| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 23 août 2007

Un Québec sans prostitution est possible : la CLES au Forum social québécois






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Les féministes abolitionnistes ont le droit de s’exprimer sans être dénigrées
Inspirée par l’expérience des femmes face à l’exploitation sexuelle, la CLES se donne un plan d’action
« Pole position Québec » - Net recul pour les femmes
Réponse à l’appel au boycott de la CLES lancé par le groupe Stella
La prostitution comme violence envers les femmes
Agir contre l’exploitation sexuelle
La CLES dit NON à la violence de la prostitution
CLES says NO to the violence of prostitution
Montréal peut et doit lutter contre l’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes
Prostitution : les limites du consentement (Rhéa Jean)
Un Québec sans prostitution est possible
« Etre abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle » (Rencontre avec Rhéa Jean)
La CLES interpelle les partis en campagne électorale
La Concertation de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue
Enjeu électoral : Faut-il mettre les prostitueurs à l’abri du Code criminel ?
Doit-on éliminer la prostitution du Code criminel canadien ?
Lettre à M. Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, au sujet de la décriminalisation de la prostitution
Feu vert aux "pimps" ?
Non à la banalisation de graves formes de violence faites aux femmes : rencontre avec Melissa Farley
Conférence sur l’exploitation sexuelle des femmes et des filles, par Indrani Sinha
Un regard alternatif sur la prostitution : conférence de presse du 19 mai 2005
Pour un monde libéré de la prostitution
De la répression à la responsabilisation face à la prostitution. Conférence de Gunilla Ekberg







Communiqué

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) invite la population à discuter de l’abolition de la prostitution au Forum social québécois, à Montréal.

Samedi le 25 août 2007
*11h00 à 13h00*
Salle DS-R520
Pavillon J.-A. DeSève de l’UQAM
320, rue Sainte-Catherine
Montréal
Atelier organisé par la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)

La prostitution est indissociable de l’exploitation sexuelle et de la traite des femmes et des filles à des fins commerciales. Pour lutter contre la mondialisation, le militarisme et la montée de la misogynie qui légitiment la prostitution, la CLES propose une alternative au discours de banalisation de la violence subie par les femmes dans l’industrie du sexe au Québec. On accordera une large importance à la prévention de la traite au Québec, en éradiquant la prostitution comme violence envers les femmes et les filles.

ON VOUS Y ATTEND... pour débattre, pour entendre un autre discours, entendre la parole de femmes engagées dans la transformation sociale.

Un Québec sans prostitution est possible !

Nous rappelons aux participantEs du premier Forum social québécois qu’il ne peut être question de changer le monde si nous ne transformons pas la vie des femmes. C’est pourquoi confronter l’institution de la prostitution, ses liens avec l’oppression des femmes, son industrialisation, sa mondialisation, ses rouages, ses impacts sur la vie des femmes et sur la lutte pour l’égalité, etc., sont autant d’enjeux pour construire un Québec de justice, de paix, de solidarité, de liberté et d’égalité.

La prostitution, qu’elle se fasse dans la rue ou via des agences d’escorte, dans des salons de massages dits érotiques, bars spécialisés ou bordels, via la pornographie ou Internet, est indissociable de l’exploitation sexuelle et de la traite des femmes à des fins sexuelles, puisque la majorité des femmes dans la prostitution sont trafiquées par les réseaux de proxénètes en fonction des marchés créés par l’oppression sexiste dans les quartiers, les villes, les régions ou les pays ciblés.

La montée de la mondialisation, de la militarisation et de la misogynie s’accompagnent d’une propension néo-libérale à légitimer et légaliser la prostitution sous divers prétextes : répondre à une « demande » présentée comme naturelle, « protéger » certains quartiers résidentiels, contrer le crime organisé. On promet même de réduire la violence infligée aux femmes dans la prostitution. En fait, l’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes est affaire de profits énormes pour les proxénètes, la grande entreprise et ses médias et nos gouvernements.

La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle - une organisation communautaire regroupant des groupes de femmes, des universitaires et d’autres intervenantEs - croit que banaliser et multiplier la prostitution équivaut à légitimer la violence envers les femmes. Cette exploitation touche particulièrement les femmes doublement marginalisées (pauvres, racisées, migrantes, autochtones, adolescentes, victimes d’inceste et de viol, etc.).

Les femmes qui sont actuellement dans la prostitution méritent solidarité et respect. Il est urgent de leur assurer un accès équitable aux services sociaux et de santé. Nous dénonçons et luttons avec elles contre la violence dont elles sont victimes, comme nous le faisons pour toute violence envers les femmes. Toutes les femmes ont le droit de vivre dans un monde où l’on n’a pas à se prostituer pour survivre, pour tenter d’échapper à l’aliénation.

Nous refusons d’endosser la marchandisation du corps des femmes par les proxénètes et les prostitueurs ou d’avaliser le marché sexiste et raciste imposé par notre société. Et vous ? Endossez-vous le système prostitutionnel ?

Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle

QUELQUES PAS À FAIRE...immédiatement

* Les hommes doivent cesser d’acheter des femmes et des filles.

* Nous devons :


    - reconnaître que la prostitution est une forme de violence, d’exploitation et de domination des femmes par les hommes ;

    - réclamer une grande campagne d’éducation publique et scolaire pour contrer toute banalisation de la prostitution et du proxénétisme en insistant sur le fait qu’acheter des rapports sexuels n’est pas compatible avec une égalité de fait entre les femmes et les hommes ;

    - appuyer les organismes qui font un travail d’éducation, de prévention et de recherche d’alternatives à la prostitution ;

    - exiger que l’État québécois cesse de tolérer et de favoriser les crimes que sont le proxénétisme, la traite et le tourisme sexuel et l’achat de « services sexuels » par les prostitueurs en donnant le mandat aux corps policiers de poursuivre les proxénètes et les clients de la prostitution, y compris les entreprises médiatiques qui tirent profit du commerce de la prostitution dans leurs médias ;

    - demander que l’État exige des fonctionnaires et des parlementaires de ne pas acheter de « services sexuels » dans le cadre de leurs fonctions, sous peine de sanctions ;

    - pousser l’État à prendre des mesures concrètes pour que cesse, sur le territoire québécois, toute forme de criminalisation, de judiciarisation, de harcèlement systémique et de déni de justice aux femmes dans la prostitution, y compris les survivantes de la traite ;

    - exiger l’application réelle de la « Loi pour l’élimination de la pauvreté » et l’instauration de mesures essentielles pour permettre aux femmes d’échapper à la pauvreté (hausse du salaire minimum à un niveau permettant de vivre décemment, indexation et hausse des prestations d’aide sociale, politique de logement social bonifiée, refonte en profondeur du régime fiscal, mesures spécifiques d’accès à l’emploi pour les femmes autochtones et les femmes immigrantes, reconnaissance des compétences des femmes ayant obtenu des diplômes ailleurs, élimination du sexisme de la loi et des directives liées à l’immigration, etc.).

    - Pour en savoir plus : la_cles@yahoo.com ou visiter l’espace Web de la CLES.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 août 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Plan-Liens Forum

  • > Un Québec sans prostitution est possible : la CLES au Forum social québécois
    (1/1) 30 août 2007 , par





  • > Un Québec sans prostitution est possible : la CLES au Forum social québécois
    30 août 2007 , par   [retour au début des forums]
    http://www.passe-passe.org

    La prostitution... quelle sujet compliqué. Si (je pense) on peut avoir des opinions très différentes sur ce sujet, il y a une forme de prostitution où tout le monde (je pense, encore une fois) est d’accord pour l’abolir et donc de mettre tous les moyens en oeuvre pour cela, c’est la prostitution des mineurs. Malheureusement elle est toujours trop présente et il nous faut lutter ! Alors à vos stylos, écrivez aux responsables de votre pays pour qu’ils agissent, cela ne peut plus durer !

    Une petite pierre à l’édifice pourrait être de visiter ce site : www.passe-passe.org
    C’est un site de sensibilisation pour les jeunes aux risques de prostitution. Cela pourrait aider... A bon entendeur,

    • > Un Québec sans prostitution est possible : la CLES au Forum social québécois
      8 septembre 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Pourquoi limiter aux mineurEs notre analyse critique d’un système où la richesse permet aux hommes de se payer les "services sexuels" des pauvres ? Limiterait-on la violence physique ou sexuelle, la vente d’organes, la location d’utérus ou les conditions de travail inhumaines à leur application aux jeunes ?
      Mettre l’accent sur les privilèges et l’arrogance du "client" - et du proxénète qui l’alimente en chair aussi fraîche que possible - est une façon de rejeter et de dépasser la bien commode stigmatisation des personnes ainsi exploitées pour mettre l’accent sur une oppression qui n’a plus sa place dans une société que nous voulons égalitaire. On a beaucoup parlé des prostituées, mais il y a apparemment un tabou à jeter l’éclairage sur les prostitueurs, à limiter leurs "droits". Ils demeurent apparemment absents des dilemmes auxquels on fait allusion pour entretenir les prérogatives grandissantes de l’industrie du sexe, si profitable...

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin