| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 28 mars 2005

Sur ARTE, des reportages sur un fait social rarement abordé

par Laurent Collet, Université Stendhal






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La soirée "Thema" du 22 mars à la chaîne ARTE : commentaire
« In Nomine Patris, ce que veulent les mouvements de pères » : les réalisateurs répondent à des critiques masculinistes
INSULTE : mot féminin, ou ne pouvant s’adresser qu’à une femme ?
In Nomine Patris ou le lobby des pères revanchards
Quand les pères se vengent : le dossier ARTE
La rhétorique de l’inversion : réponse à la critique de Télé Obs sur le film "In Nomine Patris"
"Masculinisme" : petit historique
Les objectifs politiques des masculinistes







Lettre adressée à

Jérôme Clément
Président de la chaîne Arte
Echirolles, le 25 Mars 2005

Monsieur,

Par la présente, je me permets de vous faire part de ma satisfaction d’avoir enfin pu voir sur une chaîne de télévision, deux reportages sur un fait social rarement abordé au sein de la société française. Ces reportages sont respectivement « Quand le père devient l’ennemi » et « In nomine patris » et traitent, selon moi, des nouvelles formes de la domination masculine.

En effet, en tant qu’enseignant chercheur en Sciences de l’information et de la Communication, j’enseigne à l’École de journalisme de l’institut de la communication et des médias d’Echirolles sur des questions liées à Internet, le métier de journaliste et l’espace public de discussion. Très récemment,
mes analyses d’écrits d’internautes sur des forums m’ont conduit à observer la manière dont les médias et diverses associations traitaient sur Internet
de l’affaire « Charlotte Washington ». J’ai alors découvert le forum de discussion de l’association SOS PAPA, qui représente le groupe de pères critiqué dans le second reportage. En analysant les contributions des internautes, j’ai pu constater que les discours tenus sur ce forum se caractérisaient par l’absence d’argumentation, des jugements de valeurs, une opposition entre nous (des pères) et vous (les femmes), une absence de chiffres compensée par des expériences individuelles, dont on ne connaît pas le contexte.

Je suis retourné sur ce forum, suite à la diffusion des deux reportages sur votre chaîne et j’ai de nouveau pu constater qu’en guise d’espace public,
leur forum s’apparente à un espace de stigmatisation : incitation à la haine de l’autre (les féministes), négation de la violence masculine, régurcence de la figure de la femme sorcière et de la mère castratrice. Rien de moins. C’est de cette manière qu’ils font passer collectivement les victimes (des
femmes) pour les bourreaux (des hommes). Alors que les données sociologiques sont là : six femmes par mois victimes de la violence conjugale, pour ne
prendre que cet exemple.

Je ne nie pas que la violence féminine envers les hommes puisse exister, ou même le fait que ces pères puissent souffrir. Mais, tout me porte à penser,
que, d’une part, la violence féminine n’est pas un fait social, et se limite à des cas individuels, et que, d’autre part, les souffrances de ces hommes
proviennent plus d’une disposition intellectuelle et affective à se penser dominant en disjonction avec une réalité où les femmes, à juste titre, se sont (partiellement) libérées. Il s’agirait plutôt d’un mouvement réactionnaire, visant à retrouver une place centrale dans la relation aux femmes et aux enfants, qui n’auraient plus qu’à se tenir à leur périphérie.

Je peux, sans difficulté, imaginer les courriers que votre chaîne a dû recevoir de la part de certains pères, et les pressions qu’ils tentent de vous faire subir pour « rétablir la vérité » (c’est l’argumentation typique du bourreau se faisant passer pour la victime). Vous avez rendu possible un début de pensée collective contradictoire par rapport à la « bien pensance » actuelle. Ceci est rare et précieux dans une société démocratique. Si, aujourd’hui, le point de vue d’un enseignant chercheur a encore de la valeur, je vous invite donc à continuer sur cette voie de l’analyse critique, pensant que vous tenez sur cette question un « fait social majeur ».

En vous remerciant du temps passé à me lire, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sincères salutations.

Laurent Collet
Institut de la communication et des médias
Université Stendhal - Grenoble 3
11, avenue du 8 Mai 1945
38130 ECHIROLLES

Source : Liste FEN, Vol 7, Issue 40, le 28 mars 2005. Et ailleurs sur d’autres listes et sites. Diffusion encouragée.

Pour adresser vos félicitations à la chaîne ARTE :

- Mr. Jérôme CLEMENT, Président d’ARTE, 8 rue Marceau, 92785 Issy-les-Moulineaux
- Mr. Christophe HAUSER, Directeur des Programmes d’ARTE, 4 quai du Chanoine Winterer, 67080 Strasbourg Cedex
- Fax à la Direction de la chaîne ARTE : 03 88 14 20 00
- Courriel directement sur le site de ARTE : http://faq.arte.fr/faq/contact/index_f.cfm

Des appréciations encouragent toujours les télédiffuseurs !

*** Ne manquez pas l’excellent dossier publier sur le site d’ARTE et dont voici l’ensemble des liens facilement accessibles : http://sisyphe.org/article.php3?id_article=1667.

Mis en ligne sur Sisyphe le 28 mars 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Laurent Collet, Université Stendhal



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin