| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 29 juin 2019

Micheline Carrier (1944-2019) : une voix courageuse et engagée nous a quittés

par Julie Latour, avocate, bâtonnière du Barreau de Montréal (2006-2007)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Une perte incommensurable
Mon hommage à Micheline Carrier
Défendre les droits des femmes était son souffle de vie
Micheline Carrier : une grande féministe québécoise







Aux premières lueurs de l’été, une infatigable fer de lance de la cause des femmes s’en est allée. Pendant plus de 50 ans, Micheline Carrier a porté, diffusé et défendu la parole des femmes et leur quête d’égalité, ici comme à l’étranger, contre vents et marées.

Tour à tour journaliste, écrivaine et éditrice, elle fut la porte-étendard du féminisme universaliste. Par son action, elle a fait avancer la condition et les droits humains des femmes avec une persévérance et une détermination dans l’adversité qui forcent l’admiration.

Précurseure dans l’âme, elle s’est intéressée à des sujets, comme la laïcité, bien avant qu’ils ne soient à la mode.

Avec des moyens financiers modestes, mais une ambition intellectuelle à la hauteur de la noblesse du combat, elle a fait de « Sisyphe.org » un lieu de diffusion reconnu, au Québec tout autant qu’au plan international, rejoignant par sa pertinence et sa qualité à la fois le grand public et le milieu académique.

Le nom même du site, Sisyphe, est évocateur de sa pensée ; par le mythe, il rappelle la quête universelle des femmes, son caractère inlassable, toujours à recommencer et son humanisme camusien. Pour elle, toutes les femmes étaient ses sœurs, dans toutes leurs réalités et classes sociales, au Québec comme ailleurs, dans les grandes villes comme en région.

À l’heure où le droit à l’avortement se crispe et où l’intersectionnalité rogne les droits des femmes pour des motifs culturels ou religieux, l’action de Micheline Carrier, qui a toujours pris en compte le volet politique de la cause féministe, revêt sa pleine actualité.

Au moment où les institutions chargées de porter la voix universelle des femmes du Québec, comme le Conseil du statut de la femme et la Fédération des femmes du Québec, ont soit été asphyxiées financièrement ou détournées par d’autres intérêts, la vigilance de tous les instants de Micheline Carrier doit nous inspirer.

Albert Camus oppose à l’absurdité du monde la révolte féconde. Emportée à l’aube de ses 75 ans, Micheline Carrier était demeurée une jeune fille révoltée dans l’âme, dans tout ce que ceci a de plus noble. Avec ses beaux yeux bleus résolus, elle était ancrée dans la vie et dans la volonté de rendre le monde meilleur, sans mièvrerie ni compromission. Améliorer le sort des femmes, leur liberté et leur plein épanouissement était pour elle œuvrer au bien commun.

Simone de Beauvoir, dans une conférence prononcée au Japon en 1966 disait : « Donner sa mesure, c’est toujours un peu dépasser sa mesure ; c’est aller plus loin : oser, chercher, inventer ; c’est à ce moment-là qu’une valeur s’affirme, qu’une valeur se découvre, se réalise. »

C’est ce que Micheline Carrier a pleinement incarné. Il nous appartient de poursuivre son engagement.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 juin 2019



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Julie Latour, avocate, bâtonnière du Barreau de Montréal (2006-2007)

Sisyphe a le plaisir d’accueillir Julie Latour comme collaboratrice occasionnelle. Avocate bien connue, ancienne bâtonnière du Barreau de Montréal et engagée de longue date pour la justice et la cause des femmes, Julie Latour a récemment été nommée membre du Conseil du statut de la femme. C’est à titre personnel qu’elle signe cette chronique à l’enseigne de la liberté de pensée et de la réflexion critique. Elle s’intéressera aux questions d’actualité, à la politique et à la justice, dans l’optique particulière des droits des femmes, mais aussi à la littérature, à l’histoire et autres sujets.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2019
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin