| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 6 septembre 2003

Sappho, l’amour et la poésie

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Hannah Arendt et Mary McCarthy : la passion partagée de la pensée
Hannah Arendt : Une paria dans un monde d’hommes
D’hier à aujourd’hui, Pol Pelletier, l’histoire vivante des femmes
Madeleine Parent - Tisserande de solidarités
Léa Roback vivante pour l’éternité
Hildegarde Von Bingen, la « conscience inspirée du XIIe siècle »
À coeur ouvert avec Dre Aoua Bocar Ly, présidente fondatrice de Femmes africaines Horizon 2015
Soraya Benitez - Une histoire d’amour avec le Québec
Susan Sontag, une femme d’exception
Simonne Monet-Chartrand, une alternative politique à elle seule
L’ambivalente George Sand
Colette et l’amour de l’amitié
Françoise Giroud, une femme influente au féminisme ambigu







On ne peut remonter le cours de ce que Luce Irigaray appelle « le mystère oublié des généalogies féminines » sans parler de Sappho qui donne ses lettres de noblesse aux liens passionnés d’amitié entre femmes au cours des siècles et dont la vie témoigne d’une liberté qui n’a cessé d’inspirer des générations de femmes jusqu’à nos jours.

Contrepartie féminine d’Homère

Née en 620 av. J.-C. à Mytilène, dans l’île grecque de Lesbos, poète et musicienne, voilà une femme qui a écrit neuf volumes de poésies, qu’on a appelée la contrepartie féminine de Homère et à qui Platon a attribué le titre de « Dixième Muse ». La poésie de Sappho a franchi l’épreuve du temps, non seulement en raison de la virtuosité exceptionnelle de cette poète dans toutes les formes de versification, mais pour les rythmes et les mètres nouveaux qu’elle a créés et auxquels on donnera le nom de strophes sapphiques (1). Toutefois, pendant plus de deux millénaires, on parlera presque uniquement de sa vie sexuelle, réduisant ainsi la vie de cette grande poète à ses aspects les plus anecdotiques.

Non seulement des soldats et des moines fanatiques ont brûlé son œuvre dans des autodafés impitoyables, au Ve et au Xe siècles, mais ceux qui ne possèdent pas son génie l’ont tournée en dérision. On lui invente un mari et même un amour ultime, Phaon, pour qui elle se serait jetée du haut du rocher de Leucade. On cherche même à accréditer la thèse selon laquelle il aurait existé deux Sappho : une courtisane vulgaire et une poétesse distinguée. Nombre de chercheurEs jugent invraisemblables ces versions récupératrices, mais ceux qui ont intérêt à prouver que les femmes sont incapables d’amitié n’en continuent pas moins à les propager (2).

Prêtresse d’Aphrodite

En mettant l’accent uniquement sur la sexualité « déviante » de Sappho, on a complètement occulté son rapport à la cité, son statut de prêtresse d’Aphrodite, déesse de l’Amour, qui lui conférait un pouvoir social incontestable. On occulte également tous les liens autres que sexuels qu’elle a établis avec ses compagnes et le mode de vie original qu’elle a implanté. L’île de Lesbos, où elle a vécu, étant situé au confluent Orient-Occident, Édith Mora affirme, non sans un certain ethnocentrisme, que Sappho a hérité de l’Asie-mineure <d’hypersensibilité, la passion, la démesure, et ce sens profond de la musique qui caractérisent sa poésie, tandis que la clarté, la concision de son style, la logique de son esprit lui sont des dons de la Grèce » (3).

Dans l’île, les femmes vont et viennent comme bon leur semble. Elles sont bien éduquées et libres de choisir leurs champs d’intérêt et de développer leurs talents. Une communauté sacrée de jeunes filles, fondée par Sappho, participe chaque année à des fêtes religieuses auxquelles seules des femmes peuvent assister. Parce qu’elles ont le pouvoir de donner la vie, les anciennes religions ont élevé leur musique, leurs chants et leurs danses à la dignité d’arts sacrés (4).

