| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 4 avril 2006

Caricatures de Mahomet : ça suffit, la complaisance et l’hypocrisie !

par Nadia Chaaban






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Laïques de tous les pays, mobilisez-vous" - Djemila Benhabib
Après Charlie : l’indispensable combat pour la liberté de conscience et d’expression
Je suis féministe, je suis Charlie
Islamophobie : mot employé par les mollahs contre des femmes iraniennes qui refusaient de porter le voile
Je suis Clarissa, je suis Elsa, je suis Hayat
Le blasphème, c’est sacré !
Où est-il, l’esprit de Charlie ?
Oui, je suis Charlie !
Charlie Hebdo - 4e anniversaire de la Révolution tunisienne sur fond d’attentats terroristes en France
« Nous sommes Charlie »
Caricatures de Mahomet - Le monstre est sorti de la bouteille
Caricatures du prophète Mohamed : la goutte qui fait déborder le vase
Je suis une dissidente de l’islam
Ensemble contre le nouveau totalitarisme
Combattre l’islamophobie et défendre la liberté d’expression
Vers la fin annoncée de l’héritage des Lumières ?
"Vous n’êtes pas européens, vous n’avez pas le droit de penser comme des Européens"
Une tempête pour des caricatures : les libertés ont connu des jours meilleurs







Lasna « khairu ummatin ukhrijat linnas » (1)

Il va falloir se regarder en face et se poser une question incontournable aujourd’hui : Quel monde voulons-nous pour nous-mêmes et pour nos enfants ?

Qu’est-ce qui fait qu’on se lève tous les matins et qu’on se recouche avec l’envie de continuer ?

Je fais partie de cette masse « dite silencieuse », pourtant je n’arrête pas de gesticuler dans tous les sens et, depuis bien longtemps maintenant, je ne suis pas silencieuse mais seulement « invisibilisée », car n’ayant pas de scoop à vendre à nos chers médias friands de faits divers de toute nature, spécialistes de la surenchère et de la mise à prix des têtes. Je ne suis victime de RIEN, pas de mariage forcé à clamer, pas de menace reçue, pas de prison dans mon palmarès, pas de torture, RIEN de sensationnel du moins, et pourtant j’ai beaucoup de chose à dire et surtout l’envie de déplacer des montagnes pour bâtir « un monde autre ».

Aujourd’hui, la crise qu’on traverse me semble grave, elle ne se situe pas sur le terrain du rationnel, mais sur quelque chose de mouvant et qui prend la forme qu’on veut bien lui donner.

Qu’est-ce qui vient de se passer et pourquoi les foules sont-elles déchaînées et contre qui en définitive ?

Mahomet a eu ses caricatures, mais toutes les religions y sont passées déjà. Jusque-là rien d’insurmontable. Là où il est, il n’en est pas à ça près.

Le recul est indispensable dans cette cacophonie, entre temps des évènements bien plus graves sont en train de se produire partout dans le monde dans une quasi-indifférence. Famines, guerres, occupations, tortures...

Posons-nous la question : à qui profite tout ceci ?

Trois chefs d’orchestre conduisent cette symphonie amère.

Bush et les xénophobes

Bush et ses acolytes, à qui on dresse un tapis rouge pour continuer leur projet destructeur et qui ont tout intérêt à ériger des murs. Les xénophobes de tous bords qui vont pouvoir recruter à tour de bras en brandissant leurs discours de haine et en légitimant leur propos par l’exhibition d’une image qui fait le tour du monde, une foule déchaînée contre un dessin.

Le caricatural réside aujourd’hui dans cette réponse disproportionnée, dans cette mascarade qui dure depuis des jours et des jours et qui, quelle que soit l’offense ou la blessure, ne sont pas explicables. En observant les images, je suis horrifiée par l’ampleur des frustrations. Je n’y vois pas seulement de la contestation, mais un cumul de frustrations et un ras le bol, un cumul d’humiliation et de soumission : humiliation subie au quotidien par les pouvoirs en place qui n’ont que mépris pour leurs peuples, blessure béate à court de « cicatrisant ».

Les fanatiques et les régimes arabes

Les deuxièmes chefs d’orchestre sont indéniablement les fanatiques de tout bord qui vont pouvoir asseoir leur méthode et conforter leur pouvoir.

Mais aussi, tous ces régimes arabes qui sont dans l’impasse aujourd’hui, qui traversent des crises, instrumentalisent et orchestrent même toutes ces manifestations afin de détourner et dévier les luttes, afin de faire paraître un faux ennemi comme le véritable danger qu’il faut attaquer. Entre temps, les Égyptiens ne demanderont pas de compte sur leur millier de morts qu’ils ne pourront même pas enterrer, les chômeurs continueront à sillonner les rues rêvant d’un ailleurs meilleur et le narguilé continuera à consumer les braises de tous les espoirs d’un peuple vivant par procuration.

Le ciel n’est pas plus dégagé ailleurs, dans nos contrées ; la Syrie, chantre de la censure et de la répression, où les manifestations sont interdites, libère ses rues et orchestre les foules, les détournant de leurs véritables ennemis, le pouvoir qui confisque leur liberté, qui muselle toute contestation depuis des décennies. Ailleurs, le même constat amer est à faire.

Un avortement thérapeutique à grande échelle est pratiqué à l’encontre des peuples, des pays où on pourchasse le soupçon d’embryon avant même qu’il ne voie le jour. On fait avorter les idées, la différence, la contestation, la créativité, la joie de vivre... et tout ceci sans anesthésie, bien sûr, les cris des avorté-es servant de repoussoir à ceux qui n’auraient pas encore compris que leur salut passe par leur silence.

N’oublions pas cet adage : « le désordre appelle à l’ordre » et l’instauration de cet ordre justifiera toutes les nouvelles restrictions. Tout ceci n’est qu’une mascarade superbement orchestrée et une attaque en règle contre la liberté d’expression qui représente leur pire ennemi, ne l’occultons pas.

Aujourd’hui, ils expriment collectivement leur volonté de maintenir leurs pays en marge de la modernité et de ce qui se passe dans le monde comme bouleversement et d’entretenir la répression et l’oppression.

Les populations prises en otage

Des populations prises en otage entre ces régimes arabes qui rivalisent de totalitarisme et des enturbannés qui minent toute la société, et même ceux qu’on désigne comme « modérés » ne valent pas mieux. Leurs turbans abritent la haine de la vie, ils se taisent lorsqu’il faut faire preuve de responsabilité car ce sont eux qui récoltent le plus derrière les semeurs de violence et derrière les arrogants qui méprisent les uns et des autres.

D’ailleurs, il ne me semble pas que les musulmans aient été pris à partie par les bouddhistes lorsque les talibans ont fait sauter les statues de Bouddha en Afghanistan et je n’ai pas vu non plus une seule dénonciation de la part de ceux qui s’autorisent à parler au nom de tous et se sont érigés en intermédiaire là où l’islam le proscrit.

Je n’ai pas vu pleuvoir leurs communiqués pour dénoncer tous ceux qui aujourd’hui contribuent à attiser les violences et les haines. Ils tiennent un discours tiède, justifiant l’absurde, ils sont bien plus soucieux de préparer au mieux leur propre offense. Ils avancent dans l’ombre de tous avec la bénédiction de tous les puissants de ce monde. Hier, ces derniers se sont affichés avec les moins fréquentables d’aujourd’hui, mais ils récidivent et ouvrent une nouvelle brèche afin de tailler un costume sur « mesure » prenant le risque de s’étouffer de nouveau et surtout risquant d’étouffer des hommes et des femmes qui n’aspirent qu’à une chose, VIVRE.

Un mouvement de libération des têtes, prises en étau par des turbans, serait salvateur en ce moment, aérer des cerveaux fossilisés par des inepties et luttant contre les désirs, les plaisirs et tout signe de vie. Mais ne rêvons pas, on est encore loin de cette ère.

Censure et répression

Les prisons arabes regorgent de prisonniers d’opinion, des textes sont en permanence censurés, découpés, revus et corrigés selon la volonté du prince, sans parler de toutes les demandes d’autorisation de publier ou ouvrir une radio libre qui atterrissent sur les bureaux des ministères de l’Intérieur et dont les auteurs reçoivent un refus non justifié. Au même moment, la presse arabe regorge de caricatures de juifs et de chrétiens, avec des amalgames et des allusions rivalisant de mauvais goût et à chaque parution, à ma grande surprise, ce fut le silence, un silence assourdissant.

L’argument de la politique du « deux poids deux mesures », brandi en permanence, fonctionne dans les deux sens. Le courage consiste aujourd’hui à se gratter le nez et d’en récurer les insanités aussi.

La quasi-totalité des médias sont à l’image des chefs d’orchestre, et des deux côtés de la méditerranée, les uns font dans le sensationnel, se désolidarisant de leurs confrères de l’autre côté, qui sont condamnés à faire les béni-oui-oui et à reproduire les dépêches européennes et communiqués officiels.

Le peu de gens qui font de la résistance passent plus de temps en prison que dans une rédaction et souvent ils abdiquent et jettent l’éponge devant les montagnes qu’ils doivent soulever. De toute façon, à quoi sert un journal qui ne peut être vendu librement ?

La responsabilité de l’Occident

À quand un sursaut en Occident aussi, qui lui permettra un jour d’écouter toutes ces voix étouffées qui rêvent de démocratie et de liberté ? Va-t-il continuer à faire une alliance avec les minorités opprimantes sans donner la parole à ceux qui luttent ?

C’est cette liberté-là que j’ai envie de porter, celle des jeunes qui ne rêvent que de départ et qui mettent en péril leur vie tous les jours, d’intellectuels muselés, de femmes ensevelies sous des couches « de cache-sexe » et travesties en sarcophages rivalisant avec ceux qui illustrent « les Jules Verne ».

Je n’ai plus envie de voir la peur sur les visages, la tristesse et la désolation ravager les sourires qui restent figés dans une posture hideuse, celle de la peur et de la soumission.

Je n’ai plus envie de voir un enfant chuchoter lorsqu’il fait un commentaire sur son environnement, ayant déjà intégré la peur et la paranoïa dans lesquelles il vit.

Je n’ai plus envie de taire mon envie de vivre, mon envie de gerber toutes les inepties auxquelles j’assiste et qui ont fini par tisser une toile autour de moi, je n’ai plus envie de taire mes désirs de liberté.

Je veux pouvoir mourir en ayant connu la liberté de dire, d’écrire, de chanter, de dessiner, de m’exhiber, de pleurer, de scander tout ce qui me vient à la tête sans crainte.

Le goût de la liberté

Je ne veux plus me censurer comme des milliers de gens aujourd’hui, de peur que les uns ou les autres s’en servent afin de créer de la haine et élever des murs. Ma seule préoccupation aujourd’hui est de soulever la véritable question, celle de la liberté d’expression, et au-delà, celle des libertés. Libertés aujourd’hui confisquées, détournées, muselées...

M’affranchir est ma seule revendication.

Les trois chefs-d’orchestre contribuent à un même projet, celui de réduire encore plus nos libertés, ils partagent le même idéal, celui d’apprivoiser les peuples et de les « cloner » à leur image.

J’ai envie de détourner les paroles de Ali Riahi (2) et de me les approprier afin de lancer un appel, ce chanteur qui, toute sa vie, a eu à faire face à l’intolérance et a résisté en chantant la liberté : « illi fat ma tfakkar fih - elmadhi ‘omro ma ‘o :d - elmustabl rahu lina - yakfik lahza :n - fi qalb jruh - a’tif ‘ala huznik ... »

« Ne pense pas à ce qui s’est passé - le passé ne revient jamais - l’avenir est pour nous - ça suffit, la tristesse et les blessures dans le cœur - aie pitié de ta tristesse... » Oui, il me semble qu’il est temps de se regarder en face et de nous poser la question fondamentale : Quel monde voulons-nous ?

Notes

1. Nous ne « sommes pas le meilleur peuple apparu sur terre. »
2. Chanteur tunisien homosexuel, mort au début des années 70.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 mars 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nadia Chaaban

Doctorat en linguistique. Militante féministe et associative, membre du Collectif National pour les Droits des Femmes (CNDF).



Plan-Liens Forum

  • La liberté au risque de la caricature
    (1/4) 1er octobre 2007 , par Internaute

  • Une piece de théatre
    (2/4) 16 novembre 2006 , par Tazanin

  • > Caricatures de Mahomet : ça suffit, la complaisance et l’hypocrisie !
    (3/4) 24 juin 2006 , par Internaute

  • > Caricatures de Mahomet : ça suffit, la complaisance et l’hypocrisie !
    (4/4) 30 mai 2006 , par sarie365

    rép: tisseyre françois




  • La liberté au risque de la caricature
    1er octobre 2007 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Bien, bien.. Vive la liberté ! vous avez raison chère Madame. Cependant chaque liberté doit avoir ses limites, ne pensez-vous pas ? C’est même l’une des différences fondamentales entre le monde animal (où domine la loi du "je suis fort je fais ce que je veux") et celle du monde civilisé où on tente de faire dominer la justice et le respect de l’autre. Le "respect". Ca vous dit quelque chose ? Cette vieille valeur désuette, issue d’un temps ’archaïque-oppressif-patriarcal’. C’est une autre logique. C’est : "je mesure mes actes en fonction de ses conséquences". Et non pas : "Je fais ce qui me plaît, quelles qu’en soit les conséquences".La première logique se soucie du bien-être de l’ensemble des hommes. La seconde se soucie de son bien-être personnel. On a vu plus fort comme humanisme.
    Salutations.

    Une piece de théatre
    16 novembre 2006 , par Tazanin   [retour au début des forums]

    Bravo Bravo
    Félicitation chere Nadia Chaaban .
    C’est vraiment sincere et significatif votre message .
    La dite caricature n’est en effet q’une piece de théatre orchestée par les chefs de fil du monde soit disant "musulman" que sont d’ une part les intégristes religieux et d’autes part les gouvernements impérialistes occidentaux et leurs alliés que sont les régimes totalitaires locaux et la victime de toute cette piece de théatre c ’est la verité et le sort des peuples qui sont opprimés et manipulés par les medias et les évenements ochestrés par ces chefs de file téls que les caricatures de Mohamet et bien d ’autres !!
    La paradoxe c’ est que la majorité des masses victimes ne sont toujours pas conscients de leurs destin et de leurs interet et en partriculier lorsqu’il s’git d ’une affaire se referant à la religion car cette majorité est encore manipulée par une conception réactionnaire et conservatrice de la religion qui s ’attaque à toute reflexion rationnelle et démocratique du monde et de la vie en général.
    Cette manipulation est malheureusement renforcée par le chovinisme et le soit disant " patriotisme" des forces et partis politiques du monde arabe qui pretendent etres moderés et democrates !!
    Ce processus d’alienation et de manipulation à debuter chez nous depuis l’éxcution du grand philosophe magrebin IBNOROCHD et l’ interdiction de ces oeuvres et ces idées modernistes et progresistes.
    La seule voie donc pour nous c ’est de lutter pour la valorisation et l’ emergence d ’une conception plus juste , moderne et rationnelle pour notre realité et notre monde et faire face à toutes ces théses obscurentiistes et réactionnaires qui manipulent nos peuples et susciter l’ interet de ces derniers pour s’interesser à leurs préocupations réelles telles que la pauvreté , la liberté et la democratie.
    Une autre fois merci chere Nadia.

    > Caricatures de Mahomet : ça suffit, la complaisance et l’hypocrisie !
    24 juin 2006 , par Internaute   [retour au début des forums]

    kountoum khaira ommatine oukhrijate linnass tamourouna balmarouf watnhawna ani almounkar.c un verset qui dit beaucoup de chose.si toi tu trouves normal ces maudits caricatures ns les musulmans c un acte de barbarie qui n’est pas digne d’un monde qui se dit civilisé et qui fais tort à notre religion.Mais sois sure l’islam continue sa marche vers l’avant car allah l’a promis et l’a dit ds notre saint coran wallaho moutimmoune nouraho walaw kariha lkafiroune.bigbos

    > Caricatures de Mahomet : ça suffit, la complaisance et l’hypocrisie !
    30 mai 2006 , par sarie365   [retour au début des forums]

    je trouve ce texte émouvants je vous félicite combattez vous aussi vous etes en democratie a ce que je sache


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin