| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Polytechnique 6 décembre 1989

| Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  



                   Sisyphe.org    Accueil                                                         







dimanche 16 décembre 2007
La diffamation peut être de la violence psychologique

Diffamation=violence psychologique et, quand la diffamation se fait à répétition contre les mêmes groupes ou personnes, elle peut devenir du harcèlement psychologique.

Cybersolidaires dénonce à juste titre la violence faite aux personnes "travailleuses du sexe". Ce qui n’empêche pas ce site de recourir à la violence psychologique et morale à l’égard de celles qui ne partagent les motifs de son militantisme, c’est-à-dire la décriminalisation de la prostitution, des proxénètes et des prostitueurs. L’encadré ci-dessus le démontre. Cybersolidaires se livre à la diffamation en affirmant que l’abolitionnisme signifie violence aux "travailleuses du sexe". Les abolitionnistes luttent, en réalité, pour la décriminalisation totale des personnes prostituées et pour un monde sans prostitution. Elles/ils voient la prostitution comme de la violence en soi et une institution patriarcale au service du libéralisme économique et politique. Institution qu’il faut remettre en question comme on remet en question les autres instruments du patriarcat contre les femmes.

Cybersolidaires peut bien essayer de détourner l’attention publique des véritables auteurs de la violence à l’égard des personnes prostituées - qui sont les proxénètes, les "clients", les trafiquants, les intermédiaires de toutes sortes, y compris les médias qui soutiennent les industries du sexe, nous le rappellerons sans relâche. La violence contre les personnes prostituées découle principalement de l’acte de prostitution lui-même et de tous ceux qui en tirent profit : proxénètes, clients, trafiquants, intermédiaires.

Oui, modifions les lois pour éliminer toute forme de criminalisation des personnes prostituées, mais criminalisons ceux qui les exploitent, les prostitueurs, les proxénètes, les trafiquants.

Micheline Carrier

Le 17 décembre 2007



Partagez cette page.
Share



Commenter ce texte
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

*    Nous suivre sur Twitter ou en créant une alerte Sisyphe dans les Actualités de Google.

© Sisyphe 2002-2014




Chercher dans ce site
Lire les articles de la page d'accueil


LES AUTRES BRÈVES
DE CETTE RUBRIQUE


dimanche 24 juin
Lettre à Daniel Paillé, chef du BQ, au sujet de la déclaration de la députée Maria Mourani sur le Grand prix de Formule 1 à Montréal
mardi 15 novembre
Legault et la CAQ - Tout ce caquetage pour si peu
mardi 8 novembre
Prostitution = violence - Imitons les féministes françaises
samedi 10 janvier
À propos de Sisyphe
dimanche 16 décembre
La diffamation peut être de la violence psychologique

Comparaison un peu simpliste de Christine Delphy
vendredi 30 juin
Mozart et l’éléphante en deuil








> La diffamation peut être de la violence psychologique
17 décembre 2007, par Maîtresse Nikita



> La diffamation peut être de la violence psychologique
17 décembre 2007, par Maîtresse Nikita   [retour au début des forums]
Les Putes

mais comment peut on ne pas se rendre compte que vouloir abolir la prostitution est une violence pour nous prostituéEs ??!! cela revient à vouloir nous abolir en nous "réinsérant" de force !!
Nous, prostituéEs, refusons cette violence et la combattons.
Au lieu de nous insulter vous feriez mieux de sortir de vos tours d’ivoire et de travailler avec nous à la mise en place d’un statut pour que nous puissions justement travailler dans de bonnes conditions et faire valoir nos droits et ainsi lutter efficacement contre les violences que nous pouvons être amenéEs à rencontrer.
C’est justement en nous faisant passer pour des victimes que vous perpétuez la stigmatisation dont nous sommes l’objet.
Maîtresse Nikita
Les Putes
Paris, france

[Répondre à ce message]

http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Page d'accueil |Admin