Inventrice de la poésie lyrique

Outre le rôle social important qu’elle a joué, Sappho est aussi l’inventrice de la poésie lyrique, à une époque où tous les auteurs se consacrent à l’épopée et à la tragédie, glorifiant les dieux et les héros, alors qu’ils représentent généralement les femmes en tant que repos des guerriers ou butin des vainqueurs. « Rien n’est plus beau, dit l’un, qu’une imposante armée. / L’autre : rien n’est plus beau qu’une escadre en plein vent. / Rien n’est plus beau pour moi que le cœur de l’aimée », écrit Sappho (5). Elle a vécu pour l’amour et pour la poésie. Son existence témoigne éloquemment que l’un et l’autre peuvent naître dans une communauté de femmes n’ayant pour éthique que l’harmonie et l’amour de la beauté : « Un feu subtil court sous ma peau, mes yeux ne voient plus, [...] un frisson me prend tout entière, je deviens plus verte que l’herbe et me sens tout près de mourir » (6).

Les femmes lui doivent d’avoir proclamé de façon exemplaire et jubilatoire la liberté de s’aimer, de créer, d’inventer leur vie hors des diktats masculins voulant faire d’elles des ennemies congénitales. « Et si nous revenons à Sappho », remarque Marie-Jo Bonnet, « si l’histoire y revient sans cesse en France depuis le XVIe siècle, c’est parce que son talent a impulsé un puissant élan de liberté conscient de contenir à la fois la douleur, le bonheur et l’audace révolutionnaire qui constituent toute liberté » (7). Peu d’œuvres, à part celle de Sappho, ont su nous transmettre un regard de femme sur le monde antique. « Je pense qu’en d’autres temps, quelqu’un se souviendra de nous », et cette grande poète ne serait pas déçue de voir qu’« après le soleil couché, [quand] la lune aux doigts de rose éclipse tous les astres », nous sommes nombreuses à capter « les mots que nul ne peut entendre ni redire, que la nuit aux mille oreilles répète à travers les flots » (8).

Notes

1. Édith Mora, Sappho, Paris, Flammarion, 1966, p. 200. La strophe sapphique est compose de trois vers de onze syllabes et d’un quatrième de cinq syllabes.
2. Encyclopœdia Universalis, Vol. 20, Paris, 1980, p. 1871.
3. Mora, op. cit., p. 10.
4. Judy Chicago, Catalogue du Dinner Party, Montréal, Ministère des Communications, p. 66.
5. Les Grands événements de l’histoire des femmes, op. cit., p. 30.
6. Lucienne Mazenod et Ghislaine Schoeller, Dictionnaire des femmes célèbres - de tous les temps et de tous les pays, Paris, Robert Laffont, p. 761.
7. Marie-Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre femmes, Paris, Odile Jacob, 195, p. 20.
8. Mora, op. cit., p. 359.

Mis en page sur Sisyphe le 29 août 2003.

AUTRES EXTRAITS

« Courtepointe de l’amitié entre femmes »

« Hildegarde Von Bingen, la conscience inspirée du XIIe siècle »

« Quand les femmes se savent capables de tout »

Extrait du livre d’Élaine Audet, Le Cœur pensant. Courtepointe de l’amitié entre femmes, Québec, Le Loup de Gouttière, 2000.

On peut se procurer ce livre dans les bonnes librairies ou le commander à l’adresse sur cette page.
Il est distribué en France par la Librairie du Québec, 30 rue Gay-Lussac, 75005 Paris. Courriel : liquebec@noos.fr


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • Sappho, l’amour et la poésie
    (1/1) 2 juin 2012 , par Crab2 Crab





  • Sappho, l’amour et la poésie
    2 juin 2012 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Les marieurs du 115

    Une découverte scientifique sans précédent, des chercheurs ont pu délimiter chez des Homos sapiens-sapiens la zone responsable de leur homophobie

    Suite page :
    http://laicite.over-blog.com/article-les-marieurs-du-115-106239426.html


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin