurs yeux et aux yeux de leurs lecteurs (cf. Léo Thiers-Vidal, 2010). L’article de Sébastien Roux publié dans Genre Sexualité et Société* en est un exemple parfait.

Les chercheurs, eux aussi, ont leur idée sur les actes dans la prostitution. Pour ceux qui veulent nous faire croire que "c’est un métier comme un autre", ils réduisent le viol à une "transaction marchande". Pour ceux qui veulent nous faire croire que c’est une "sexualité récréative", ils font du viol une rencontre "pour le sexe", partagée, où la "signification monétaire" n’est que secondaire pour la femme prostituée. Mensonges de dominants (cf. Legardinier & Bouamama, 2004) ! La pression économique est la seule raison pour laquelle une femme consent à des actes sexuels qu’elle ne désire pas ! Ces messieurs, clients-prostitueurs et chercheurs, peuvent se bercer de l’illusion que leur confère leur statut de dominant, mais qu’ils aient au moins la décence de nous épargner leur délire collectif !

L’industrie porno-proxénète mondiale nécessite et cause une déshumanisation spécifique, qui en retour marque toutes les femmes : « ce que fait la prostitution des femmes, dans une société de domination masculine, c’est établir un fond social au dessous duquel il n’y a pas de fond. Le fond c’est elles. Les femmes prostituées sont toutes au fond. Et tous les hommes sont au dessus de ce fond » (Dworkin, 2007, 97). Produire du savoir sur la prostitution sert ou bien à dénoncer cette destruction de notre humanité, ou bien à la nier pour nous ramener toutes au fond.

Or les hommes s’engouffrent de plus en plus dans les recherches sur les terrains stratégiques du patriarcat : violence sexuelle et recyclage néolibérale de cette violence (pornographie, prostitution, sadomasochisme, échangisme). Leur but de classe est clair : produire du savoir sur l’un des piliers de la suprématie masculine pour nier leurs privilèges et les renforcer.

Leur méthode ? L’observation participante ! en tant que clients-prostitueurs potentiels ! En tant que complices des clients-prostitueurs (voir le ton de complicité amicale qu’a Sébastien Roux avec son "interviewé") ! Leur recherche sur la prostitution ne repose que sur leur privilège de classe, inquestionné, et renforce leur domination. Car en "faisant semblant" d’être des clients-prostitueurs ou des "échangistes", ils sont réellement "voyeurs". Or le voyeurisme est, d’un point de vue statistique et du point de vue de la logique du patriarcat, une agression sexiste, qui chosifie les femmes.

Quelques hommes disent : « Non, messieurs, vous ne parlez pas en notre nom, quand vous réaffirmez nos privilèges ». C’est le minimum et peut-être le maximum que les hommes puissent faire dans leur engagement militant anti-sexiste : parler à leur « pairs », les mobiliser pour qu’ils refusent en masse la complicité dans laquelle ils sont. Là encore ce sera un privilège - ils seront entendus, même par les opprimées, plus que les opprimées - mais au moins ce privilège ne nous nuira plus autant.

En effet, depuis des décennies, les féministes radicales comme Nicole Claude Mathieu ou Anne Marie Devreux dénoncent le hold-up viril voire masculiniste des études genre. Avec des amies militantes, au congrès Marx, nous avons aussi dénoncé cette réquisition dominante des concepts, de l’histoire et du combat féministes. ( http://actuelmarx.u-paris10.fr/cm6/m6fem.htm ). Merci, Martin de mettre votre crédibilité de classe (de sexe) au service des femmes.

Les hommes en études genre ont donc un choix à faire. Ou bien ils soutiennent leurs privilèges, prétendent « compléter » les recherches féministes, voire les rendre « plus objectives », usant ainsi de leur crédibilité universitaire (qu’ils nous volent aussi) pour enfoncer les femmes encore plus. Ou bien, ils font confiance aux opprimées, cessent de récuser leur point de vue situé au nom de leur propre « point de vue situé », théorisé à leur gré (le point de vue de la femme prostituée de Bangkok ne me semble pas être à la portée ni théorique ni intime de Sébastien Roux !), pour limiter les dégâts causés par les autres hommes.

Ils peuvent aussi, comme Richard Poulin, ou vous Martin, traduire les féministes radicales, porter leurs voix et leurs recherches. C’est un minimum, plutôt que, comme les Sébastien Roux, Lilian Mathieu et autres "révisionnistes objectifs et rationnels", détruire méthodiquement l’épistémologie féministe.

Andrea Dworkin :

I have thought a great deal about how a feminist, like myself, addresses an audience primarily of political men who say that they are antisexist. And I thought a lot about whether there should be a qualitative difference in the kind of speech I address to you. And then I found myself incapable of pretending that I really believe that that qualitative difference exists. I have watched the men’s movement for many years. I am close with some of the people who participate in it. I can’t come here as a friend even though I might very much want to. What I would like to do is to scream : and in that scream I would have the screams of the raped, and the sobs of the battered ; and even worse, in the center of that scream I would have the deafening sound of women’s silence, that silence into which we are born because we are women and in which most of us die.
And if there would be a plea or a question or a human address in that scream, it would be this : why are you so slow ? Why are you so slow to understand the simplest things ; not the complicated ideological things. You understand those. The simple things. The cliches. Simply that women are human to precisely the degree and quality that you are.

http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIIIE.html

*Sébastien Roux, L’initiation – Entretien avec un client de la prostitution - http://gss.revues.org/index1237.htm

[Répondre à ce message]

Prostitution en Thaïlande - Lettre ouverte au site "Lectures"
2 septembre 2011, par Thaï   [retour au début des forums]

La Thaïlande n’est pas un pays du tiers-monde.

[Répondre à ce message]

Les antiféministes se bousculent au portillon...
1er septembre 2011, par martin dufresne   [retour au début des forums]
Que cache le tourisme sexuel ?

Michel Bozon vient de tenir un discours similaire à celui du recenseur de LECTURES en encensant "No Money, No Honey" pour La Vie des Idées, sous le titre "Que cache le tourisme sexuel".
Il est clair que les généreuses hypothèses de M. Roux comblent un vide qui commençait à se faire sentir dans la légitimité du tourisme sexuel...

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin