| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 21 août 2012

Carnets de campagne #2 - Faire de la politique autrement - Vraiment ?

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Cabinet de Pauline Marois – À quand la parité ?
Les Carnets de Sisyphe - Le Barreau de Montréal a décerné aujourd’hui sa médaille à Me Christiane Pelchat
Carnet de campagne #5 - Aujourd’hui peut-être, un autre événement historique au Québec
Carnet de campagne #4 - Pourquoi Québec solidaire souhaite-t-il un gouvernement minoritaire ?
Carnet de campagne #3 - Carré rouge et caribou, symboles d’un certain sens des valeurs ?
Carnet de campagne #1 - Des hommes qui parlent beaucoup : Duceppe, Cardin, Barrette, etc.
Conflit étudiant - Quand le député de Sherbrooke voit rouge
Grève étudiante au Québec – Hypocrisie et mensonge
Politique - Des "effets de toge" pour tromper la population
Quand on tolère la violence misogyne pour accommoder l’extrémisme religieux
Le gouvernement Harper : danser sur les tombes
Que faut-il célébrer le 8 mars ?







Le Québec a beaucoup changé depuis la Révolution tranquille, mais pas beaucoup concernant le sexisme ordinaire. Je lève mon chapeau aux femmes de tous les partis qui ont le courage de poser leur candidature à des postes politiques. Il leur faut un double talent pour supporter le double standard. Toutefois, les talents d’oratrice et le ton des débats ne sont pas pour l’électorat les seuls ni les principaux éléments à considérer pour élire ou défaire un-e premier-ère ministre.

***

Françoise David est assûrément celle qui a livré la meilleure prestation lors du débat des quatre chefs, le 19 août, à RDI et Radio-Canada. Depuis, on l’encense de partout et on la propose comme modèle à suivre dans les futurs débats. En même temps, certains des journalistes et des commentateurs qui vantent à juste titre son talent d’oratrice, son asurance et son calme - et les proposent comme modèles - reprochent à Pauline Marois d’avoir été "trop calme", "passive", de "manquer de mordant", de n’avoir su rendre les coups (à Jean Charest lors du débat à TVA).

Imaginons un peu que Mme Marois se soit montrée une seule fois agressive lors du face-à-face hier à TVA. On lui aurait sauté dessus en faisant oublier que jean Charest l’a été à outrance et sans arrêt. Ainsi le veut la règle du double standard qui est bien ancrée au Québec, quoi qu’on en dise lorsqu’on veut se faire passer aux yeux du monde pour plus progressiste que les autres sociétés.

Aujourd’hui comme dans le temps de Jean Lesage, on n’attend pas la même chose d’une femme candidate que d’un homme. Quand avez-vous vu des critiques sur la tenue vestimentaire et l’allure générale de Jean Charest et de François Legault ? De Pauline Marois, on exige une chose et son contraire. Si elle porte des bijoux et une tenue plus "féminine", on la qualifie de "madame", "bourgoise", "la Marois riche", et autre. Si elle adopte une tenue plus neutre, plus réservée, on la traite de "ma tante" (comme l’a fait récemment l’insipide Jean Lapierre), de "maîtresse d’école", de "travailleuse sociale", et j’en passe.

Alors, aussi bien qu’elle reste elle-même, ce qui a bien réussi à Françoise David qui, faut-il préciser, n’avait rien à perdre et tout à gagner. Si la population élit une femme ou un homme sur son apparence en faisant l’impasse sur la gestion désastreuse de Jean Charest et les relents de corruption, tant pis pour elle : cette population n’aura que ce qu’elle mérite et se plaindra pendant cinq autres années.

Qui est plus souverainiste ?

Françoise David pouvait même se permettre, lors du débat à quatre à Radio-Canada, d’attaquer Pauline Marois sur la question de la souveraineté, et de se faire ainsi de nouveaux "amis" chez les caquistes et les libéraux. C’était un coup bas - mais de bonne guerre - pour essayer de gagner des votes, de seconder ainsi les deux fédéralistes qui voulaient ardemment en découdre sur cette question avec la cheffe souverainiste. F. David mettait en doute la volonté de P. Marois d’aller de l’avant avec son projet de souveraineté et a voulu se présenter plus déterminée qu’elle. L’opportunisme de F. David aux dépens de Pauline Marois a tellement plu à MM. Charest et Legault, qu’ils ne tarissaient pas d’éloges à son égard lors de leur point de presse respectif. Peut-être cela aidera-t-il Mme David à gagner dans Gouin et à arracher des votes au PQ ici et là, et le PQ à perdre une majorité, mais peu importe, chacun-e pour soi, n’est-ce pas ? Il y a de meilleur-es allié-es pour quelqu’un qui se dit souverainiste. Mais la fin ne justifie-t-elle pas les moyens en politique, même au sein d’un parti qui veut faire de la politique autrement ?

Le lendemain, à "24 heures en 60 minutes", comme on pouvait s’y attendre, Mme Courchesne (PLQ) et M. Simard (CAQ) ont fait leurs choux gras pour leur parti respectif des attaques de Françoise David contre Pauline Marois. Il fallait entendre le caquiste parler de "Françoise", comme s’ils étaient copains depuis des lustres.

La ferveur souverainiste de la coporte-parole de Québec solidaire a peut-être grandi à la faveur de la campagne électorale, car elle n’a pas toujours été aussi ferme. Il me semble que ce sont des militant-es - surtout des membres de l’UFP, parti qui a fusionné avec Option citoyenne pour donner Québec solidaire - qui ont insisté à la création du parti pour qu’il endosse officiellement une position souverainiste. Les coporte-parole n’y voyaient pas autant d’urgence. Et les propos d’Amir Khadir la semaine dernière n’indiquent pas qu’il soit pressé et que Québec solidaire s’orienterait vers un référendum plus tôt que le PQ de Pauline Marois s’il accédait au pouvoir - ce qui n’arrivera pas le 4 septembre, et donc, il peut se permettre de dire n’importe quoi.

Amir Khadir a déclaré, dans une belle formule comme il les affectionne : « L’indépendance si nécessaire, mais pas nécessairement l’indépendance. Et surtout, surtout, nous pensons que c’est au peuple québécois à décider de manière démocratique sans que ça soit le gouvernement qui essaie de le prendre au piège. » (http://www.youtube.com/watch?v=1pE60yPttjI). Pas de quoi faire la leçon à Pauline Marois, il me semble.

C’est le PLQ et la CAQ qui doivent être battus, pas le PQ, peut-être QS devrait-il se le rappeler s’il ne veut pas que le Québec se retrouve à nouveau avec un gouvernement libéral ou un gouvernement caquiste.

Françoise David a aussi déclaré à quelques reprises que le PQ aurait dû lui laisser la voie livre dans Gouin, et s’il manque un comté au PQ pour former un gouvernement majoritaire, QS pourrait l’aider. Drôle de raisonnement : le PQ devrait abandonner un comté sûr, détenu par un député exemplaire, pour se faire aider par l’adversaire de ce député s’il lui manque un comté pour une majorité parlementaire.

François Legault, un sexiste tout à fait ordinaire

François Legault n’est pas misogyne, il a simplement intégré le sexisme ordinaire qui sévit toujours au sein de la société et de ses institutions. Pour lui, les femmes sont si différentes des hommes qu’il faut leur expliquer son programme deux fois plutôt qu’une et d’une façon particulière. Pour les rejoindre, peut-être lui faut-il "mettre une cravate", avance-t-il en badinant. Sous-entendu : les femmes se soucient d’abord de l’apparence. Il ne lui vient pas à l’esprit que les femmes puissent ne pas vouloir du changement qu’il propose : coupe sauvage de personnel dans des services essentiels et abolition de postes, comme l’a fait Harper, tripotage des programmes sociaux pour des "gains d’efficacité", autoritarisme et arrogance qu’annonce lui-même M. Legault pour le "grand jour" de son hypothétique élection. Je ne sais pas ce qu’il en est pour les autres femmes, mais moi, les rouleaux compresseurs que promettent d’être le Dr Barrette, Jacques Duchesneau et M. Legault lui-même, je n’en veux pas. Ils me font penser à des hommes qui s’attaquent aux mauvais herbes avec une grue et ne se soucient pas de détruire le potager sur leur passage.

M. Legault propose aussi une drôle d’analyse des écarts entre les revenus des femmes et ceux des hommes. Les femmes seraient moins intéressées à l’argent que les hommes. C’est toute une conception de l’égalité et de la justice sociale que soustend une pareille affirmation. Ne comptons pas sur François Legault pour se soucier de la discrimination en emploi. Les entreprises auraient toujours de bonnes raisons de ne pas mettre en oeuvre l’équité salariale.

M. Legault n’est pas seul de son espèce. On constate ce sexisme ordinaire un peu partout, et même dans les médias. Un journaliste de Radio-Canada demande à Mme Marois s’il ne serait pas excessif de vouloir appliquer le principe de l’égalité femme/homme quand des hommes ne veulent pas être servis par une femme dans les services publics. On pourrait peut-être n’engager que des hommes, tiens, pour prévenir ce genre de situation. Aux yeux de certains, le principe de l’égalité femme/homme n’est qu’une belle formule et il serait abusif de le faire respecter.

Je passe sous silence les propos de commentateurs de radio, de télé et de certains forums internet, c’est parfois à désespérer de l’espèce humaine.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 août 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Carnets de campagne - Faire de la politique autrement - Vraiment ?
    (1/1) 22 août 2012 , par Nini

    rép: Sisyphe




  • Carnets de campagne - Faire de la politique autrement - Vraiment ?
    22 août 2012 , par Nini   [retour au début des forums]

    L’auteure de cet article est péquiste et éprouve beaucoup de difficultés à analyser les faits en toute objectivité.

    On en a marre de la partisanerie.

    Françoise David a proposé une vision politique réelle et c’est de cela que les gens veulent entendre parlé.

    • Carnets de campagne - Faire de la politique autrement - Vraiment ?
      22 août 2012 , par Sisyphe
        [retour au début des forums]

      Je ne prétends pas analyser objectivement les faits dans ces carnets, j’exprime mes impressions et opinions personnelles sans en faire un dogme. L’auteur-e de ce commentaire est un-e partisan-e de Québec solidaire, ce qui est fort légitime. Il ou elle en a marre de la partisanerie sauf quand cette dernière concerne les partisan-es de QS.

      Il est vrai qu’à cette élection, je suis favorable à l’élection du Parti québécois car je crois Pauline Marois la plus compétente pour assurmer les fonctions de premier ministre. Mais j’ai voté une fois pour QS, nommément pour F. David, quand j’habitais le comté de Gouin. Si j’y étais encore électrice, je voterais pour le PQ car je crois que le député Nicolas Girard a été un très bon député et mérite d’être réélu et que le PQ aura besoin de tous ses appuis, en espérant qu’il soit majoritaire. Je suis en accord avec une partie du programme de Québec solidaire, mais je me reconnais davantage dans le programme du PQ en ce qui a trait notamment à la laïcité tout court.

      Micheline Carrier, éditrice de Sisyphe

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin