| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 22 septembre 2008

Lise Ravary contre le CSF - Une attitude revancharde liée à l’avis du CSF sur l’hypersexualisation

par Louise Langevin, titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Ravary VS CSF - La ministre Christine St-Pierre réitère son appui au Conseil du statut de la femme
Lettre à Mme Lise Ravary – Nous savons, nous, à quelles femmes s’adresse le CSF
Attaques contre le CSF - Lise Ravary se trompe de cible
Réponse à Lise Ravary - Pardon ?
Ne laissez pas l’ignorance saper les acquis des Québécoises
Sexe et médias - Le Conseil du statut de la femme répond à Lise Ravary, directrice de Châtelaine
Lettre à l’éditrice de Châtelaine sur la pertinence du CSF - Les raisons d’être du Conseil du statut de la femme







Le 22 septembre 2008

Mme Lise Ravary
Rédactrice en chef
Châtelaine

Objet : abolition du Conseil du statut de la femme

Madame Ravary,

Permettez-moi de réagir très fortement à votre proposition d’abolir le Conseil du statut de la femme (dans votre billet de l’édition d’octobre 2008).

Vous affirmez que les Québécoises n’ont plus besoin d’un tel organisme à l’heure où une femme dirige un des principaux partis politiques québécois. À quand remonte l’élection d’une femme première ministre du Québec ? Qui au Québec est victime de violence intime ? Qui gagne moins que les hommes pour un travail équivalent ? Qui est encore plus pauvre à l’âge d’or ? Qui s’occupe des enfants, des pauvres, des malades et des vieillards dans notre société ? Qui doit se battre encore une fois pour protéger le droit à l’avortement ? Qui doit se battre contre les effets de la montrée de la droite religieuse ? Qui a dû aller devant les tribunaux pour obtenir gain de cause contre Gaz Métro à la suite de discrimination systémique en emploi ? Qui ? Consultez les dernières statistiques. Il reste du travail à faire pour atteindre l’égalité réelle pour les femmes. Les Québécoises ont besoin d’un organisme de consultation et de surveillance sur les questions qui les touchent. Sans être toujours d’accord avec toutes les propositions du CSF, je considère que cet organisme a produit au cours des années des avis et des études nécessaires et très éclairantes sur la condition des femmes. S’il n’existait pas, on devrait l’inventer. Le Québec n’est pas chef de file pour rien en matière de condition féminine. Parlez-en aux Canadiennes hors Québec.

Vous proposez « quelque chose de plus moderne » (sic) : un Conseil du statut de la personne. Pourtant en 2005, tous les groupes de femmes qui ont soumis des mémoires en commission parlementaire concernant l’avis du Conseil du statut de la femme, Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes, ont rejeté une telle proposition ! On repassera pour la proposition moderne. Selon vous, ce comité se réunirait trois jours par année pour discuter des questions d’égalité des chances qui touchent les hommes, les aînés, les enfants, les immigrants. C’est bien mal connaître les réalités de ces groupes et manquer de respect pour leurs revendications que de les réduire à trois jours de travail. Les discussions seront brèves. Le journalisme de qualité exige un peu plus de réflexion avant de faire des propositions.

Quelle est votre crédibilité en matière de condition féminine ? Votre attitude revancharde s’explique par l’avis du CSF paru dernièrement sur l’hypersexualisation des corps des femmes, Le sexe dans le médias : obstacle aux rapports égalitaires. Votre magazine doit faire son mea culpa dans le rôle qu’il joue dans l’objectification du corps des femmes. Si c’est la façon de Châtelaine de « parler autrement aux femmes » et « d’être à l’image des femmes d’aujourd’hui », l’atteinte de l’égalité réelle pour les Québécoises vient de reculer.

Louise Langevin
Titulaire
Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes
Université Laval, Québec

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 septembre 2008

Lire aussi

  • Lettre à la ministre St-Pierre - Ne laissez pas l’ignorance saper les acquis des femmes du Québec, par Micheline Carrier et Élaine Audet. On peut signer la lettre en ligne en moins d’une minute. Plusieurs autres liens sur le même sujet.
  • Appel pour le maintien du Conseil du statut de la femme, mars 2004.

  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Louise Langevin, titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes

    Louise Lanvevin est membre du Barreau du Québec, professeure et titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes, à l’Université Laval.



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin