| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 16 avril 2007

Genre, citoyenneté et représentation

par Manon Tremblay, Thanh-Huyen Ballmer-Cao, Bérangère Marques-Pereira, Mariette Sineau






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La fascination - Nouveau désir d’éternité, un livre de Luce des Aulniers
"Les Femmes de la honte", un livre de Samia Shariff
Colette et Sido : le dialogue par l’écriture, un livre de Graciela Conte-Stirling
Ni d’Ève ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, de Marie-Joseph Bertini
"Quand devient-on vieille ?" Un livre d’Aline Charles
Accommodements raisonnables
Amitié interdite
Le viol d’Europe ou le féminin bafoué
Voyage au bout du sexe
Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution
Anorexie et Boulimie. Journal intime d’une reconstruction
L’Homophobie - Un comportement hétérosexuel contre nature
Nouveauté CD : "Musique française au féminin"
Femmes et parlements : un regard international
Mémoire d’une amnésique
La violence à l’école n’est pas un jeu d’enfant - Pour intervenir dès le primaire
Un Québec en mal d’enfants - La médicalisation de la maternité 1910-1970
Le féminisme irréductible, de Catharine MacKinnon
Féminisme et littérature, un dossier de "Québec français"
« La passion de l’université », par Claudine Baudoux
Violence conjugale, des spécialistes se prononcent







La citoyenneté et la représentation politiques ont longtemps été posées comme l’apanage exclusif des hommes, et nombreuses sont les politiciennes à voir dans les assemblées législatives des univers masculins en raison des façons d’être, de dire et de faire qui s’y imposent ou, simplement, de l’atmosphère et du décor qui y prévalent ! Encore aujourd’hui, des proportions non négligeables de l’électorat belge, français, québécois et suisse considèrent que les rôles et fonctions politiques siéent mieux aux hommes qu’aux femmes. En cela, pour rappeler Scott, le genre consiste moins en la construction sociale de la différence des sexes, qu’une manière de signifier des rapports de pouvoir. Les chapitres de cet ouvrage s’affairent à exposer en quoi la citoyenneté et la représentation constituent des institutions sculptées par le genre.

La partie sur la citoyenneté regroupe quatre chapitres, soit ceux de Bérengère Marques-Pereira, Réjane Sénac-Slawinski, David Parernotte et Isabelle Giraud. Ces textes partagent un ensemble d’observations et de questionnements qui rappellent les tensions soutenues entre égalité et différences. Par exemple, ils conviennent que la citoyenneté n’est en rien universelle, singulière et statique dans le temps et l’espace ; elle est plutôt plurielle et dynamique, en constant mouvement de flux et de reflux, de composition et de re-composition. Si elle conserve ses attributs nationaux, elle se pare de plus en plus de composantes internationales. La citoyenneté implique des éléments mesurables (comme les droits et devoirs), mais aussi non mesurables comme le sentiment d’appartenir au corps politique et de pouvoir peser sur lui. Elle n’est pas qu’affaire d’état, car elle résulte aussi (et peut-être surtout) du travail des mouvements sociaux, véhicules privilégiés de revendications avant-gardistes et différentialistes.

La section sur la représentation compte cinq textes, soit ceux de Catherine Achin, Thanh-Huyen Ballmer-Cao et Sarah Buetikofer, Manette Sineau et Manon Tremblay, Lea Sgier, enfin celui de ChantaI Maillé. Les tensions entre égalité et différences ressortent aussi de cette section. Trois textes abordent la question du mode de scrutin et de ses effets sur l’accès des femmes aux assemblées législatives. L’idée selon laquelle le scrutin majoritaire élèverait une barrière infranchissable pour les femmes en les laissant aux portes de la représentation doit être nuancée ; les systèmes électoraux offrent le terrain et les règles du jeu, mais ce sont les partis qui développent les stratégies et sélectionnent les joueurs en conséquence. C’est pourquoi les mesures de contingentement (quotas ou parité), outils par excellence visant l’harmonie entre égalité et différences, génèrent souvent des résistances au sein de la classe politique. À ces blocages, les femmes ont répondu en déployant toute une série de stratégies afin de marquer de leur présence les institutions de la démocratie représentative.

(Extrait de la présentation)

Publié aux Presses de l’Université Laval.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 avril 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Manon Tremblay, Thanh-Huyen Ballmer-Cao, Bérangère Marques-Pereira, Mariette Sineau



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin