| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mercredi 30 août 2006

CHANT D’ÉCORCE : une installation vidéographique de Suzan Vachon



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Joyeux Noël et Bonne Année 2014 !
"Je montrerai ce qu’une femme sait faire !" Artemisia Gentileschi
Joyeux Noël et Bonne Année 2012
chant [dans les muscles du chant], de Suzan Vachon, FIFA, 29e édition 2011, au Cinéma ONF, le samedi 26 mars, à 16h
Bonne Année 2011 !
Claire Aubin, artiste féministe québécoise
Bonne Année 2010 !
Une belle carte de Barbara Sala. Joyeux Noël 2008 et Bonne Année 2009 !
Genres : normes et transgressions - Cycle de films et séminaires, saison 2007-2008
Joyeux temps des Fêtes !
Art, Utopies et féminismes sous le règne des avant-gardes
Centre de caresses, aires d’apaisement et autres propos
Femmes, art et féminisme en France dans les années 1970
Francine Larivée et "La Chambre Nuptiale"
Les femmes artistes mobilisées dans le féminisme au Québec
L’artiste Sheena Gourlay et la prise de parole féministe
Artemisia Gentileschi, artiste peintre et femme libre
Un musée, 50 femmes
Arlette Dufour Lévesque, artiste




COMMUNIQUÉ

CHANT D’ÉCORCE :
Une installation vidéographique de Suzan Vachon

Beauharnois (Melocheville), le 19 juillet 2006 - Du 4 août au 1er octobre 2006, le Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson présente Chant d’écorce, une installation vidéographique de Suzan Vachon réalisée dans le cadre du projet Rives lumineuses - Lumière et mémoire, une initiative des Productions Projetto.

En présentant cette exposition, le Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson vise à décloisonner l’archéologie et à permettre à d’autres disciplines telles l’aménagement du paysage, le cinéma ou des installations artistiques, d’exprimer ce que leur inspirent les lieux archéologiques. L’expérimentation artistique du lieu et l’émotion de Suzan Vachon ont séduit la direction du Parc et l’ont convaincue de la pertinence de cette voie d’avenir.

Je suis prêt à m’embraser
Afin que tu puisses me voir
Sur la terre ferme
Afin que tu puisses me voir
Je suis prêt à m’embraser
Afin que tu puisses me voir

Je vais le faire apparaître
Ce qui est sous terre
Même si je dois l’exposer à la lumière

Chants Chippewa

L’artiste Suzan Vachon décrit son oeuvre comme étant :

« Une installation vidéographique en relation harmonique avec son lieu de diffusion, le Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson. Ainsi, l’oeuvre s’est développée autour d’une archéologie du site, de l’image et de l’objet : notamment, un artefact s’exposant majestueusement dans le lieu, une pirogue de 5 mètres de longueur, taillée à même un seul arbre, retrouvée au fond du lac Gour en 1986 et une séquence filmique des plus singulières, Danse indienne, premier film tourné au Québec en 1898 à Kahnawake par un opérateur des frères Lumière, Gabriel Veyre. À l’instar de ces vibrants artefacts, l’oeuvre se déploie en résonances stratifiées d’images excavées et reconstruites, projetées dans un espace scénographié d’écrans translucides et obscurs qui mettent à jour l’autrefois dans le maintenant.

Ainsi, à travers ce temps projeté, je m’intéresse aux images comme phénomène physique chargé d’incertitude, mais aussi comme espace de révélation : illumination ou image brûlée vive. De façon générale, je m’intéresse tout autant au tissu filmique qu’au scintillement vidéographique. À la pulsation, à la tactilité, à la vibration. J’observe attentivement ces phénomènes fugitifs déjoués ou dévoilés parfois par l’optique. Je regarde et défie directement ses éclipses. Par une lecture attentive et tellurique, je suis témoin de ses tressaillements, de son épuisement. Je tente d’excaver des figures que je refigure et qui rechantent leurs résonances en portant en elles des espaces de sens ».

Biké hatali haku
Venez sur la piste du chant

En guise de conclusion à l’exposition, Suzan Vachon donnera une conférence-rencontre intitulée En cela je voulais dire... autour de l’oeuvre, diffusée le 1er octobre, à 13h30 dans le cadre des Journées de la culture 2006. Elle nous entretiendra essentiellement sur cette oeuvre vidéographique, considérant le processus de création comme terrain de fouille, elle tentera d’excaver et de mettre en lumière certains espaces d’inspirations qui ont nourri son travail notamment le chant, la poésie amérindienne contemporaine et l’image cinématographique. En prenant la parole, elle désire faire entendre celle du lieu.

Remerciements
Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de la Conférence régionale des élus Montérégie Est et a été conçu par Anne Ardouin et coordonné par Pierre Beaudoin. Les Productions Projetto et l’artiste tiennent à souligner la précieuse collaboration de : Ginette Cloutier, directrice du Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson et son équipe, André Gaudreault, professeur-chercheur et Louis Pelletier, professionnel de recherche, GRAFICS de l’Université de Montréal ainsi que Vidéographe Production, Pierre Laniel, collaboration au montage image, Martin Hurtubise, collaboration au montage son, Carmen Jolin et Pierre Brault pour leur voix, Anh Tu Vu pour sa collaboration technique, Vincent Ranallo, conseiller en muséographie, Karine Lecompte, stagiaire en techniques de muséologie, Denis Pigeon Enr, rénovation de la salle, Suzanne Turgeon, assistance au tournage et François Côté, collaboration à la recherche sonore, Yves Labelle et Manon Labrecque pour leur amitié et leurs bons conseils, Jean-Louis Frund et Brigitte Bournival ainsi que Linda Phaneuf de la MRC de Beauharnois-Salaberry pour son appui.

Notes biographiques
Artiste interdisciplinaire, Suzan Vachon vit et travaille à Montréal. Elle enseigne depuis 1991 à l’Université du Québec à Montréal. Après des études en joaillerie avancée au Mexique et en techniques du verre, elle obtient un baccalauréat multidisciplinaire de l’Université de Montréal (études cinématographiques, arts plastiques, histoire de l’art) et une maîtrise en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal. Considérant sa pratique comme espace polyphonique de recherche, elle questionne certains rapports de résonance et d’interpénétration entre l’architecture et divers médias dont la sculpture, la vidéo, le cinéma, le son, la littérature et la photographie. Depuis 1993, elle a une pratique soutenue d¹intégration d’oeuvres permanentes ou temporaires à l’architecture. De façon générale, ses oeuvres témoignent d’un intérêt manifeste pour la mise en scène de la lumière et élaborent diverses stratégies de spatialisation de l’image révélée sur des écrans de nature différenciée et intégrant divers corps lumineux. Outre ces réalisations, elle a créé des médailles pour les Prix Léon-Gérin (1990), Paul-Émile-Borduas (1991) et Wilder-Penfield (1994) du gouvernement du Québec. Collaboratrice à plusieurs oeuvres vidéographiques, ses réalisations ont été en lice pour divers prix et ont été diffusées en de nombreux festivals internationaux notamment en France, en Espagne, en Italie et au Mexique.

- 30 -
Contact : Marie-Christine Nadon, agente de communication/marketing,
Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson - (450) 429-7857
Source : Productions Projetto, Anne Ardouin

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 juillet 2006.

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

   Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© Sisyphe 2002-2013
. | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin