| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







vendredi 16 mars 2012
Femmes Autochtones du Québec s’inquiète des impacts du projet de loi C-10 pour les femmes

Kahnawake, le 15 mars 2012 – Le projet de loi C-10, Loi sur la sécurité des rues et des communautés, adopté sous bâillon plus tôt cette semaine a reçu mardi le 13 mars 2012 la sanction royale consacrant son entrée en vigueur. Ce projet de loi conservateur regroupe neuf projets de loi couvrant divers aspects du Code criminel. Il prévoit entre autres l’imposition de peines minimales pour certaines infractions, limite le recours aux peines avec sursis et rend plus sévère la justice pénale pour les adolescents.

À l’instar de l’Association des Premières Nations du Canada, Femmes Autochtones du Québec (FAQ) s’inquiète des impacts de ce projet de loi C-10 sur nos communautés et surtout sur la criminalisation des femmes des Premières Nations. Nous déplorons à cet effet l’approche véhiculée par le projet de loi C-10 qui est basée sur la répression plutôt que sur la réhabilitation, ainsi que les coûts élevés de mise en œuvre que ces différentes mesures auront pour les communautés.

À l’heure actuelle, bien que les Autochtones ne représentent que 3.75% de la population canadienne, ces derniers sont surreprésentés au sein des prisons, formant 18% des prisonniers fédéraux. Pour les femmes autochtones cette situation est encore plus dramatique puisque qu’elles comptaient en 2004-2005 pour 30 % des détenues dans les établissements fédéraux. Le projet de loi C-10 risque donc d’envenimer la situation en forçant l’incarcération d’un plus grand nombre de personnes sous des peines minimum obligatoires.

« Il ne faut pas oublier notre lourd passé marqué par la colonisation, les pensionnats et la pauvreté qui doit être considéré lors de l’imposition d’une peine. Je ne crois donc pas que ce projet de loi C-10 va réellement améliorer la sécurité dans nos rues et nos communautés. Il va plutôt avoir un impact négatif sur nos jeunes, et nos femmes en les envoyant directement en prison alors que c’est de notre soutien dont ils ont besoin », souligne Michèle Audette, Présidente de Femmes Autochtones du Québec.

Source : Femmes Autochtones du Québec (FAQ).

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 mars 2012



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"
dimanche 30 septembre
Conférence publique - Sortir de la prostitution, socialement, politiquement, juridiquement
dimanche 16 septembre
La CLES exhorte les partis à faire connaître leurs engagements en matière d’exploitation sexuelle






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin