| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 19 avril 2014

Le départ de la "dame de béton"

par Louise Chabot, présidente de la CSQ






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lettre à Québec solidaire sur la laïcité
Appartenez-vous au féminisme de « Janette » ou à celui de « Françoise » ?
Déterminée à voter pour la charte de la laïcité
Voter pour la laïcité et contre l’intégrisme religieux
Lettre à Janette Bertrand - Ce que vous dites est vrai, juste, vérifiable
Les documents de l’UPAC sur le PLQ secrets jusqu’après les élections
Campagne électorale 2014 - Les groupes communautaires veulent des engagements chiffrés de tous les partis
Arabie saoudite et Texas : Couillard est dans le champ
La prime de Gaétan Barrette
Les yeux de la Terre sont posés sur vous, M. Couillard
Philippe Couillard au temps d’Aramco
Janette Bertrand ne fabule pas, elle a raison de s’inquiéter
Voter pour la laïcité et conserver sa foi
PDF Québec - Demandes électorales. Élections provinciales Québec 2014
Élections Québec 2014 - Les partis politiques doivent s’engager à lutter contre la pauvreté
Comment lever les obstacles à l’accès des femmes au pouvoir ?
Pauline Marois n’est pourtant pas le diable incarné
François Legault et le stand-up politique
Pour que cesse l’intimidation à l’égard de Louise Mailloux, signez !
Pourquoi Tarik Ramadan vient-il encore au Québec à la veille d’une élection ?
Plateforme électorale 2014 au Québec - Questions à poser aux candidates et candidats
Encore trop peu de Québécoises au pouvoir
Fatima ou Gaétan ?







Il y a une semaine déjà, comme beaucoup d’entre vous, j’ai assisté à une soirée électorale mouvementée. Cette soirée aura vu la fin de la carrière politique d’une femme d’exception qui a marqué le Québec par son passage en politique. Pauline Marois, celle qu’on surnommait depuis peu la « dame de béton », a finalement tiré sa révérence à la suite de la défaite électorale du Parti québécois.

J’ai beaucoup d’admiration pour cette femme politique et il serait indécent que l’on ne retienne du cheminement de Pauline Marois que cette défaite. En plus d’avoir été la première femme à occuper la fonction de première ministre, son héritage politique est trop important pour se résumer à cette seule soirée électorale.

<b.Une>

Madame Marois a fait son entrée à l’Assemblée nationale en 1981. Depuis, elle a dirigé pas loin de dix ministères en plus d’être présidente du Conseil du trésor. Ce n’est pas rien ! Personne au Québec n’a occupé autant de fonctions ministérielles et n’a une aussi grande connaissance de la fonction publique québécoise.

Des dossiers importants

En trente ans de carrière politique, Pauline Marois a contribué à faire avancer beaucoup de dossiers, permettant l’avancement du Québec sur plusieurs plans. Elle est notamment l’instigatrice de la toute première politique familiale du Québec. On lui doit la création des services de garde éducatifs à l’enfance, un réseau qui permet aujourd’hui à des milliers de femmes d’intégrer ou de réintégrer le marché du travail.

Une priorité : le Québec

Une chose est claire, madame Marois a toujours eu le Québec à cœur. Sa priorité pour le bien commun de notre société ne se dément pas. Son parcours nous laisse entrevoir une femme dévouée qui a tout fait pour faire progresser le Québec, de toutes les manières possible. Que ce soit en éducation, en finance, en petite enfance ou en santé, Pauline Marois n’a jamais failli dans sa volonté de donner son maximum à la population du Québec.

Une femme inspirante

Par son parcours en politique, elle a été une inspiration pour beaucoup de femmes, ce milieu étant encore aujourd’hui un boys’ club. À sa manière, elle a su évoluer dans un univers retors et complexe. Depuis une trentaine d’années, Pauline Marois a laissé sa trace dans la société québécoise. Elle a aussi pavé la voie à beaucoup d’autres femmes, que ce soit en politique ou dans la société civile.

Je souhaite de tout cœur que l’on retienne de son parcours flamboyant sa réussite à investir la plus haute fonction du Québec ; la première femme de notre histoire à devenir première ministre !

Merci, madame Marois, pour votre engagement ! Votre détermination et votre implication ne peuvent qu’inspirer beaucoup d’autres femmes à investir les lieux de pouvoir au Québec !

* Source de la photo : Assemblée nationale du Québec

- L’auteure est présidente de la Centrale des syndicats du Québec

- Merci à l’auteure pour cet article publié aussi le 14 avril 2014 sur son blogue.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 avril 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise Chabot, présidente de la CSQ



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin