| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 4 octobre 2007

Une comparaison réductrice de Christine Delphy

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Racisme systémique : sortir de l’idéologie victimaire
Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement





THEMES ABORDES :

Delphy, Afghanes, burqa, accommodements raisonnables, Québec

Je sais que j’en heurterai plusieurs en me permettant de critiquer une icône du féminisme, une chercheuse et une femme que j’ai admirée par ailleurs sous d’autres aspects, mais je ne puis passer sous silence certains propos que j’estime réducteurs.

Dans une entrevue qu’elle a accordée au Devoir, le 1er octobre 2007, la chercheuse féministe française, Christine Delphy, a déclaré au sujet des consultations sur les "accommodements raisonnables" au Québec :

« Je suis contente. Je voudrais que l’on se pose aussi la question du port du talon haut. Le nombre de chevilles tordues, si vous saviez... 80 % des patientes des podologues sont des femmes », dit-elle avec la plus grande ironie avant de poursuivre : « On peut s’inquiéter du fait que les sikhs portent de petits poignards, mais personne ne s’alarme de savoir que les adolescents transportent des armes à feu et tirent sur d’autres dans les écoles ! »

Je trouve cette réflexion un peu simpliste. Le symbole véhiculé par le port du voile, souvent imposé par des hommes à des femmes - et qui n’a pas son équivalent pour les hommes dans les cultures qui l’imposent (ce qui est en soi significatif) - ne se compare pas au symbole du port de souliers à talons hauts, que nous sommes libres de ne pas porter sans être menacées de représailles. Et une cheville tordue n’équivaut pas aux coups, blessures et menaces de mort que certaines subissent parce qu’elles ne portent pas le foulard ou le voile tel qu’il est prescrit. Cette sorte d’ironie a pour effet d’éluder et de ridiculiser une réflexion sérieuse sur le sens du voile, souvent imposé à des enfants dans certains pays. Presque tous les jours, nous recevons des messages au sujet de femmes de différents pays (y compris la France) qui sont menacées de représailles si elles refusent de porter le voile.

Pourquoi est-il si dangereux pour certaines de refuser de porter ce voile si le port du voile relève simplement de "la liberté de conscience" ? La "conscience" des femmes iraniennes, par exemple, qui défient le gouvernement en ne portant pas un voile ou foulard "réglementaire", et qui sont emprisonnées, qu’est-ce qu’on en fait ? Ce genre d’argument se compare au discours des défenderesses de la légalisation de la prostitution qui invoquent le "libre choix" de se prostituer, alors qu’on connaît les conditions qui conduisent à la prostitution à un âge aussi jeune que 12 ou 13 ans - des conditions qui sèment le doute sur l’existence de ce fameux "choix". Quant aux armes à feu à l’école, il est absolument faux que personne ne s’en préoccupe au Québec et au Canada. Madame Delphy est mal renseignée.

Sur la question de l’Afghanistan, je crois que Christine Delphy a raison de dire que "le combat pour libérer les femmes afghanes a été instrumentalisé" (un mot - instrumentalisé - qu’elle semble particulièrement affectionner, ainsi que ses disciples québécois). Mais que penser de ce passage : « Il vaut mieux porter une burqa et être en sécurité et pouvoir manger. Il faut savoir établir les priorités, et ce sont ces femmes-là qui doivent le faire » ? Avec une burqa, les femmes mangeaient-elles plus et étaient-elles davantage en sécurité sous les Taliban ? D’ailleurs, elles la portent encore dans plusieurs régions de l’Afghanistan, et pas toujours par choix.

Ce n’est pas parce que les Américains et autres Occidentaux ont eu tort de faire la guerre en Afghanistan (et en Irak et ailleurs) pour s’approvisionner en pétrole que les Taliban ont (eu) raison de vouloir enfermer les femmes dans un vêtement qui limite leur déplacement et symbolise le contrôle des hommes sur leur corps et sur leur droit à l’existence même. Et les mariages forcés ? Et l’exclusion des filles de l’école ? Et la lapidation ? Et l’absence de liberté sexuelle ? Ce ne sont pas les Américains qui les ont inventés. L’association RAWA, composée de femmes afghanes, a bien documenté la situation de ces femmes sous les Taliban.

« Pour elle, c’est détourner l’attention de ce dont il faudrait réellement se préoccuper : le bien-être des femmes », écrit la journaliste du Devoir. Le bien-être des femmes ne commence-t-il pas par le droit de circuler librement, sans être escortée obligatoirement par des hommes pour le moindre déplacement, en s’identifiant comme personne, comme femme, non comme fantôme ambulant, sans être violée ou lapidée en guise de représailles si on déroge au code vestimentaire imposé pour cacher ce corps qui dérange tant ?

- Texte de l’entrevue de Christine Delphy au Devoir : « Un féminisme devenu sage », Le Devoir, 1er octobre 2007.

- Et voici comment La Tribune de Genève commente cette entrevue.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 octobre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • loi anti-voile
    (1/8) 8 mai 2008 , par

  • > Une comparaison PAS réductrice de Christine Delphy
    (2/8) 5 avril 2008 , par

  • > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
    (3/8) 21 octobre 2007 , par

  • > Une féministe déçue
    (4/8) 12 octobre 2007 , par

  • Quel est le sens du voile ?
    (5/8) 8 octobre 2007 , par

  • Je dirai même plus...
    (6/8) 4 octobre 2007 , par

  • > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
    (7/8) 3 octobre 2007 , par

  • Texte d’une spécialiste de l’Afghanistan
    (8/8) 2 octobre 2007 , par





  • loi anti-voile
    8 mai 2008 , par   [retour au début des forums]

    Madame Carrier,

    Nous avons bien assisté ces dernières années à une campagne de désinformation et de haine anti-musulmans, dont la loi anti-voile fait partie. Je ne reviendrai pas sur les arguments de Christine Delphy, que je ne partage pas en totalité, mais je la rejoins dans sa conclusion selon laquelle l’intention de cette loi est discriminante.

    Les témoignages de musulmanes étant contradictoires, à condition bien entendu de tous les prendre en compte et de ne pas y accorder de crédibilité à géométrie variable, les études portant sur les statistiques raciales et religieuses étant interdites en france, vous n’avez donc aucune preuve qu’elles sont toutes contraintes de porter le voile. Et il n’existerait ne serait ce qu’une seule musulmane libre de son choix en france que toute votre théorie pour justifier la loi anti-voile tomberait à l’eau.
    Enfin, en supposant que vous disposiez d’informations secrètes sur l’obligation du port du voile, elles ne représenteraient qu’une tendance, majoritaire ou minoritaire peu importe, et non l’ensemble de la communauté musulmane de france.

    Mais de toute manière, lorsque les musulmans veulent imposer le voile à leurs filles mineures en france, ils sont dans leur droit le plus strict. Le droit à l’autorité parentale accorde à tous les adultes la possibilité d’éduquer et notamment de décider de la tenue vestimentaire de leurs enfants comme bon leur semble, et cela même de façon discriminatoire. Tant que ce droit n’atteind pas le stade de l’abus et tant que la justice ne s’est pas prononcée autrement, le voile demeure un symbole religieux et démocratique et ne peut être assimilé à une violation des droits de l’enfant. Tout comme chaque citoyen est libre de refuser d’accueillir un noir à son domicile, d’avoir une relation sexuelle avec un maghrébin ou d’adresser la parole à un asiatique, les musulmans peuvent traîter leurs garçons et filles de façon distincte, ce qui est le cas d’ailleurs de toutes les familles du monde à des degrés différents selon les cultures. Il existe des libertés fondamentales et prioritaires telles que le droit à la propriété privée, le droit de disposer de son corps et celui traîtant du sujet, l’autorité parentale, qui dépassent les questions d’éthique et de morale.

    Si les jeunes musulmanes refusent de le porter contre l’avis de leurs parents, cela ne donne évidemment pas le droit à ces derniers d’user de n’importe quel moyen pour arriver à leurs fins, et certainement pas de la violence physique. Nous en arrivons donc au problème des menaces et représailles dont vous avez parlé. C’est là que votre argumentaire devient particulièrement préoccupant, car il repose entièrement sur un préjugé et une généralisation du comportement des hommes musulmans envers leurs filles, soeurs et femmes voilées. Vous nous dites que toutes les femmes voilées, sans exception, sont menacées, battues, lapidées etc.....si elles tentent de l’enlever ou même d’exprimer une hostilité. En somme, vous faites de tous les hommes musulmans dont les membres de la famille de sexe féminin sont voilés des criminels potentiels, avant même qu’ils aient commis un délit et une fois de plus, en l’absence totale de preuve, sous prétexte qu’il existerait des cas individuels tels que vous les décrivez. Or, lorsque l’on porte des accusations aussi graves qui relèvent de l’infraction pénale envers toute une population en raison de sa confession, outre la question de la présomption d’innocence, la moindre des choses est, me semble-t-il, d’apporter un minimum de preuves de sa culpabilité. Il ne suffit pas de dire que des exemples existent pour en déduire que toutes les femmes voilées sont violentées et tous leurs frères et maris des criminels en puissance. C’est ce que l’on appelle un raccourci, et plus précisément une généralité et un préjugé, soit de l’intolérance. Cela pourrait même, en termes juridiques, frôler l’incitation à la haine raciale ou le délit de diffamation.

    Autre chose que je ne comprends pas. Si vous appliquez cette loi à tous les services publics, comme certains défenseurs de la loi l’avaient fort logiquement préconisé, pourquoi n’interdit on pas aux femmes voilées d’accéder aux bureaux de postes et ainsi les empêcher de retirer de l’argent de leur compte ? Pourquoi n’interdit on pas l’hospitalisation des musulmanes voilées ? Pourquoi ne leur interdit on pas l’utilisation des transports en commun ?

    Enfin, si le voile est synonyme de violences, crimes, danger, risques, et si c’est systématique à toutes les musulmanes voilées, il n’y a aucune raison d’établir une frontière entre l’école et l’extérieur. Cette loi devrait être étendue à tout le territoire français car il ne s’agit plus cette fois de défendre la laïcité mais de sauver des vies.

    Tous ces points obscurs n’ont jamais été abordés. J’ai suivi et été attentive à tous les débats et je peux certifier que rien de tout cela n’a été discuté. Rien d’étonnant en soi, dans la mesure où les émissions ont été organisées de façon à ce que les anti-voile n’aient pas de contradicteur, ou du moins pas de contradicteur qui pose les bonnes questions.

    Tout cela pour vous dire que quelles que soient les conditions des musulmanes, même dans le pire des cas que vous avez exposé dans votre note, celui de la musulmane contrainte, menacée et battue, cette loi n’est ni légitime ni cohérente. Elles sont déjà protégées dans le code pénal contre ces violences. Par conséquent, rien ne justifie une loi prétendument préventive de restriction des droits de tous les musulmans, qui les pénaliserait tous, sous prétexte de violences qui n’ont été mesurées et constatées que partiellement et non à l’échelle de la communauté entière.

    • Quel rôle pour les parents ?
      11 mai 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Vous dites que les musulmans sont en droit d’imposer le voile à leurs filles mineures et de décider de la tenue vestimentaire de leurs enfants comme bon leur semble, même de manière discriminatoire.

      Au fur et à mesure que les enfants grandissent et entrent dans l’adolescence, ils deviennent de plus en plus autonomes de leur famille. Les pairs et la société en général prennent de plus en plus d’importance pour ces enfants qui sont en train de devenir adultes.

      On n’impose pas les mêmes choses à un petit enfant qu’à un-e adolescent-e en route vers une autonomie tout proche. Si les parents ont effectivement encore de l’autorité sur leurs adolescents, celle-ci ne peut s’exercer sur tous les aspects de la vie quotidienne de jeunes qui doivent prendre de plus en plus de responsabilités pour eux-même, qui pour certains travaillent déjà.

      De plus, même si cela est controversé, l’égalité entre homme et femme est une valeur forte dans nos société et que je considère comme universelle, même si cela est controversé. De nombreuses femmes dans des pays non occidentaux se battent aussi pour cette égalité. Il est trop facile de nier l’universalité d’une valeur, quand cette négation sert à protéger les privilèges de la moitié masculine de la population mondiale. Par exemple, l’égalité entre hommes et femmes est inscrite dans la Constitution de mon pays, la Suisse.

      Ces adolescentes vivent dans notre société, elles y ont grandi, elles sont à une âge où elles vont prendre des décisions par rapport à leur études, leur avenir professionnel, leur avenir tout court. Elles sont aussi en droit, même si pas encore majeures, de décider de manière autonome si elles veulent porter le voile ou non.

      Pensez-vous que l’autorité parentale autorise les parents de disposer du corps de leurs filles ? En effet, forcer quelqu’un de couvrir celui-ci alors que cette personne est en pleine capacité de s’occuper de son propre corps, ce qui est le cas pour une adolescente, n’est-ce pas un abus ?

      Enfin, concernant votre dernier paragraphe, ce n’est pas parce qu’on parle d’une problématique touchant plus particulièrement certaines personnes d’une religion, qu’on diffame l’ensemble des personnes se disant de cette religion. Il est trop facile de tenter d’étouffer la dénonciation de certains problèmes en criant à la diffamation et à l’intolérance.

      [Répondre à ce message]

      • > Quel rôle pour les parents ?
        13 mai 2008 , par
          [retour au début des forums]

        On ne traîte pas un bébé comme un pré-pubaire et encore moins comme un adolescent, uniquement pour des raisons psychologiques, afin d’éviter que la désobéissance de l’enfant se transforme rapidement en rebellion puis en révolte incontrôlable, mais aussi afin de récompenser l’effort, la maturité, la responsabilité. Cette éducation passe généralement par un changement de règles adaptées à l’esprit de l’enfant dans le but de le faire évoluer durant toute sa croissance, sans que pour autant cela n’altère ce droit à l’autorité qui reste le même quel que soit l’âge, tant que l’enfant n’est pas adulte et n’a pas quitté le domicile familial.

        Un parent a donc tout à fait le droit d’imposer la même chose au poussin, au cadet et à l’aîné. Si la plupart du temps cela ne se passe pas ainsi, c’est par choix personnel et non parce que la loi l’interdit.

        Vous voyez bien que les musulmans de france peuvent imposer le voile à leurs filles, puisque vous pensez qu’ils le font tous ; et pourtant aucun d’entre eux n’est poursuivi par la justice pour ce fait, preuve que cela ne constitue en rien un abus.
        Renseignez vous, c’est la loi française, pas mon opinion.

        Enfin, concernant votre dernier paragraphe, le problème vient du fait que Madame Carrier et bien d’autres ne se contentent pas de cibler les vilains et les méchants. Elle porte bien une accusation générale envers l’ensemble des hommes musulmans puisqu’elle affirme que le port du voile est automatiquement lié à des menaces, violences et représailles, et justifie ainsi sa position anti-voile. Cela veut bien dire que tous les hommes musulmans dont les femmes sont voilées sont des criminels. Je n’étouffe rien du tout, je ne fais que rapporter ses propos texto. Si une généralisation sur une population ne peut être la définition d’intolérance, je ne sais comment l’appeler autrement.
        Il est trop facile d’occulter un racisme en niant des propos explicites tenus dans les commentaires précédents.

        [Répondre à ce message]

    > Une comparaison PAS réductrice de Christine Delphy
    5 avril 2008 , par   [retour au début des forums]
    Une comparaison réductrice de Christine Delphy

    Vous comprenez peu les enjeux. Il s’agit là de situer localement les exemples de Delphy. Vous utiliser un élément rhétorique communément approuvé, soit de prendre des exemples décontextualisés (des femmes iraniennes par exemple) pour appuyer votre point. Écoutez, le féminisme à besoin de critiques, mais celles-ci doivent être humble et se fonder sur une réelle réflexion non pas d’un jugement hâtif dont le but est de remettre à sa place une personne dont nous considérons les propos offensants.

    > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
    21 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Lire également : Les dangereuses thèses de Christine Delphy, par Françoise Causse.

    > Une féministe déçue
    12 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Bravo, Micheline. J’ai été moi aussi déçue par cette femme que j’admirais tant et qui nous a tellement nourries autrefois. J’ai même trouvé comme un parfum de démagogie dans ses propos ; et au lieu d’une analyse de la situation actuelle, des "drôleries", des pirouettes, des réflexions réductrices...Et surtout, surtout, rien de nouveau.
    Andrée Yanacopoulo

    Quel est le sens du voile ?
    8 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    (...)« Quel est le sens du voile ? Même des lycéennes, faisait observer André Gluksmann, savent que leur voile est tâché de sang, tâché du sang de tous les femmes, qui, de Paris aujourd’hui à Kaboul, sont traitées de "putain", persécutées, battues, égorgées parce qu’elles refusent de le porter.

    « Quel est le sens du voile ? Les musulmans pratiquants savent fort bien que c’est de soutenir la loi islamique, la charia, qui prône le port du voile non seulement par pudeur mais pour se distinguer des non-musulmans.

    « Quel est le sens du voile ? Pour toute une personne "ignorante" (ou non) de l’islam, c’est le "symbole" simple à comprendre de l’inégalité en droit des femmes, un symbole que même les analphabêtes peuvent comprendre, un symbole fait pour être compris même par les analphètes, et qui veut dire : "ici règne la loi qui fait des femmes des inférieures, devant cacher leur corps, voici cette femme qui obéit à cette loi et bientôt ce sera à toi, la putain qui refuse de rester à ta place, d’y obéir". Ce message outrageant pour les femmes et pour la République et son principe d’égalité, est simple à comprendre.

    « Le voile est un symbole facile à comprendre par toute personne et choisi par les "islamistes" pour sa simplicité. En bon propagandistes, les musulmans militants savent que "le viol des foules par la propagande politique" passe par l’utilisation de tels symboles. (...) »

    (Extraits d’un message à la fin de cet article).

    Je dirai même plus...
    4 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Cet article me paraît avoir fort bien répondu, à la fois en ce qui concerne le caractère imposé du comportement ici concerné, et les enjeux en cas de refus ; et pour le reste je préfère que ce débat, s’il se poursuit, soit alimenté par des femmes. Mais ce qui me terrifie -et ne me paraît pas seulement réducteur, et simpliste- c’est le positionnement intellectuel de Christine Delphy, tant il peut en toutes circonstances (et soit dit sans procès d’intentions envers elle) faire le jeu de l’oppression.

    Sommairement résumé -et j’emprunterai ici à la salutaire ironie de Jankelevitch : parlons de tout... parlons de rien... DONC : parlons d’autre chose !!!

    Bien cordialement

    Luc Nemeth

    > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
    3 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Evidemment, on ne peut tolérer qu’une femme soit forcé à porter un foulard, très peu nieront cette évidence, y compris Christine Delphy.

    Je n’ai qu’une seule question à poser à Micheline Carrier (mais répondra-t-elle) : une femme portant de son propre chef un foulard (et heureusement, cela correspond à la majorité des cas) peut-elle le faire ? si c’est son choix seule, trouveriez-vous que c’est son droit le plus légitime ?
    Merci

    • > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
      3 octobre 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Mais oui, Téméraire, je réponds (et je signe).

      Je ne suis pas la police du voile, de la burqa ou du foulard. Je n’empêche personne de le porter, mais je me réserve le droit de me demander si elle le fait librement et d’analyser le sens de ce symbole. Comme C. Delphy parlait des femmes Afghanes dans l’entrevue, ce sont ces propos que je commentais. Ces femmes ne sont pas libres de s’envelopper de la tête au pied, avec à peine une petite fenêtre pour le yeux et la respiration. Si on me dit que certaines y voient un moyen de protection, je dis encore qu’elles ne sont pas libres si elles doivent cacher ainsi leur corps pour se protéger.

      Si on parle du port voile au Québec, je pense que certaines le portent pour des raisons identitaires, d’autres des raisons religieuses, mais elles ne le portent toutes sans influence extérieure. (J’ai passé quelques heures à jaser avec l’une d’elles dans la salle d’attente d’une urgence hospitalière la semaine dernière). Je partage la position du CSF (du moins ce que j’en connais jusqu’ici, j’analyserai son avis plus tard), à savoir que les agents et agentes de l’État ne devraient pas afficher des signes religieux dans l’exercice de leurs fonctions. Ils n’ont pas aussi à se voir imposer les croyances religieuses de tout un chacun dans l’exercice de leurs fonctions (ex. : les examinatrices de permis de conduire ou les policières). Pour le reste, je crois que nous devons tendre vers une société laïque dans toutes ses institutions et que c’est le seul moyen de faire co-habiter pacifiquement les gens de toutes cultures et de toutes religions. Les institutions laïques étant la souche commune. Les rubrique "Voile et foulard" et "Démocraties et laïcité..."sur Sisyphe indiquent un peu ma tendance...

      [Répondre à ce message]

      • > Une comparaison réductrice de Christine Delphy
        20 octobre 2007 , par
          [retour au début des forums]

        Pour ma part, je trouve que la réaction de Mme Carrier est parfois de mauvaise foi, en ce qui concerne les intentions de Christine Delphy. Quand celle-ci parle de l’intéret que les gens portent sur le voile, elle ne parle pas de l’Afghanistan, comme le prétend Micheline, mais de la France, des médias et des gouvernants français.
        En effet, ceux-ci se révèlent être préoccupés par le sort des femmes, alors qu’ils n’en n’ont pas vu l’intérêt avant (pas de réelle politique contre les violences faites aux femmes, pas d’égalisation des salaires...).
        Ce que dénonce Christine Delphy en ironisant, c est le fait, sous couvert d’une pseudo politique pour le droit des femmes, d’avoir pris une mesure xénophobe concernant les filles musulmanes. Ca ne veut pas dire qu’elle nie l’oppression que certaines peuvent subir, loin s’en faut. Mais elle dénonce l’alibi de la lutte contre l’oppression subie par les femmes, utilisée par des politiques qui nous démontrent chaque jour leur vision neo colonialiste, et sexiste de la société.

        enfin, Mme Carrier rapproche le libre choix évoquée par des femmes voilées à celui de certaines prostituées ayant librement choisies. Je suis tout à fait d’accord avec cette comparaison en revanche pas dans la même finalité. Elle défend alors l’idée des femmes victimes, opprimées sans liberté de penser, de choisir. Il ne s’agit pas de dire que ce ne soit pas la majorité des cas, nous sommes d’accord la dessus, en revanche, elle ne reconnait pas le droit de choisir de ces autres femmes, minoritaires, qui ont décidé, et ce la se respecte, de porter le voile ou de se prostituer.
        Bien entendu, le combat des femmes afghanes doit être soutenu, il s’agit d’un autre espace géographique et d’une autre réalité que l’on ne niera pas ici.
        Le débat doit être mené en France. Qu’est ce que signifie féministe quand on n’accorde pas à des femmes croyantes le droit de se rendre à l’école avec le voile correspond à leur croyance ? Qu’est ce que cela signifie d’être féministe et d’appuyer une loi clairement islamophobe sous pretexte qu’on lui a apposé l’étiquette "contre l’oppression des femmes" ?
        Ce que veut dire Christine Delphy en parlant du bien être des femmes, c’est que si réellement nos politiques en étaient préoccupés, ils trouveraient des lois beaucoup plus importantes pour le sort de toutes les femmes, ils nous ponderaient pas une loi concernant seulement une partie des femmes et qui au final serait une loi qui irait contre la réelle volonté de certaines musulmanes. On infantilise encore les femmes quand on prétend que même en se croyant libre de porter le voile ou de se prostituer elles sont opprimées, elles n’ont pas choisis, elles ne sont pas à même d’être lucides sur leur situation.

        pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus sur la position de Christine Delphy sur ce sujet et bien d’ autres :
        http://www.teluq.org/webdiffusions/cdelphy_111007.html

        [Répondre à ce message]

    Texte d’une spécialiste de l’Afghanistan
    2 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    « Ce n’est pas Malalai Joya ni Maria Bachir que l’on invite en France, ni en Europe, leurs voix sont étouffées jusqu’ici. Le ministère de la femme et toutes les institutions représentant officiellement les femmes ont le plus grand mal à fonctionner à cause de la force de préjugés patriarcaux et à présent islamistes (cet islam politique particulier à l’Afghanistan, plus près de l’Arabie saoudite que de l’Iran) qui n’autorisent pas la présence active et revendicatrice des femmes dans l’espace public. » (« Un constat désespéré de Sarajevo à Kaboul », par Carol Mann, chercheuse en sociologie).

    Voir aussi la rubrique de Sisyphe sur les femmes afghanes et la rubrique Femmes du monde.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin