| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 30 octobre 2007

Montréal peut et doit lutter contre l’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes

par la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Les féministes abolitionnistes ont le droit de s’exprimer sans être dénigrées
Inspirée par l’expérience des femmes face à l’exploitation sexuelle, la CLES se donne un plan d’action
« Pole position Québec » - Net recul pour les femmes
Réponse à l’appel au boycott de la CLES lancé par le groupe Stella
La prostitution comme violence envers les femmes
Agir contre l’exploitation sexuelle
La CLES dit NON à la violence de la prostitution
CLES says NO to the violence of prostitution
Prostitution : les limites du consentement (Rhéa Jean)
Un Québec sans prostitution est possible
« Etre abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle » (Rencontre avec Rhéa Jean)
Un Québec sans prostitution est possible : la CLES au Forum social québécois
La CLES interpelle les partis en campagne électorale
La Concertation de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue
Enjeu électoral : Faut-il mettre les prostitueurs à l’abri du Code criminel ?
Doit-on éliminer la prostitution du Code criminel canadien ?
Lettre à M. Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, au sujet de la décriminalisation de la prostitution
Feu vert aux "pimps" ?
Non à la banalisation de graves formes de violence faites aux femmes : rencontre avec Melissa Farley
Conférence sur l’exploitation sexuelle des femmes et des filles, par Indrani Sinha
Un regard alternatif sur la prostitution : conférence de presse du 19 mai 2005
Pour un monde libéré de la prostitution
De la répression à la responsabilisation face à la prostitution. Conférence de Gunilla Ekberg







MONTREAL, le 10 octobre - La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) a déposé, le 9 octobre, un mémoire dans le cadre des consultations de la Ville de Montréal sur sa politique visant l’égalité des sexes. La CLES interpelle l’administration municipale montréalaise sur sa volonté de lutter contre la prostitution, qui constitue une exploitation sexuelle et un recul pour l’égalité de toutes les femmes. La CLES propose des solutions pour que Montréal - à l’instar d’un nombre croissant d’autres métropoles - choisisse de tenir tête aux prostitueurs et à l’exploitation sexuelle commercialisée. La Concertation réclame de véritables alternatives, axées sur l’égalité femmes-hommes, plutôt que le harcèlement actuel des premières victimes de cette exploitation. Les bilans ont été faits, les solutions identifiées et la législation nécessaire existe : il ne manque plus qu’une volonté politique, d’intégrer à la présente politique d’égalité entre les sexes, pour aligner Montréal sur les engagements internationaux pris par le Canada en ce domaine.

Plutôt que de voir dans la prostitution un mal inévitable ou même une occasion d’affaires, les administrations de plusieurs grandes villes et métropoles du monde interviennent pour éduquer la population, soutenir les personnes exploitées et contrer les prostitueurs - proxénètes et "clients" - la source de cette exploitation sexuelle. Des études indiquent que ces politiques fonctionnent. La CLES invite Montréal à miser sur l’expertise acquise pour offrir un soutien et des alternatives réelles aux femmes et aux jeunes dont le marché du sexe exploite la pauvreté et les dépendances. La protection de ces personnes et l’aménagement de voies de sortie de la prostitution doivent être la priorité de la Ville de Montréal qui doit leur offrir rapidement des ressources de protection, d’accompagnement, de reprise en main, de soutien financier, d’aide au logement et de formation. Il faut aussi cesser immédiatement toute discrimination, harcèlement policier, criminalisation et stigmatisation par un dossier permanent. Toute intervention auprès des femmes en prostitution doit en être une d’appui et de défense de leurs droits, plutôt que de répression, et ce, de concert avec les ressources féministes qui reconnaissent la prostitution comme une forme de violence.

Par contre, l’égalité exige que la Ville de Montréal cesse de fermer les yeux sur les proxénètes de tout genre qui entretiennent l’inégalité des femmes, en contravention directe du Code criminel... et avec un permis de la Ville ! C’est contre eux qu’il faut recentrer l’intervention en appliquant et actualisant les lois et règlements pertinents, comme l’ont fait d’autres villes, notamment Glasgow en Ecosse, Madrid en Espagne et certaines grandes villes canadiennes. Montréal doit cesser d’agir en proxénète en se présentant comme une destination de tourisme sexuel.

Ceux qu’on appelle les "clients" doivent aussi être responsabilisés. Il est grand temps d’en faire la cible d’interventions dissuasives, de sanctions efficaces. Une vraie politique d’égalité appelle une stratégie à long terme où citoyens et fonctionnaires seront informés et confrontés aux conséquences de leurs choix sur la condition des personnes prostituées.

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle espère vivement que la Ville de Montréal aura le courage d’intégrer cette priorité à sa politique d’égalité entre les femmes et les hommes.

La CLES regroupe depuis mai 2005 des intervenantEs de première ligne, des chercheurEs universitaires, des auteurEs et des représentantEs d’organismes communautaires et religieux. Tous mènent un travail d’éducation populaire et de défense des droits des personnes aux prises avec la prostitution. Celle-ci demeure de l’exploitation sexuelle, une forme de violence qui est le contraire même de l’égalité femmes-hommes, qu’elle se fasse dans la rue ou via des agences d’escorte, dans des salons de massages dits érotiques, bars spécialisés ou bordels, via la pornographie ou Internet. Elle touche particulièrement les femmes doublement marginalisées (pauvres, racisées, migrantes, autochtones, adolescentes, victimes d’inceste et de viol, etc.).

La consultation de la ville de Montréal s’intitule "LA PARTICIPATION EGALITAIRE DES FEMMES ET DES HOMMES A LA VIE DE MONTREAL"

Pour recevoir une copie du mémoire, communiquer avec Michèle Roy.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 octobre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)
La CLES

Courriel : info@lacles.org



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin