| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







samedi 15 septembre 2012
Registre des armes à feu : victoire politique mais recul de la sécurité des Canadiennes et Canadiens

Laval, jeudi le 13 septembre 2012 – La Table de concertation de Laval en condition féminine se réjouit de la décision en Cour supérieure du Québec, rendue le lundi 10 septembre, qui affirme le droit du gouvernement du Québec de recevoir d’Ottawa les données du registre des armes à feu concernant le Québec. Ce registre, mis sur pied en 1995 à la suite de la tuerie de Polytechnique, est un des acquis très cher au mouvement féministe. La TCLCF ainsi que de très nombreux organismes et près des trois quart de la population québécoise ont toujours eu à cœur de le préserver.

En effet, en assurant la traçabilité des armes ayant servi à commettre des crimes, le registre contribue grandement à la sécurité des femmes. Le nombre de femmes tuées par arme à feu a, depuis la mise en place du registre, diminué de 70%. Quant aux forces policières, qui consultent la base de données du registre en moyenne 14 000 fois par jour, elles sont elles aussi de ferventes défenseures de celui-ci puisqu’il contribue notamment à améliorer leur sécurité sur le terrain. Le jugement de la Cour supérieure constitue donc une victoire politique pour les femmes et pour le Québec car il reconnaît l’utilité d’un tel registre et réaffirme la compétence provinciale en la matière.

Bien que la mise en place d’un registre québécois des armes à feu, à défaut d’un registre pancanadien, puisse être considérée comme une victoire, la TCLCF s’inquiète des accrocs à la protection des Canadiennes et Canadiens qui sont faits en catimini à Ottawa. En effet, comme le souligne la Coalition pour le contrôle des armes à feu dans son communiqué de lundi, « au printemps dernier, le gouvernement fédéral a rapidement adopté le projet de loi qui met fin à l’enregistrement des carabines et des fusils de chasse, permettant ainsi à une personne autorisée d’acheter autant d’armes qu’elle le souhaite et ce, sans traces ». Cette loi s’applique à toutes les armes à feu à usage non restreint, incluant de puissantes armes semi-automatiques telles que celle utilisée lors de l’attentat du Métropolis. De plus, le gouvernement Harper a annulé en juillet dernier une mesure en vigueur depuis 1977 en instaurant un règlement qui interdit aux provinces d’exiger des marchands d’armes qu’ils tiennent des registres de leurs ventes de carabines et de fusils.

En ce sens, si la Table de concertation de Laval en condition féminine se réjouit du rapatriement des données au Québec, elle souligne que même avec la mise en place d’un registre québécois des armes à feu, les Québécoises ne retrouveront pas le niveau de protection dont elles jouissaient il y a à peine un an. « Les frontières entre les provinces ne sont pas étanches et les armes peuvent ainsi facilement circuler d’une province à l’autre, faisant en sorte que des armes achetées légalement ailleurs au Canada puissent être utilisées pour commettre des crimes au Québec sans possibilité de traçabilité donc d’imputabilité. Il serait donc illusoire de penser que la décision de la Cour supérieure nous ramène à l’état des choses telles qu’elles étaient avant le projet de loi C-19. La protection dont nous bénéficions, ainsi que les avantages que procure le registre, se trouvent amoindris par l’effritement de la législation dans l’ensemble du Canada », affirme Marie-Ève Surprenant, coordonnatrice à TCLCF. En gardant ces faits à l’esprit, il est donc impératif que le gouvernement du Québec, en plus de mettre en place son propre registre, prenne les mesures législatives nécessaires afin de pallier aux atteintes faites par Ottawa à la protection des femmes et de la population en général.

* La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) est un regroupement régional travaillant avec ses membres à l’amélioration de la qualité et des conditions de vie des femmes, tant aux plans social, économique et politique. Depuis plus de vingt ans, la TCLCF, qui représente plus de 30 000 Lavalloises, développe un espace de solidarité entre les groupes de femmes de Laval en plus d’initier des actions collectives pour une véritable égalité entre les sexes.

Source : Marie-Ève Surprenant, coordonnatrice, Table de concertation de Laval en condition féminine



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


lundi 18 mars
Des livres en solde aux éditions Sisyphe
jeudi 7 mars
Le 8 mars : une occasion de rappeler le droit des femmes à vivre en sécurité - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
jeudi 7 mars
Plus de 10 000 demandes d’hébergement refusées chaque année : cri d’alarme des maisons pour ne plus dire "NON" !
mardi 5 mars
PDF Québec - Les fées ont toujours soif !
mercredi 28 novembre
De la couleur contre la douleur : Un appel politique pour la fin des violences envers les femmes
samedi 24 novembre
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes - 12 jours d’action : les femmes violentées manquent de services au Québec !
mercredi 31 octobre
La CLES - Réaction aux prises de position de la FFQ sur la prostitution
lundi 8 octobre
Brigitte Paquette, "La déferlante #MoiAussi. Quand la honte change de camp"
dimanche 30 septembre
Conférence publique - Sortir de la prostitution, socialement, politiquement, juridiquement
dimanche 16 septembre
La CLES exhorte les partis à faire connaître leurs engagements en matière d’exploitation sexuelle






http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin