| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







vendredi 11 novembre 2011
Le Souvenir est aussi féminin

par Marie-Pier Duplessis, Le Soleil

Québec - Elles étaient célibataires ou veuves, travaillaient jusqu’à 55 heures par semaine et gagnaient environ 25 $ hebdomadairement. Pour certaines, c’était la première fois qu’elles quittaient le foyer familial.

Les travailleuses de l’industrie des munitions militaires ont accompli un travail d’une importance capitale au cours des deux grandes guerres. Leur contribution a été soulignée mercredi, lors d’une cérémonie au parc de l’Artillerie, à Québec, à l’occasion du Jour du souvenir.

« Sans le travail des femmes dans les usines, l’Arsenal fédéral n’aurait pas pu fournir toutes les munitions nécessaires à la défense du pays, en particulier lors de la Deuxième Guerre mondiale », affirme l’historienne Brigitte Violette.

Avec près de 13 000 travailleurs, dont plus de la moitié étaient des femmes, l’Arsenal fédéral de Québec représentait le plus gros employeur de la ville à l’époque. Au plus fort de son activité, on y fabriquait pas moins de trois millions de cartouches par jour.

La production était répartie dans trois complexes : à Valcartier, tout près de la base militaire ; à Saint-Malo, là où se trouve aujourd’hui le parc industriel ; et dans le Vieux-Québec, notamment à la fonderie du parc de l’Artillerie et dans les anciennes casernes du régime français.

« C’est dans les anciennes casernes, dont l’entrée était située sur la côte du Palais, que la majorité des activités étaient concentrées. Le bâtiment appartient aujourd’hui à L’Hôtel-Dieu et il a longtemps servi de stationnement pour les employés de l’hôpital », explique l’historienne.

Lire la suite dans Le Soleil, 11 novembre 2011

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 novembre 2011



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"
dimanche 30 septembre
Conférence publique - Sortir de la prostitution, socialement, politiquement, juridiquement
dimanche 16 septembre
La CLES exhorte les partis à faire connaître leurs engagements en matière d’exploitation sexuelle






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin